Publié le 12 janvier 2018

SOCIAL

Soldes d’hiver : un déstockage massif qui interroge nos modes de production et de consommation

Depuis mercredi, les soldes d’hiver ont démarré avec son lot de promotions et de bonnes affaires. Mais parallèlement à la frénésie que cet événement peut générer, un mouvement de résistance se développe. Il a comme interrogation, l’impact environnemental et social de nos achats.

46 % des Français déclarent ne pas aller faire les soldes cet hiver.

130 milliards de vêtements et accessoires sont produits chaque année dans le monde … Pour finir la plupart du temps au fond de nos placards. On estime en effet que 70 % de notre garde-robe n’est pas portée. Au-delà du gain de place, c’est surtout l’impact environnemental qui pourrait être nettement réduit alors que l’industrie du textile est la deuxième plus polluante au monde, derrière celle du pétrole.

Ces questionnements commencent à peser sur la balance. Les Français sont en effet de moins en moins nombreux chaque année à déclarer faire les soldes. 54 % d’entre eux traqueront les bonnes affaires cet hiver. Un chiffre en baisse constante. Ils étaient 61 % en 2016 et 57 % en 2017.

"Un Français sur deux désire consommer autrement et donner du sens à ses achats", confirme Nathalie Demary, présidente de l’Obsoco, l’Observatoire société et consommation. "Cela ne se traduit pas forcément dans les actes car les soldes ou le Black Friday rencontrent encore un important succès, mais on peut dire que le ver est dans le fruit et qu’une réflexion est ouverte sur le fait que l’hyperconsommation nous mène droit dans le mur."

Repenser le système de production

Ce moindre attrait pour les soldes s’explique par une détérioration de la situation économique mais aussi par une sur-sollicitation tout au long de l’année avec des promotions qui se succèdent et un sentiment de ras-le-bol. "Lorsque les prix varient du simple au triple d’une semaine à l’autre, on finit par ne plus savoir quelle est la vraie valeur des objets que l’on achète", explique Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France. "Et qui paie ces prix cassés en fin de compte : les travailleurs, au travers de conditions de travail dégradées et parfois dangereuses et, à coup sûr, la planète".

"Les soldes sont en effet un déstockage massif, rendu nécessaire par un système de production, distribution et marketing qui oblige à ce que les rayons des magasins soient toujours pleins et renouvelés en permanence. Cette surconsommation est intenable : la consommation de chaque Français représente 12 tonnes de matières, soit 3 fois plus que ce que la planète peut nous offrir", alerte-t-elle.

Rien de neuf en 2018, chiche ?

Pour inverser clairement la tendance, l’association vient de lancer un défi pour 2018, celui de ne plus rien acheter de neuf, nourriture, boissons, services et produits d'hygiène mis à part. Plus de 5 000 personnes y ont déjà adhéré. Le principe est de se passer des objets et équipements de la vie quotidienne : vêtements, meubles, électroménager, high tech, décoration, livres, etc… Et de se tourner vers des alternatives telles que la location, l’occasion, le prêt, la réparation, le don ou encore la mutualisation.

Le site de l’opération regorge de bons plans et une page Facebook a été créée pour échanger et se motiver. "L’objectif est de changer petit à petit ses réflexes et de trouver des moyens de s’équiper, s’habiller ou faire des cadeaux, qui sont à la fois meilleurs pour l’environnement, pour l’emploi et pour la qualité de vie" explique Zero Waste France.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...

Fourrure kerring Vita Leonis on Unsplash

Gucci, Saint Laurent, Balenciaga… le groupe Kering n’utilisera plus de fourrure animale

Exit la fourrure animale. Le groupe de luxe Kering, qui détient notamment les marques Balenciaga, Saint Laurent, Brioni ou encore Alexander McQueen vient d'annoncer, face à la pression des associations comme Peta, qu'il n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses collections. Un choix félicité...

Journees europeennes Patrimoine

Journée du patrimoine : cinq lieux à découvrir de toute urgence

À la découverte de sites d'exception ! Du samedi 18 au dimanche 19 septembre, des centaines de monuments vont ouvrir leurs portes aux citoyens. Patrimoine industriel, naturel, social... Novethic a sélectionné cinq visites à réaliser sans attendre.

Empreinte carbone carbonfact

Découvrez Carbonfact, le futur Wikipédia de l’empreinte carbone de nos produits

La nouvelle plateforme Carbonfact, créée début juillet, veut donner la possibilité aux consommateurs de connaître l'empreinte carbone des produits qu'ils achètent, tout comme ils connaissent leur prix. Transparence et comparabilité sont les maîtres clés de Carbonfact qui ambitionne ainsi de devenir...