Publié le 07 juin 2019

SOCIAL

Scandale alimentaire : des entreprises françaises ont vendu des faux-steaks aux plus démunis

La répression des fraudes a annoncé vendredi avoir découvert une "tromperie" sur la qualité de steaks hachés distribués par une entreprise française à des associations d'aide aux plus démunis. Si leur consommation ne présentait pas de risque pour la santé, les entreprises mises en cause risquent deux ans de prison et un million d'euros d'amende.

800 kilos de faux steaks, fabriqués en Pologne à l'initiative d'entreprises françaises, ont été distribués aux plus démunis. Une viande de très mauvaise qualité.
@pixabay

Nouveau scandale dans l’agroalimentaire. Cette fois, il s’agit d’une tromperie en bande organisée de grande ampleur visant les plus démunis. Elle concerne 780 kilos de "faux steaks", réalisés à base de gras et de peaux auxquels ont été ajoutés du soja et de l’amidon. Si le produit obtenu n’est pas dangereux pour la santé, il est cependant d’une extrêmement pauvre qualité.

Le pot aux roses a été révélé ce vendredi 7 juin par la secrétaire d’État auprès du ministre de l'Économie Agnès Pannier-Runacher sur RTL. Il pourrait coûter très cher aux entreprises mises en causes, dont deux françaises. Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), les faits sont susceptibles d'être qualifiés de tromperie en bande organisée. "C'est du pénal, on va jusqu'à deux ans de prison, c'est un million euros d'amende, on va transmettre au procureur et il est hors de question que ce type d'attitude se reproduise", a confirmé Mme Pannier-Runacher. 

Deux entreprises françaises incriminées

Ce sont les associations - la Croix Rouge, la Fédération française des Banques Alimentaires, les Restaurants du Cœur et le Secours Populaire – qui ont rapidement donné l’alerte, remarquant l’aspect et le goût étrange de ces steaks. Ceux-ci avaient été distribués aux quatre associations dans le cadre d'un marché financé par le Fonds européen d'aide aux plus démunis. En 2018, 1 500 tonnes de steaks hachés surgelés ont ainsi été achetées pour un montant de 5,2 millions d'euros.

Ces steaks hachés ont été fournis par une entreprise française s'approvisionnant auprès d'un industriel polonais. Un intermédiaire français a également été identifié. Les dirigeants des deux entreprises françaises ont été entendus par les enquêteurs et les autorités polonaises ont été saisies. Mais les noms de ces sociétés n'ont pas été divulgués tant que la justice n’est pas officiellement saisie. En attendant, la distribution a été "immédiatement stoppée".

Dans un communiqué commun, les quatre associations victimes de cette fraude ont annoncé "avoir demandé une compensation financière pour faire face aux frais de stockage engendrés par cette situation".

La rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Talage supermarche invendu gaspillage

Anti-gaspillage alimentaire : ces solutions qui révolutionnent les pratiques des supermarchés

Un tiers de la production mondiale alimentaire est gaspillé. Un taux gigantesque dont tous les acteurs de la chaîne sont responsables. Pour remédier à cette situation, à l’occasion de la journée nationale contre le gaspillage alimentaire, Novethic a sélectionné cinq solutions anti-gaspi qui...

La fourche magasin bio entrepot

[La vidéo des solutions] La Fourche, le magasin bio qui casse les prix, mais pas les producteurs

La Fourche va-t-il disrupter le marché de la distribution ? Ce magasin en ligne propose des produits bio jusqu'à 50 % moins cher que les réseaux classiques grâce à un système d'abonnement et des marges quasi nulles. Et la transparence est de mise : l'impact carbone et nutritionnel de chaque produit...

Yuka, C’est qui le patron, Y'a quoi dedans… Risque d’indigestion face au foisonnement des applications sur l'alimentation

Trop d'applis tuent-elles l'appli ? Depuis quelques mois, le nombre d'applications de notation sur la modèle de Yuka se multiplie. Si le manque de transparence des distributeurs et des industriels laisse le champs libre à ces applications qui séduisent les consommateurs, leur foisonnement pourrait...

"C'est qui le patron ?!" lance son application, encore plus complète que Yuka

C'est qui le patron ?! passe à la vitesse supérieure. La marque des consommateurs, qui rémunère au juste prix les producteurs, lance son application de notation. Pour aller plus loin que le célébrissime Yuka, la nutrition n'est pas le seul critère d'évaluation, l'application prendra en compte le...