Publié le 15 janvier 2019

SOCIAL

Rétropédalage de Bruno Le Maire : le dioxyde de titane sera bien suspendu

Bruno Le Maire fait machine arrière. Le ministre de l'Économie avait annoncé la semaine dernière qu'il ne suspendrait pas le dioxyde de titane, une suspension pourtant actée dans la loi alimentation. Face à la mobilisation des associations, il a finalement plié et annoncé l'interruption de cet additif alimentaire pour la mi-avril. 

Le dioxyde de titane est utilisé comme additif alimentaire pour donner de la brillance aux produits.
©CC0

Le ministre de l’Économie avait annoncé mardi 8 janvier, qu’il n’avait pas l’intention de signer, dans l’immédiat, la suspension du dioxyde de titane. L’interruption de cette nanoparticule présente dans beaucoup de confiseries était pourtant actée par la loi alimentation promulguée en novembre. Il s'agissait même d'un un symbole fort, après le couac sur le glyphosate.

"La cohérence, c’est d’avoir une évaluation qui soit partagée sur les dangers du dioxyde de titane. Il y a une évaluation de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), il y a celle de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnemental et du travail (Anses) qui concluent à des évaluations différentes. Et il y a l’évaluation de l’Union européenne, que nous avons saisie puisque cette décision doit être prise au niveau européen, et qui ne partage pas l’analyse de l’INRA", expliquait alors Bruno Le Maire dans l’émission C à vous sur France 5.

Bruno Le Maire plie face aux associations

Dès son annonce, la décision de Bruno Le Maire a été fustigée par les associations environnementales. "Ce renoncement est inadmissible et incompréhensible", a déclaré François Veillerette, directeur de Générations futures, "c’est son devoir, en tant que ministre d’État, d’agir sans attendre afin de protéger ces concitoyens et donc de signer cet arrêté de suspension".

Face à la mobilisation des ONG, le ministre de l’Économie a finalement plié. Vendredi 11 janvier, il a ainsi reçu les associations et leur a "réaffirmé sa volonté d’interdire l’E171, conformément à la position du gouvernement et aux dispositions votées par le Parlement dans l’article 53 de la loi Egalim" sur l’alimentation, écrit le ministère dans un communiqué. "Afin de réunir les conditions juridiques nécessaires à cette interdiction, il demande donc à l'Agence nationale de la sécurité sanitaire et de l'environnement (ANSES) d'accélérer ses travaux sur les nanoparticules sur le volet TiO2 pour le 15 avril", poursuit le ministère.

Respect du principe de précaution

Une étude sur le rat de l’INRA, publiée en 2017 dans la revue Scientific Reports, avait établi que l’ingestion de nanoparticules de dioxyde de titane provoquait des troubles et des lésions précancéreuses. De fait, une nanoparticule est 50 000 fois plus petite que le diamètre d’un cheveu ce qui lui permet de pénétrer dans l’organisme très facilement.

"Le ministre, qui entendait s'abriter derrière un supposé doute scientifique autour de l'impact sanitaire de cet additif et la libre circulation des marchandises pour ne pas adopter l'arrêté attendu, a enfin entendu nos appels au respect du principe de précaution", s'est félicité de son côté le président de l'UFC-Que Choisir Alain Bazot.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Vetements CC0 Pixabay

Face à la crise du textile, les marques misent sur les vêtements d'occasion

Alors que le secteur textile a été frappé de plein fouet par le Covid-19, la crise sanitaire est aussi vue comme "une opportunité de changement". Plusieurs enseignes se lancent ainsi dans le marché de l'occasion en ouvrant des espaces dédiés directement dans leur boutique. Elles espèrent renouer...

Canard L214

Souffrance animale : L214 dénonce des conditions d’élevage "révoltantes" pour des canards à foie gras du sud-ouest

L'association de défense des animaux L214 dénonce les conditions "répugnantes" et "révoltantes" dans un élevage de canards reproducteurs à foie gras des Pyrénées-Atlantiques, vidéo à l’appui. L’association demande la fermeture "urgente et définitive" de l’élevage et va porter plainte pour cruauté...

Succes avocat desastre ecologique

[La mondialisation dans l'assiette] La folie de l'avocat, entre sécheresse, déforestation et crime organisé

C'est un fruit qui rencontre un succès étonnant. L'avocat connaît depuis quelques années un vrai boom. Mais la production de cet or vert a des effets néfastes sur l'environnement. Très consommateur d'eau, sa production intensive dessèche des territoires entiers, dégrade le sol et la biodiversité. Et...

Campagne orange deconnexion orange

Le débat autour de la 5G appelle à la création d'une Convention citoyenne sur le numérique

La question revient inlassablement sur la table ces derniers mois : à quoi va servir la 5G ? À en croire ses défenseurs, elle ouvre la voie à des applications du futur, comme la voiture connectée, l'intelligence artificielle ou la télémédecine. Mais pour l'instant, elle va surtout favoriser le...