Publié le 15 septembre 2018

SOCIAL

Les Galeries Lafayette veulent devenir la vitrine de la mode responsable

Les Galeries Lafayette viennent de lancer le mouvement "Go For Good" dans lequel 500 marques s'engagent pour une mode responsable. Si cette initiative n'est qu'une première étape, elle permettra d'établir, selon le groupe, la rentabilité d'une mode plus respectueuse de l'environnement et des travailleurs. 

Du 5 septembre au 10 octobre, le groupe lance un mouvement pour une mode plus responsable, qu'il aimerait péreniser.
©GaleriesLafayette

Des baskets sans colle dont la semelle se déclipse pour être recyclée, des sacs en matières réutilisées, des chaussures proposées à la location… Voilà ce qu’on peut désormais trouver dans les 65 000 m2 des Galeries Layette du Boulevard Hausmann, à Paris. Finie "l’opposition entre désirabilité et responsabilité", prévient Frédérique Chemaly, directrice développement durable du groupe qui vient de lancer Go for Food.

10 000 références de 500 marques labellisées 

Ce mouvement, lancé le 5 septembre, met en avant les produits et marques responsables qui ont suivi le cahier des charges créé par les Galeries Lafayette. 10 000 références de 500 marques, de Louis Vuitton à Zara en passant par Levis ont été "labellisées" suivant un cahier des charges de 38 critères reposant sur trois piliers, environnemental, social et local.

Stella McCartney, pionnière de la mode durable avec ses collections 100 % végane, est la marraine du mouvement. "Je souhaite montrer que nous pouvons avoir un business model solide sans transiger sur des produits beaux et désirables", explique-t-elle. Pour l’instant, les Galeries sont en phase de découverte et veulent voir "commercialement, ce que ce mouvement peut donner".

"On ne peut pas basculer d'un modèle à l'autre en un instant"

Le groupe tire la locomotive avec ses marques propres. Il a par exemple lancé une ligne 100 % traçable depuis les champs de coton jusqu’en magasin. "Nous voulons contribuer à ce que la mode responsable soit une réalité, que le Beau, le Bon et le Bien soit accessible au plus grand nombre", avance Nicolas Hougé, directeur général des Galeries.

Le but est en effet de rendre pérenne ce mouvement, dont la communication prendra fin le 10 octobre. "On le fait avec beaucoup d’humilité, on ne va pas basculer d’un modèle à l’autre en un instant, on est en phase de transition", explique Frédérique Chemaly. Pour l'instant, la mode reste le deuxième secteur le plus polluant derrière celui du secteur pétrolier. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Dressing responsable applis unsplash

Mode responsable : quatre applis pour un dressing plus vertueux

Rentrée des classes, baisse des températures et changement de saison : septembre rime bien souvent avec nouvelle garde-robe. Mais alors que le secteur de la mode représente l’une des industries les plus polluantes, avec 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre émis chaque année, passer à des...

Reparation CC0

Lave-linge, smartphones, trottinettes... Fnac Darty publie le classement des marques les plus durables

Le "premier réparateur de France", comme le groupe Fnac Darty se décrit lui-même, publie la 5ème édition de son "Baromètre du SAV". Cet outil classe la centaine de produits analysés par le distributeur en fonction d’un score de durabilité. Le groupe constate une amélioration globale de la fiabilité...

C qui le patron 01

"C’est qui le patron" : la marque des consommateurs pour l'alimentaire étend son modèle à d’autres secteurs

Hygiène, habillement, santé, banque... la marque C'est qui le patron n'aidera plus seulement les agriculteurs. Celle qui a cassé le concept du "prix le plus bas" en rémunérant correctement les producteurs, s'autorise désormais à monter au capital d'entreprises voire à les racheter. Ces dernières...

Couverture homo confort

"Homo confort" : une critique acerbe de l’hyper-technologie qui a envahi notre quotidien

La quête effrénée du confort n’est pas sans conséquence. Dans son essai "Homo Confort"* publié au printemps dernier, l'anthropologue italien Stefano Boni explique que le coût d’une vie sans effort est environnemental et économique mais aussi sensuel et moral. Rupture avec la nature, appauvrissement...