Publié le 05 juillet 2018

SOCIAL

Leclerc se lance dans le marché de l’occasion, une première dans la grande distribution

Leclerc est le premier grand distributeur à se lancer dans le marché de l'occasion. Confronté à la concurrence d'Amazon sur le non-alimentaire, le groupe vise le secteur en pleine croissance des objets de seconde main. Les consommateurs pourront directement lui vendre leurs produits et repartir avec des bons d'achats.

Si le succès est au rendez-vous, Leclerc compte déployer un service d'occasion dans toute la France.
©E.Leclerc

Décidément, la grande distribution n’a pas fini de diversifier son offre. Confrontée à une forte concurrence du géant du commerce électronique Amazon dans le non-alimentaire (et bientôt l’alimentaire), Leclerc annonce se lancer dans le marché de l’occasion, à titre expérimental dans un premier temps. C’est la première fois qu’un acteur de la grande distribution met un pied dans ce secteur.

Éviter le gaspillage à cause d'une baisse du pouvoir d'achat

Concrètement, selon les informations du Parisien, le magasin Leclerc de Roques-sur-Garonne, près de Toulouse va dédier un espace de 700 mètres carrés uniquement aux objets de seconde : des téléviseurs aux téléphones en passant par les livres et jeux vidéo. Les consommateurs vont ainsi pouvoir vendre les objets dont ils ne se servent plus. Ils seront rémunérés par de l'argent crédité sur leur carte de fidélité. 

"De plus en plus, les consommateurs sont sensibles à la valeur d’usage d’un produit et cherchent en raison de leur pouvoir d’achat à éviter les gaspillages", explique au quotidien Michel-Edouard Leclerc, le président du groupe. "Le marché de l’occasion est l’une des solutions. Mais dans le même temps, les acheteurs demandent d’avoir des assurances sur le fonctionnement de ces objets ce qui n’est pas forcément le cas lors d’un achat sur Internet".

Des produits garantis 12 mois 

Le distributeur compte également se démarquer de plateformes de reventes en ligne comme Le Bon Coin en misant sur une garantie de 12 mois qui permettra aux consommateurs d’être rassurés sur la marchandise. Si l’expérimentation rencontre un fort succès, Leclerc compte nationaliser ce nouveau concept. Comme le rappelle le Parisien, le marché de l’occasion, estimé à six milliards d’euros, et croît à "un rythme de deux fois supérieur à celui de la consommation des ménages". 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Consommation bio locale de saison effet covid

[Effet post-Covid] Les Français reviennent vers une alimentation bio et locale

Le confinement provoqué par le Covid-19 a eu l'effet d'un déclic pour nombre de citoyens qui se sont tournés vers une alimentation bio, voire locale. Les circuits courts ont profité de cette aubaine tout comme la grande distribution, qui, pendant le confinement, a fait la part belle aux fruits et...

La vie claire 1948 bn

[À l’origine] En 1948, La Vie Claire lance un premier magasin bio avant l'heure

Le marché du bio a connu un vrai boom pendant le confinement. Si la grande distribution tient désormais une place majeure dans le marché, ce sont les enseignes spécialisées comme La Vie Claire qui ont ouvert la voie. En 1948, alors que le label AB n'existait pas encore, la Vie Claire lance un...

Consommation locale istock julief514

Une carte de fidélité écolo, pour favoriser une consommation durable et locale

Alors que le confinement a plombé la consommation des Français, la reprise de cette dernière s'avère primordiale pour l'économie du pays. L'occasion est unique de pouvoir la réorienter vers des produits locaux et verts, assure la Fabrique écologique qui appelle à la mise en place d'une carte de...

Vanmoof publicite Capture ecran

Un fabricant néerlandais de vélos s'estime censuré en France pour sa pub "anti-voitures"

Le fabricant néerlandais de vélos électriques Vanmoof a dénoncé mardi 30 juin un avis de l'autorité française de régulation de la publicité lui demandant de modifier un spot jugé anti-voiture. En cause : des plans montrant des "images anxiogènes" de la voiture. Une affaire qui s'inscrit dans un...