Publié le 07 janvier 2019

SOCIAL

Le véganisme pourrait aggraver la malnutrition dans les pays développés

Le régime végan, même s'il reste très minoritaire, fait de plus en plus d'adeptes dans les pays développés. Il est porté par un message de responsabilité environnementale et de bien-être animal qui fait écho à la transition écologique globale. Mais ce régime pose aussi un enjeu sanitaire. Selon une note du Forum économique mondial, il pourrait être un facteur de malnutrition.

Les véganes ne représentent que 0,5 % de la population française.
©CC0

C’est un phénomène mondial qui n’épargne aucun pays. La malnutrition touche plus de deux milliards d’individus sur la Terre. La plupart souffrent de carences en micronutriments comme la vitamine A ou le fer, mais aussi d’extrême maigreur ou à l’inverse, de surpoids et d’obésité. Dans les pays en développement, la surconsommation de viande est particulièrement pointée du doigt.

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) avait même conclu que la consommation de viande transformée pouvait augmenter le risque de cancer colorectal. Un coup dur pour la filière mais un argument de plus pour les végans.

Ce mode de vie, qui consiste à ne consommer aucun produit d'origine animal comme la viande, le lait, les œufs a de nombreuses vertus. Il participe notamment à une réduction des maladies chroniques. Mais, mal maîtrisé, il pourrait, au contraire, alourdir le bilan de la malnutrition dans les pays occidentaux. C’est la conclusion d’une note publiée par le Forum économique mondial. Il établit que "des régimes végans mal planifiés qui ne remplacent pas les nutriments essentiels contenus dans la viande peuvent entraîner de graves carences en micronutriments".

Un taux de fractures un tiers plus élevé

Par exemple, selon l’institution, les taux de fractures chez les personnes végans seraient un tiers plus élevé que chez les autres populations. En cause, notamment, des carences en calcium, en vitamine D, en oméga 3, en iode. Ces manques peuvent aussi se traduire par une fatigue extrême ou des retards de développement chez les jeunes enfants.

"Les effets de ces déficiences nutritionnelles ne sont pas toujours visibles au premier abord, mais leurs conséquences peuvent être sévères", expliquent trois chercheurs au journal académique australien The Conversation. "Ils impliquent une plus faible résistance aux maladies, un handicap mental et même la mort".

Le véganisme est aujourd’hui très minoritaire. Il est estimé que les végans représenteraient 0,5 % de la population française, selon une étude menée en octobre 2016 par Harris Interactive. Au Royaume-Uni, selon la Vegan Society, le nombre de végans aurait quadruplé durant la dernière décennie. Une tendance perçue comme plus éthique et responsable. Pourtant son bilan environnemental n'est pas si évident.

Manger moins de viande est meilleur pour la santé et l'environnement

La communauté scientifique semble divisée. Si certains chercheurs affirment, sans aucun doute, que le régime végan détient un plus faible impact carbone que les autres, d'autres nuancent. Remplacer les protéines animales par les protéines végétales ne baisserait pas drastiquement l'impact environnemental de l'alimentation, estime Jean-François Hocquette de l'Institut national de la recherche agronomique. Car certaines études indiquent une production végétale plus importante avec les régimes sans viande, voire une consommation alimentaire accrue pour satisfaire les besoins des humains.

Sans se couper totalement des produits d’origine animale, réduire sa consommation de viande reste tout de même bénéfique pour la santé et l’environnement. Selon une autre note du Forum économique mondiale publiée le 3 janvier, une réduction de la consommation de viande, et en particulier du bœuf, pourrait faire baisser de 2,4 % le nombre de morts au niveau global, et jusqu'à 5 % dans les pays développés, soit des millions de vies épargnées.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Consommation bio locale de saison effet covid

[Effet post-Covid] Les Français reviennent vers une alimentation bio et locale

Le confinement provoqué par le Covid-19 a eu l'effet d'un déclic pour nombre de citoyens qui se sont tournés vers une alimentation bio, voire locale. Les circuits courts ont profité de cette aubaine tout comme la grande distribution, qui, pendant le confinement, a fait la part belle aux fruits et...

La vie claire 1948 bn

[À l’origine] En 1948, La Vie Claire lance un premier magasin bio avant l'heure

Le marché du bio a connu un vrai boom pendant le confinement. Si la grande distribution tient désormais une place majeure dans le marché, ce sont les enseignes spécialisées comme La Vie Claire qui ont ouvert la voie. En 1948, alors que le label AB n'existait pas encore, la Vie Claire lance un...

Consommation locale istock julief514

Une carte de fidélité écolo, pour favoriser une consommation durable et locale

Alors que le confinement a plombé la consommation des Français, la reprise de cette dernière s'avère primordiale pour l'économie du pays. L'occasion est unique de pouvoir la réorienter vers des produits locaux et verts, assure la Fabrique écologique qui appelle à la mise en place d'une carte de...

Vanmoof publicite Capture ecran

Un fabricant néerlandais de vélos s'estime censuré en France pour sa pub "anti-voitures"

Le fabricant néerlandais de vélos électriques Vanmoof a dénoncé mardi 30 juin un avis de l'autorité française de régulation de la publicité lui demandant de modifier un spot jugé anti-voiture. En cause : des plans montrant des "images anxiogènes" de la voiture. Une affaire qui s'inscrit dans un...