Publié le 01 mars 2018

SOCIAL

Le siège d'E.Leclerc perquisitionné pour non respect des négociations commerciales

Tout un symbole. En plein Salon de l'Agriculture, la Direction de la répression des fraudes a perquisitionné le siège de E.Leclerc. Le distributeur n'aurait pas respecté les règles des négociations commerciales qui se terminent aujourd'hui. "La période est aux annonces politiques", a critiqué le groupe connu pour tenter d'obtenir des prix toujours plus bas auprès de ses fournisseurs. 

Le 27 et 28 février, le groupe E.Leclerc a été perquisitionné à son siège dans le cadre des négociations commerciales avec les agriculteurs.
©E.Leclerc

Le gouvernement frappe fort. Selon l'AFP, le mardi 27 et mercredi 28 février, des agents de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) ont perquisitionné le siège du distributeur E.Leclerc à Ivry-sur-Seine (Val de Marne), juste à la veille de la fin des négociations commerciales qui ont lieu chaque année entre distributeurs et agriculteurs.

"Nous justifions ces perquisitions par des éléments que nous avons recueillis et qui montrent qu'il pourrait y avoir de la part de ce grand distributeur le non respect des règles commerciales qui s'appliquent à tous sans exception", a affirme le ministre de l'Économie, Bruno le Maire sur les chaînes Public Sénat et TV5 Monde. "Ensuite, tous ces procès-verbaux seront transmis à la justice et c'est la justice qui tranchera, et on verra qui de la grande distribution ou de l'État a raison en la matière", a t-il ajouté.

Une perquisition politique

Une perquisition d'autant plus surprenante que la loi censée réguler les négociations commerciales n'a pas encore été votée. Elle propose d'inverser la formation du prix de vente, en partant du coût de production de l'éleveur ou de l'agriculteur. Mais aussi de limiter les promotions commerciales et d'augmenter le seuil de relèvement à perte. Malgré les critiques de Michel Edouard Leclerc, président du groupe éponyme, le distributeur a signé une charge s'y engageant. Sauf que celle-ci n'a pas force de loi.

"On s'étonnera d'une telle procédure, alors même que les négociations sont en cours et pour l'heure, non abouties", a affirmé pour sa part Leclerc dans un communiqué, rappelant que "les années précédentes, Bercy attendait la signature des contrats avant d'exercer ses contrôles". Pour le distributeur, ces perquisitions sont dues au fait que la "période est aux annonces politiques".

"La distribution veut profiter de sa dernière année d'open bar"

Au total, ce sont plus de 187 contrôles qui ont eu lieu depuis le début de l'année a affirmé la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, Delphine Geny-Stephann Il y a des "des pratiques qui pourraient sembler abusives, des menaces de déréférencement, une vigilance sur les centrales internationales, et une vigilance sur les problèmes de logistique qui peuvent amener à pénaliser les fournisseurs", a t-elle indiqué à l'AFP.

Depuis le début des négociations commerciales, et malgré les engagements pris lors des États généraux de l'alimentation par la grande distribution, les agriculteurs, éleveurs et les PME qui fournissent les distributeurs témoignent de négociations commerciales très tendues. "La distribution veut profiter de cette dernière année d'open bar", a résumé le PDG de Nestlé, Richard Girargot lors d'une interview sur Europe 1 au Salon de l'Agriculture. Comprenez que la grande distribution fait encore pression sur les prix avant que la promulgation de la loi ne siffle la fin du match.

Marina Fabre @fabre_marina avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Black friday surconsommation istock

Green Friday vs Black Friday : le combat de David contre Goliath

Face au Black Friday, symbole de la surconsommation qui se déroule ce vendredi 29 novembre, 550 marques s'engagent à boycotter l'événement autour du collectif Make Friday Green Again. Si l'initiative est louable, elle fait difficilement le poids face à la puissance de feu de géants comme Amazon qui...

Collage 01

[À l’origine] L’obsolescence programmée inventée en 1932 pour lutter contre le chômage de masse

Et si l'obsolescence programmée partait d'une bonne intention ? En 1932 le promoteur immobilier Bernard London publie un ouvrage dans lequel il défend l'idée de réduire la durée de vie des objectifs pour sortir de la crise économique dans lequel le pays est enlisé depuis le krach boursier de 1929....

Honte de consommer vetement

Après le flygskam, la honte de prendre l’avion, voici le Köpskam, la honte de consommer

C'est une nouvelle tendance qui nous vient encore une fois de Suède. Après le flygskam, ce sentiment de honte de prendre l'avion pour des raisons écologiques et qui a fait chuter momentanément le trafic aérien suédois, voici le köpskam, la honte d'acheter. Un néologisme qui émerge peu à peu dans la...

Carte cadeau responsable livre

[Bonne nouvelle] Ethi'Kdo, une carte cadeau avec des enseignes 100 % écologiques et solidaires

Vous manquez d'air à l'idée de choisir les cadeaux pour vos proches à Noël ? Ethi'Kdo pourrait bien vous soulager. Cette coopérative vient de lancer une carte cadeau avec des acteurs de la consommation responsable. Label Emmaüs, Rejoué, 1083, WeDressFair... cette carte ne propose que des enseignes...