Publié le 05 juillet 2022

SOCIAL

"Le gouvernement cède aux lobbys" : Les steaks de soja et saucisses de tofu, c’est fini

Les filières animales ont remporté la bataille. Les "steaks de soja", "saucisses véganes", "nuggets végétaux" ne pourront plus reprendre de dénominations liées aux produits carnés au nom de la "transparence" de l'information. Une victoire très critiquée alors que la réduction de consommation de viande est nécessaire pour limiter le réchauffement climatique. D'un point de vue nutritionnel par contre, ses substituts végétaux sont en grande majorité des aliments ultratransformés.

Burger vegetal istock alimentation
Les filières animales ont obtenu que les steaks, saucisses ou nuggets végétaux ne puissent plus porter cette dénomination.
Istock

C’est une nouvelle qui a créé une vive polémique sur les réseaux sociaux. Attendu depuis plusieurs années, un décret paru le 30 juin dans le journal officiel, indique qu’il ne sera plus possible, à partir du 1er octobre 2022, d’utiliser "la terminologie propre aux secteurs traditionnellement associés à la viande et au poisson pour désigner des produits n’appartenant pas au règne animal".  Le texte permet toutefois la commercialisation des "denrées fabriquées ou étiquetées" avant cette date jusqu'au 31 décembre 2023 au plus tard. Fini les nuggets de seitan et saucisses de tofu. 

Cette interdiction était depuis longtemps portée par l’association interprofessionnelle du bétail et de la viande (Interbev). C’est "une étape essentielle en faveur de la transparence de l'information au consommateur ainsi que de la préservation de nos produits et savoir-faire", s'est félicité Jean-François Guihard, président du lobby. De la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) aux professionnels de la volaille, tous les grands syndicats des filières animales saluent ce texte, mais demandent au gouvernement de "porter le dossier à Bruxelles afin d'élargir le périmètre d'application à tous les produits, quelle que soit leur origine", selon un communiqué commun. 

Transparence de l'information 

Sur les réseaux sociaux en revanche, l’affaire a été tournée en dérision. Le compte militant Futur Asso a ainsi posté une photo d’un sachet de frites "allumettes" avec ce commentaire : "J’imagine déjà les consommateurs essayés d’allumer une bougie avec ça". Une autre internaute a ironisé : "Toutes ces années à acheter du steak de tofu en pensant que c’était du vrai steak ! Si seulement je pouvais revenir en arrière". Si l’affaire fait sourire, c’est qu’un des arguments portés par l’Interbev s’appuie sur la volonté de "transparence de l’information au consommateur". 

L’association a d’ailleurs été prise au mot par Florian Doyen. Le fondateur de Challenge for Earth a publié un montage photo de steak de bœuf avec une étiquette : "Cadavre haché de vache laitière de réforme inséminée tous les ans jusqu’à la mort, privée de ses petits à la naissance, abattue en gestation".".

 

"Le gouvernement cède aux lobbys", a dénoncé de son côté Éric Piolle, maire écologiste de Grenoble. "La baisse de la consommation de viande est pourtant indispensable à la lutte contre le changement climatique", a-t-il ajouté. D'autant que l'interdiction d'appellation ne concerne que les denrées fabriquées en France, comme le rappelle sur Linkedin Romain Jolivet dont l'entreprise La Vie a réussi à mettre du bacon végétal à la carte du géant du fast-food Burger King.

"Limiter la consommation si l’on veut préserver sa santé"

Une récente étude publiée par des chercheurs de l’université de Leeds a mis en exergue six changements de vie pour rester dans un scénario de réchauffement limité à 1,5°C. Or l’action la plus impactante selon eux concerne l’alimentation, en passant à une alimentation essentiellement végétale. Reste que les steaks, nuggets, boulettes ont plusieurs fois été épinglés malgré un Nutri-score de A ou B. En 2021, l'association 60 millions de consommateurs a passé au grill 16 substituts végétaux. 14 entrent dans la catégorie des aliments "ultratransformés" dont il faut "limiter la consommation si l’on veut préserver sa santé". 

"Les gros consommateurs d’aliments ultratransformés sont plus à risque de développer des maladies chroniques : diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, obésité, syndrome de l’intestin irritable…", rappelle à l’association Anthony Fardet, chercheur en alimentation préventive durable et holistique à l’Inrae. Si les critiques s’accumulent, le marché, boosté par les préoccupations environnementales et de bien-être animal des Français, prend de l’ampleur. Selon la banque Barclays, les substituts végétaux représenteront 10 % du marché de la viande en 2030, contre 1% aujourd’hui. 

Marina Fabre Soundron @fabre_marina avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Reparation

Black Friday : face à la surconsommation électronique, la revanche de la réparation

Il pleut des déchets derrière la frénésie du Black Friday. La surconsommation touche notamment les produits électroniques, dont les rebuts sont dangereux et la fabrication très émettrice de gaz à effets de serre. Réparer devient une solution incontournable, encouragée ces derniers mois par des...

Dressing responsable applis unsplash

Mode responsable : quatre applis pour un dressing plus vertueux

Rentrée des classes, baisse des températures et changement de saison : septembre rime bien souvent avec nouvelle garde-robe. Mais alors que le secteur de la mode représente l’une des industries les plus polluantes, avec 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre émis chaque année, passer à des...

Reparation CC0

Lave-linge, smartphones, trottinettes... Fnac Darty publie le classement des marques les plus durables

Le "premier réparateur de France", comme le groupe Fnac Darty se décrit lui-même, publie la 5ème édition de son "Baromètre du SAV". Cet outil classe la centaine de produits analysés par le distributeur en fonction d’un score de durabilité. Le groupe constate une amélioration globale de la fiabilité...

C qui le patron 01

"C’est qui le patron" : la marque des consommateurs pour l'alimentaire étend son modèle à d’autres secteurs

Hygiène, habillement, santé, banque... la marque C'est qui le patron n'aidera plus seulement les agriculteurs. Celle qui a cassé le concept du "prix le plus bas" en rémunérant correctement les producteurs, s'autorise désormais à monter au capital d'entreprises voire à les racheter. Ces dernières...