Publié le 02 septembre 2018

SOCIAL

[Le chiffre] 170 tonnes de vêtements gaspillées chaque année à la rentrée des classes

Qui dit rentrée des classes dit souvent achat de vêtements neufs. Pour autant, beaucoup ne seront pas réutilisés l’année suivante par le même enfant. Une étude estime que 10% de ces pantalons et autres tee-shirts sont jetés.

Fringues pixabay
Chaque année en Europe, 170 tonnes de vêtements sont gaspillées
@pixabay

Chaque année, on estime que plus de 1 500 tonnes de vêtements sont achetés pour la rentrée des classes en Europe. En moyenne, pour chaque enfant, on achète 4 T-shirts, 3 pantalons, 2 robes, 3 survêtements, 3 paires de chaussures de sport, 2 paires de chaussures scolaires, 3 pulls et 2 manteaux sur l’année.

Pourtant, une grande partie de ces chemises, pantalons et autres vêtements de sport - 170 tonnes selon une étude réalisée par le site Tiendeo – est laissée à l’abandon dès le début de chaque année scolaire. La plupart sont rangés au placard mais plus de 10% sont jetés ! Seulement 25 à 50% des vêtements sont réutilisés par le même enfant d'une année à l'autre.

Heureusement, une seconde chance est de plus en plus donnée aux vêtements qui ne vont plus. 60% sont transmis aux frères et sœurs, 34% sont donnés à des ONG ou à des œuvres de bienfaisance.

La nouvelle bataille de la lutte contre le gaspillage vestimentaire

A l’image du gaspillage alimentaire, le gaspillage vestimentaire est de plus en plus dénoncé car il faut rappeler que la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde. Reprenant une idée d’Emmaüs, le gouvernement français a d’ailleurs inscrit la lutte contre le gaspillage vestimentaire dans sa nouvelle feuille de route sur l’économie circulaire. A échéance 2019, il ne veut plus d’invendus vestimentaires jetés ou éliminés.

Les consommateurs eux-mêmes peuvent agir. De plus en plus de solutions sont développées par des associations et des entreprises pour nous aider à nous habiller de façon plus responsable, en troquant ou vendant les vêtements dont on ne se sert plus.

Béatrice Héraud @beatriceheraud

 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Glyphosate phtalate tampons et serviettes contiennent toujours des substances indesirables

Glyphosate, phtalate... Les tampons et serviettes hygiéniques contiennent toujours des substances indésirables

Rien n'a changé. Malgré la demande de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) de réduire "la présence de substances chimiques" dans les tampons et serviettes hygiéniques, 60 millions de consommateurs, déplore, dans une nouvelle enquête, la persistance de résidus de glyphosate et de...

Commerce equitable fairtrade

Loi Pacte : le Sénat veut contrer l'usage abusif du terme "équitable"

Le Sénat, à majorité de droite, souhaite, dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi Pacte sur les entreprises, préciser les conditions d'utilisation du terme "équitable", pour éviter les utilisations abusives de cette allégation.

Guerre des prix la grande distribution fait vaciller la filiere bio

Guerre des prix : la grande distribution fait vaciller la filière bio

L'appétit des géants de la grande distribution pour le bio rime aussi avec guerre des prix. C'est ce que constatent de plus en plus de fabricants et producteurs de produits bio à qui les distributeurs ont demandé de baisser leur prix lors des négociations commerciales. Une pression qui pourrait...

La loi interdisant aux marques de jeter leurs invendus bientot votee

Interdiction de brûler les invendus vestimentaires : le gouvernement tient sa promesse

L'interdiction pour les marques de jeter leurs invendus vestimentaires sera bien inscrite dans la loi économie circulaire, malgré une formulation floue dénoncée par Emmaüs. La filière textile se dit satisfaite de cette mesure qui devrait être votée fin 2019. Si, chez les géants de la fast fashion,...