Publié le 02 septembre 2018

SOCIAL

[Le chiffre] 170 tonnes de vêtements gaspillées chaque année à la rentrée des classes

Qui dit rentrée des classes dit souvent achat de vêtements neufs. Pour autant, beaucoup ne seront pas réutilisés l’année suivante par le même enfant. Une étude estime que 10% de ces pantalons et autres tee-shirts sont jetés.

Chaque année en Europe, 170 tonnes de vêtements sont gaspillées
@pixabay

Chaque année, on estime que plus de 1 500 tonnes de vêtements sont achetés pour la rentrée des classes en Europe. En moyenne, pour chaque enfant, on achète 4 T-shirts, 3 pantalons, 2 robes, 3 survêtements, 3 paires de chaussures de sport, 2 paires de chaussures scolaires, 3 pulls et 2 manteaux sur l’année.

Pourtant, une grande partie de ces chemises, pantalons et autres vêtements de sport - 170 tonnes selon une étude réalisée par le site Tiendeo – est laissée à l’abandon dès le début de chaque année scolaire. La plupart sont rangés au placard mais plus de 10% sont jetés ! Seulement 25 à 50% des vêtements sont réutilisés par le même enfant d'une année à l'autre.

Heureusement, une seconde chance est de plus en plus donnée aux vêtements qui ne vont plus. 60% sont transmis aux frères et sœurs, 34% sont donnés à des ONG ou à des œuvres de bienfaisance.

La nouvelle bataille de la lutte contre le gaspillage vestimentaire

A l’image du gaspillage alimentaire, le gaspillage vestimentaire est de plus en plus dénoncé car il faut rappeler que la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde. Reprenant une idée d’Emmaüs, le gouvernement français a d’ailleurs inscrit la lutte contre le gaspillage vestimentaire dans sa nouvelle feuille de route sur l’économie circulaire. A échéance 2019, il ne veut plus d’invendus vestimentaires jetés ou éliminés.

Les consommateurs eux-mêmes peuvent agir. De plus en plus de solutions sont développées par des associations et des entreprises pour nous aider à nous habiller de façon plus responsable, en troquant ou vendant les vêtements dont on ne se sert plus.

Béatrice Héraud @beatriceheraud

 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Cozie machine @Cozie

[Ces startups qui changent le monde] Lait corporel, soin du visage, gommage… Cozie veut imposer le vrac pour la cosmétique

La tendance de l’achat en vrac atteint désormais les soins cosmétiques. Cozie a développé une machine permettant de distribuer huit gammes de produits en toute sécurité dans des flacons consignés. Flaconnage, réseau de collecte et nettoyage, formulation des soins… La startup a mis plus de deux ans à...

[J'agis pour la planète] Je n'achète plus rien de neuf

Il y a quelques mois, Novethic a créé la polémique en relayant une étude du cabinet B&L Evolution (1) qui présentait différentes mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C. Cet été, nous revenons sur quelques-unes de ces propositions pour comprendre comment elles pourraient changer la...

Objets symbole transition ecologique

La gourde, la cup, le tote bag… Ces objets devenus symboles de la transition écologique

Ils ne sont pas forcément durables mais ils sont pourtant devenus des marqueurs incontournables de la transition écologique. Les gourdes, les tote bag, les composteurs dépassent désormais largement leur simple fonction pour s’inscrire dans l’imaginaire collectif comme des éléments indispensables à...

Alimentation en 2050 burger riche

[Le monde en 2050] Seuls les riches peuvent manger gras

En seulement vingt ans, de 2020 à 2040, le nombre de personnes obèses a explosé en France faisant de la malnutrition le premier budget de l’État. Le gouvernement a donc décidé de proportionner les cotisations sociales au régime alimentaire. Plus un citoyen mange mal, plus il doit payer de...