Publié le 21 janvier 2019

SOCIAL

Lasagnes à la viande de cheval : le procès Spanghero est aussi celui de la traçabilité

Il y a six ans, le scandale Spanghero éclatait alors que treize pays européens découvraient que de la viande de cheval était utilisée à la place de bœuf dans des plats préparés. Aujourd’hui, l’entreprise française se retrouve au tribunal pour tromperie et escroquerie en bande organisée. Mais pour l’ONG Foodwatch, ce procès est avant tout un signal d’alarme pour renforcer la traçabilité des aliments, encore insuffisante aujourd’hui.

Cheval Spanghero viande LOSHADENOK
L'utilisation de viande de cheval à la place de bœuf a concerné 750 tonnes de plats cuisinés en Europe.
@LOSHADENOK

Six ans après le retentissant scandale de la viande de cheval vendue comme du bœuf en Europe, quatre hommes soupçonnés d'avoir participé à l'escroquerie, dont deux anciens dirigeants de l'entreprise Spanghero, sont jugés à partir de lundi 21 janvier à Paris.

L'affaire, d'ampleur internationale, avait éclaté début 2013 au Royaume-Uni. Les consommateurs avaient découvert, effarés, que leurs lasagnes "pur bœuf" pouvaient en réalité contenir 100 % de viande équine, ou que du cheval canadien avait pu être vendu comme du bœuf européen.

Ce scandale alimentaire - mais pas sanitaire - avait révélé la complexité et l'opacité des circuits d'approvisionnement et de transformation, de l'abattage de l'animal à l'agglomérat d'un "minerai de viande" qui terminait, après un long voyage, dans des millions d'assiettes sous forme de plats décongelés.

Escroquerie en bande organisée

Le volet Spanghero, jugé à partir de lundi 21 janvier, par le tribunal correctionnel de Paris, est le plus médiatique, mais toute la viande de cheval retrouvée dans des plats pur bœuf à l'époque du scandale n'a pas transité par cette entreprise. Spanghero est accusée d'avoir commercialisé cette viande sous la mention "avant de bœuf désossé" en sachant pertinemment qu'il s'agissait de cheval, moins cher sur le marché, et d'avoir modifié les étiquetages de manière à faire croire qu'elle était découpée et travaillée sur place alors qu'elle venait de Roumanie, de Belgique ou du Canada.

Quatre hommes doivent comparaître, principalement pour tromperie et escroquerie en bande organisée. À l'époque, l'autorité française anti-fraudes (DGCCRF) avait comptabilisé 750 tonnes de viande écoulées dans 13 pays européens, soit 4,5 millions de plats cuisinés.

Lourdement touchées, des marques comme Findus ou Picard avaient massivement retiré de la vente leurs lasagnes, moussaka et autre chili con carne après des tests ADN ayant confirmé que le "bœuf" n'en était pas. Les investigations ont mis au jour une fraude organisée et lucrative, qui a pu prospérer sur des contrôles insuffisants.

Cercle infernal des scandales sanitaires

Foodwatch espère que le procès Spanghero permettra de "briser le cercle infernal" des "scandales alimentaires", d'améliorer la transparence de la filière viande et d'augmenter les contrôles. Pour l’ONG, il s’agit de mettre en évidence "l'opacité, le manque de traçabilité de la viande" et "les sous-effectifs criants au sein des organes de contrôle", estime Karine Jacquemart, directrice de Foodwatch France, citée dans un communiqué.

Foodwatch reconnaît que quelques mesures de transparence ont suivi comme l'étiquetage de l'origine de la viande dans les plats préparés depuis fin 2016, la multiplication par dix des amendes en cas de tromperie décidée par la loi Hamon, et la création d'un réseau européen pour une meilleure collaboration entre États membres, le Food Fraud Network.

Mais "six ans après, le constat reste accablant et il est impératif d'aller beaucoup plus loin", estime l'ONG, qui rappelle les derniers scandales alimentaires en date que les œufs contaminés au fipronil et l'affaire du lait contaminé Lactalis.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Viande hachee pixabay

Scandale alimentaire : des entreprises françaises ont vendu des faux-steaks aux plus démunis

La répression des fraudes a annoncé vendredi avoir découvert une "tromperie" sur la qualité de steaks hachés distribués par une entreprise française à des associations d'aide aux plus démunis. Si leur consommation ne présentait pas de risque pour la santé, les entreprises mises en cause risquent...

Trashtagchallenge DIZZRY bon

Défi zéro déchet, Familles à énergies positives, #Trashtagchallenge...ces challenges qui rendent les citoyens plus écolos

S’engager à ne rien acheter de neuf pendant un an, participer à un défi de réduction de la consommation, ramasser le maximum de déchets dans la mer en kayak… Les associations utilisent de plus en plus notre esprit de compétition pour faire du bien à la planète, en mettant en place différents...

Change system not climate change changement iStock DisobeyArt

Semaine du développement durable : changer les comportements pour répondre au défi climatique

Pour répondre aux enjeux du changement climatique, il est nécessaire de modifier nos modes de vie. Alimentation, transports, déchets… Tous les pans de la consommation sont concernés. Et ces changements sont déjà à l’œuvre. Le point sur cinq secteurs en pleine ébullition, à l'occasion de l'ouverture...

Banane commerce equitable Credits Faitrade International Camilo Perez

Loi Pacte : l'usage du terme "équitable" désormais réglementé

La loi Pacte, publiée le 24 mai au journal officiel, précise les conditions d'utilisation du terme "équitable", pour éviter les utilisations abusives de cette allégation dans le commerce. Depuis quelques mois, plusieurs marques mettent en avant cette promesse dans leur communication, sans pour...