Publié le 06 décembre 2018

SOCIAL

[La vidéo des solutions] Pour un Noël écolo, Treezmas propose des sapins durables à replanter

Entre le sapin coupé et celui en plastique, il y a une troisième option, c'est le sapin en pot. La startup Treezmas propose d'adopter un sapin "vivant" pendant les fêtes et le récupère début janvier pour le replanter directement chez le producteur qui l'a élevé. Un moyen plus écologique de passer les fêtes. 

Treezmas propose aux consommateurs d'adopter un sapin en pot pour pouvoir le replanter.
©CC0

Vive le vent d'hiver et les sapins sur les trottoirs après les fêtes. Des millions d'entre eux sont abandonnés chaque année à leur triste sort dès la fin du mois de décembre. Pour remédier à ce problème, la startup Treezmas, rachetée par l'enseigne Botanic, propose des sapins en pots, qui survivent aux fêtes de fin d'année.

Sapins replantés ou compost végétal

"L'idée est de proposer un service de livraison de sapins aux particuliers", explique Arnaud Brossin, directeur Botanic de Brétigny-sur-Orge et responsable Treezmas. "Nos sapins n'ont pas été coupés, ils ont donc toutes leurs racines. Le client choisit sur notre site internet le sapin qu'il veut, on lui livre et après les fêtes, on revient le chercher pour lui donner une seconde vie".

Plusieurs options s'offrent alors à Treezmas. Si le sapin n'a pas résisté aux passages des enfants, du père Noël ou du chat, il sera réutilisé en compost végétal. Si, au contraire, le client en a pris soin, lui a donné assez d'eau et installé dans une pièce pas trop chaude, la startup le renvoie chez le producteur où il sera replanté. Le consommateur peut également faire le choix de le replanter directement chez lui. Il détient d'ailleurs un carnet de santé du sapin pour mieux réussir à le garder en forme.

Mieux vaut un naturel qu'un sapin en plastique

Tous les sapins de Treezmas proviennent de production française ou belge qui possède une certification environnementale des cultures. Le consommateur a le choix entre Basile, un épicéa de trois ans mesurant 1 mètre, Marcel, un Nordmann de six ans de 1,40 mètre ou encore Auguste et Victor, qui peuvent atteindre les 2 mètres. 

Dans tous les cas, pour passer un Noël plus écolo, mieux vaut privilégier un sapin naturel. Un sapin en plastique émet 2,5 fois plus de CO2 qu'un naturel. Sauf si vous le gardez 20 ans. D'ici là, il devrait lui aussi avoir perdu ses épines.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Mediametic serres separees 1

Serres individuelles, bars à ciel ouvert… les restaurants à l’ère du Coronavirus

Comment respecter les règles de distanciation sociale dans les bars et restaurants ? C’est le casse-tête sur lequel planche encore le gouvernement français. En attendant, de Vilnius à Washington en passant par Amsterdam, les villes du monde entier rivalisent d’idées pour rouvrir leurs portes. Des...

EXPRESS MARCHE GOULET TURPIN premier supermarche

[À l'origine] En 1958, le premier supermarché ouvre en France et c’est une révolution culturelle

Des caddies, des produits en libre-service, une offre gigantesque avec plus de 2 000 références... En 1958, la société Goulet-Turpin ouvre l'Express Marché, le premier supermarché de France. Son apparition marque une rupture dans le paysage commercial français, jusqu'ici représenté par les petits...

Belle ile en mer tourisme de masse AFP

Après le Covid-19, la France prépare un plan de relance pour un tourisme durable

La France veut reconstruire un tourisme durable et digital après la crise sanitaire. La Caisse des dépôts et Consignations (CDC), qui s'engage à mettre 1,3 milliard d'euros dans le plan de relance, assure que ses investissements seront conditionnés à des critères environnementaux. De quoi relancer...

Acte International Bengladesh textile fast fashion

Avec le Covid-19, la fast fashion perd le fil et doit changer de modèle

L'industrie textile a subi de plein fouet l'impact du Covid-19. Les deux géants HM et Zara accusent de fortes baisses de ventes, qui se répercutent directement sur l'emploi des ouvrières au Bangladesh, au Cambodge ou encore en Chine. La fast fashion doit revoir son modèle, basé sur une chaîne...