Publié le 15 juillet 2019

SOCIAL

[Le monde en 2050] Uniforme et plafond de CO2, la mode est au régime autoritaire

Novethic vous transporte en 2050 pour découvrir le monde secteur par secteur selon les grandes tendances identifiées par nos journalistes. Premier épisode: la mode. Après des décennies à vouloir réduire l’impact environnemental de la mode, les autorités sont passées à la vitesse supérieure. Chaque citoyen a un quota de CO2 à ne pas dépasser sous peine de ne pouvoir réaliser d’achat de vêtement pendant un an. Et tous doivent être confectionnés avec des déchets.

La mode en 2050
Pour réduire l'impact environnemental de l'industrie textile, la France a pris, en 2050, des mesures drastiques.
CC0

"Samia, vous pouvez maintenant commander un pantalon à moins de 5 kg d’équivalent CO2 ce mois-ci". Un voyant sur l’hologramme-tactile 6D de la jeune femme se met au vert. Ce moment, elle l’attendait avec impatience. Il faut dire qu’en mai, elle avait failli dépasser son plafond d’émission de CO2 de vêtement, ce qui lui aurait valu une sanction d'un an sans achat. Depuis 2045, le gouvernement a mis en place ce système de quota pour faire baisser l’impact environnemental de l’industrie textile, particulièrement élevé.

"Lauren, faites défiler la liste", demande Samia à son assistante vocale, "je veux un pantalon en champignon". L’étudiante en sélectionne un et l’enfile virtuellement, cela permettra aux fabricants d’avoir ses mesures. "Je prends celui-ci", décide-t-elle. Elle se trouve de suite connectée à l’usine qui va réaliser son vêtement. Il s’agit de Blina, une usine malienne certifiée par le gouvernement pour ses pratiques respectueuses de l’environnement et de ses salariés.

Chaque vêtement est certifié par le gouvernement

Sans cette certification, les vêtements des distributeurs ne peuvent apparaître dans la liste approuvée par le gouvernement. Or c’est la seule voie par laquelle les consommateurs ont le droit de passer pour acheter un vêtement. Surtout, tous les produits vendus doivent être réalisés avec des déchets. Les marques doivent s’approvisionner chez les poissonneries pour récupérer les écailles qui serviront à fabriquer les sacs, même chose pour la peau des ananas qui composent les chaussures.

La semaine dernière, le 8 septembre 2050, les autorités ont pour la énième fois démantelé un trafic de vêtements venus d’Asie. Certains continuent de s’accrocher à un ancien monde. Il faut dire que les industries des pays asiatiques, d’où étaient exportés la majorité des vêtements il y a encore 20 ans ont toutes mis la clé sous la porte, laissant des millions d’ouvrières sur le carreau. Un marché noir s’est ainsi développé mais il n’en reste aujourd’hui que quelques vestiges.

L’urgence mène à des régimes autoritaires

Les marques ont encore le droit de sous-traiter la fabrication de leur vêtement dans des pays étrangers, mais seulement si 70 % de la matière première provient du pays en question. L’enjeu pour les fabricants est de créer les vêtements les plus faibles en carbone.

Au début, bien sûr, cette idée a provoqué des manifestations. Les consommateurs arguant un système liberticide et les acteurs de la mode dénonçant la mort de l’industrie. Mais après des décennies à essayer de limiter l’impact du textile sans y arriver, les autorités, croulant sous les plaintes de citoyens, ont sorti les grands moyens. Les écoliers doivent désormais porter un uniforme, même en dehors des cours et chaque profession a également un code vestimentaire attitré. En 2050, l’urgence est telle que les pays sont tous dirigés par des régimes autoritaires.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Consommation bio locale de saison effet covid

[Effet post-Covid] Les Français reviennent vers une alimentation bio et locale

Le confinement provoqué par le Covid-19 a eu l'effet d'un déclic pour nombre de citoyens qui se sont tournés vers une alimentation bio, voire locale. Les circuits courts ont profité de cette aubaine tout comme la grande distribution, qui, pendant le confinement, a fait la part belle aux fruits et...

La vie claire 1948 bn

[À l’origine] En 1948, La Vie Claire lance un premier magasin bio avant l'heure

Le marché du bio a connu un vrai boom pendant le confinement. Si la grande distribution tient désormais une place majeure dans le marché, ce sont les enseignes spécialisées comme La Vie Claire qui ont ouvert la voie. En 1948, alors que le label AB n'existait pas encore, la Vie Claire lance un...

Consommation locale istock julief514

Une carte de fidélité écolo, pour favoriser une consommation durable et locale

Alors que le confinement a plombé la consommation des Français, la reprise de cette dernière s'avère primordiale pour l'économie du pays. L'occasion est unique de pouvoir la réorienter vers des produits locaux et verts, assure la Fabrique écologique qui appelle à la mise en place d'une carte de...

Vanmoof publicite Capture ecran

Un fabricant néerlandais de vélos s'estime censuré en France pour sa pub "anti-voitures"

Le fabricant néerlandais de vélos électriques Vanmoof a dénoncé mardi 30 juin un avis de l'autorité française de régulation de la publicité lui demandant de modifier un spot jugé anti-voiture. En cause : des plans montrant des "images anxiogènes" de la voiture. Une affaire qui s'inscrit dans un...