Publié le 30 janvier 2019

SOCIAL

Le régime idéal pour nourrir sainement 10 milliards d'êtres humains sans détruire la planète

Après "Fumer tue", indiquera-t-on bientôt que "Manger tue" sur les hamburgers ? Selon une nouvelle étude, avec 11 millions de morts par an, un régime alimentaire malsain est un risque plus important que l'alcool, le tabac, les rapports sexuels non protégés et la drogue réunis. Pour y remédier, les chercheurs ont mis au point un régime alimentaire idéal qui permettrait de sauver 11 millions de personnes tout en préservant la planète.

La malbouffe plus nocive que le tabac alcool drogue sexe non protege
Un enfant d'ouvrier a quatre fois plus de risques d'être obèse qu'un enfant de cadre.
©CC0

Que faut-il manger pour être en bonne santé, nourrir 10 milliards de personnes d’ici 2050 et préserver la planète ? C’est la question à laquelle ont essayé de répondre une trentaine de scientifiques de seize pays différents, collaborant avec la revue médicale britannique The Lancet et la fondation EAT. "Les régimes alimentaires actuels poussent la Terre au-delà de ses limites et sont source de maladies : ils sont à la fois une menace pour les gens et pour la planète", constatent les chercheurs qui ont tenté de définir le régime idéal.

L’étude assure de la nécessité d’un régime riche en plantes comme les fruits, légumes ou noix et faible en viande. Il faudrait ainsi "doubler la consommation mondiale de fruits, de légumes, de noix et de légumineuses" et "réduire de plus de 50 % celle de viande rouge et de sucres". Attention toutefois aux spécificités nationales. Pour un Américain du nord, la portion de viande devra être divisée par six alors que pour un Asiatique du sud-est il faudra au contraire la multiplier par deux.

Une personne peut à la fois souffrir de sous-nutrition et de surpoids

Ce régime alimentaire, plus équilibré, permettait de réduire de plus de 20 % la mortalité des adultes en évitant le décès de 11,6 millions de personnes par an. Aujourd'hui "un régime alimentaire malsain représente un risque plus élevé de morbidité et de mortalité prématurées que celui causés par la somme des rapports sexuels non protégés, l’alcool, les drogues et le tabac tout compris".

Cette conclusion n’est pas nouvelle. Un groupe d’experts britanniques du Global Panel on Agriculture and Food Systems for Nutrition estimait déjà en 2016 que la malbouffe constituait le risque numéro 1 pour la santé. Il évoquait notamment des risques de malnutrition infantile, d’hypertension, d’hyperglycémie, de surpoids et de cholestérol.

Or, en 2050, selon la FAO, trois milliards de personnes pourraient être atteintes de surpoids ou d’obésité. C’est la qualité de leur alimentation qui est pointée du doigt. Car une personne peut à la fois souffrir de sous-nutrition et de surpoids, indique l’étude. Plusieurs pays sont d'ailleurs déjà touchés par les deux phénomènes.

Obésité, sous-nutrition et changement climatique liés

Et la situation risque de s'aggraver avec le réchauffement climatique, estiment des chercheurs dans une étude publiée le 27 janvier dans The Lancet. Ils avancent que l'obésité, la sous-nutrition et le changement climatique sont liés.

"Ces trois phénomènes interagissent : le système alimentaire est non seulement responsable des pandémies d'obésité et de dénutrition, mais génère aussi 25 à 30 % des émissions de gaz à effet de serre", écrivent les scientifiques. "Nos systèmes de transport dominés par la voiture favorisent un mode de vie sédentaire tout en générant de 14 à 25 % des émissions de gaz à effet de serre". 

En France, le nombre de personnes souffrant d’obésité ou de surpoids a considérablement augmenté. Le Conseil national de l’Alimentation (CNA) estime, dans un rapport publié en septembre, que 18 millions de Français sont atteints d’obésité soit 17 % d’adultes et 4 % d’enfants. Avec de fortes inégalités sociales : un enfant d’ouvrier a quatre fois plus de risques d’être obèse qu’un enfant de cadre.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Ces marques qui annoncent un tournant de l agroalimentaire

Poulehouse, C'est qui le patron ou Bleu, blanc, ruche... 5 marques qui mettent la responsabilité au coeur de l'agroalimentaire

Le prix bas n'est plus le seul credo du secteur de l'agroalimentaire. Ces dernières années de nouvelles marques ont émergé à l'instar de Poulehouse, la Nouvelle agriculture ou C'est qui le patron. Elles ont montré que des consommateurs étaient prêts à payer quelques centimes de plus pour mieux...

L application mylabel consommer responsable peut detroner yuka

[La vidéo des solutions] MyLabel, l’appli pour consommer responsable qui peut détrôner Yuka

Plus besoin de choisir entre préserver sa santé ou l'environnement en faisant ses courses. L'application MyLabel vous aiguille dans vos achats en fonction des critères sociaux, environnementaux et sanitaires qui vous paraissent le plus important. De quoi vous aider à manger en cohérence avec vos...

Champ de coton dans le gers jean fil

Jean Fil a réussi à créer un approvisionnement en coton 100 % français

Faire pousser du coton dans le Gers : une idée folle ? Pas tant que ça ! Trois agriculteurs, fondateurs de l'entreprise Jean Fil, se sont lancés il y a trois ans. Résultat : ils s'apprêtent à vendre leur deuxième collection de polos, entièrement tissés, teints et confectionnés en France. Et ils vont...

Les cinq infos insolite qui ne sont pas un poisson d avril

Un urinoir pour vaches, un monde à deux minutes de l'apocalypse, les frites en danger... Non, ce ne sont pas des poissons d'avril

Un urinoir pour vaches destiné à réduire les émissions d'ammoniac, un bunker censé sauver les semences en cas de catastrophes naturelles qui prend l'eau, des frites de plus en plus courtes à cause du réchauffement climatique ou encore un monde à deux minutes de l'apocalypse... Pas de poisson d'avril...