Publié le 11 septembre 2018

SOCIAL

La loi interdisant de jeter les vêtements invendus sera votée en 2019

Top départ pour le projet de loi qui interdira aux marques de vêtements de jeter ou brûler leurs invendus. Le ministère vient en effet de lancer les premières consultations avec les acteurs de la filière textile. Emmaüs, à l'initiative de cette mesure, maintient la pression. Quant aux marques, elles se préparent déjà à ce changement de pratiques. 

Face à la pression d'Emmaüs, le ministère avait décidé en avril de légiférer sur l'interdiction de détruire des invendus dans le secteur textile.
Pixabay

C’est confirmé. La loi sur l’interdiction de jeter ou brûler les vêtements invendus sera bien proposée en 2019. "Cette mesure sera inscrite dans la loi en même que les autres mesures de la feuille de route pour l’économie circulaire et la transposition directive cadre sur les déchets", a expliqué à Novethic le ministère de la Transition écologique et solidaire. "Ce projet de loi devrait être présenté courant 2019".

Emmaüs maintient la pression 

C’est Emmaüs qui avait poussé à la création de cette mesure désormais inscrite dans la feuille de route sur l'économie circulaire. "Ce qu’on récupère de la fast fashion ne représente pas des quantités hallucinantes", expliquait en avril à Novethic Valérie Fayard, directrice générale adjointe d’Emmaüs. "Certaines enseignes pensent que donner leurs vêtements à des associations va dégrader leur image".

Pour l’instant, le ministère n’en est qu’à la toute première étape du processus. Il vient à peine de lancer la concertation avec les différents acteurs de la filière. Logiquement, Emmaüs a déjà été reçu. "Nous avons exposé notre vision mais nous n’avons pas eu de date de chantier, ni de planning. Nous sommes bien décidés à maintenir la pression pour faire avancer au plus vite les pratiques", argue Valérie Fayard.

L'annonce de la loi fait déjà bouger les lignes 

La loi devrait normalement suivre les grands principes de celle votée contre le gaspillage alimentaire. Depuis février 2016, toutes les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés sont obligées de conclure une convention avec une association caritative pour lutter contre le gaspillage alimentaire. L’idée serait ainsi d’obliger les enseignes textiles à faire de même.

Et déjà, l’annonce d’une telle réglementation commence à faire effet. Les Galeries Lafayette viennent de lancer le mouvement Go for good. Une initiative pour une mode responsable rejointe par plus de 500 marques. "L’interdiction prochaine de détruire les invendus contribue à faire que le développement responsable soit une réalité", affirme Nicolas Houzé, directeur général du groupe.

Des scandales à répétition 

Quelques jours plus tard, le 5 septembre, Burberry annonçait arrêter la destruction de ses invendus vestimentaires. En juillet 2017, la maison de luxe avait été pointée du doigt pour avoir brûlé des milliers de ses célèbres trenchs. Cette pratique est très courante dans le milieu du luxe, où, pour certaines maisons, "solder un article revient à dévaloriser le produit", expliquait Jean-Noël Kapferer, professeur à l’Inseec Luxury Institute.

Mais des enseignes de la fast fashion s’était aussi fait prendre la main dans le sac. À l’instar de H&M accusé d’avoir brûlé, depuis 2013, soixante tonnes de vêtements invendus. C’est ce qu’ont affirmé en octobre 2017 les journalistes de l’émission danoise Opération X. H&M s’était justifié, en expliquant que les vêtements en question présentaient des taux d’humidité et de produits chimiques trop élevés. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Consommation bio locale de saison effet covid

[Effet post-Covid] Les Français reviennent vers une alimentation bio et locale

Le confinement provoqué par le Covid-19 a eu l'effet d'un déclic pour nombre de citoyens qui se sont tournés vers une alimentation bio, voire locale. Les circuits courts ont profité de cette aubaine tout comme la grande distribution, qui, pendant le confinement, a fait la part belle aux fruits et...

La vie claire 1948 bn

[À l’origine] En 1948, La Vie Claire lance un premier magasin bio avant l'heure

Le marché du bio a connu un vrai boom pendant le confinement. Si la grande distribution tient désormais une place majeure dans le marché, ce sont les enseignes spécialisées comme La Vie Claire qui ont ouvert la voie. En 1948, alors que le label AB n'existait pas encore, la Vie Claire lance un...

Consommation locale istock julief514

Une carte de fidélité écolo, pour favoriser une consommation durable et locale

Alors que le confinement a plombé la consommation des Français, la reprise de cette dernière s'avère primordiale pour l'économie du pays. L'occasion est unique de pouvoir la réorienter vers des produits locaux et verts, assure la Fabrique écologique qui appelle à la mise en place d'une carte de...

Vanmoof publicite Capture ecran

Un fabricant néerlandais de vélos s'estime censuré en France pour sa pub "anti-voitures"

Le fabricant néerlandais de vélos électriques Vanmoof a dénoncé mardi 30 juin un avis de l'autorité française de régulation de la publicité lui demandant de modifier un spot jugé anti-voiture. En cause : des plans montrant des "images anxiogènes" de la voiture. Une affaire qui s'inscrit dans un...