Publié le 04 décembre 2017

SOCIAL

Quand la cosmétique bio se parfume à la pétrochimie

Pour la première fois une norme internationale va définir la cosmétique "bio et naturelle". Or cette norme est fustigée par des spécialistes du secteur comme Cosmébio qui pointe des critères peu exigeants. "Un produit indiquant 20 % de bio et 80 % d'ingrédients issus d'OGM ou de la pétrochimie pourra se revendiquer comme bio", assure la directrice générale d'Ecocert Green, Valérie Lemaire.  

Une norme internationale définissant la cosmétique bio et naturelle est fustigée pour son manque d'exigence par une partie des entreprises du secteur.

Y aura-t-il bientôt des "cosmétiques naturelles" composées en partie de produits pétrochimiques comme du parabène et de la silicone ? C’est ce que craignent plusieurs organisations du secteur dont Cosmébio, une association internationale spécialisée dans la cosmétique naturelle et biologique, regroupant 350 entreprises et 450 marques.

Le coupable est l'ISO 16128. Un numéro qui secoue les entreprises du secteur. Cette norme internationale sera définitivement adoptée à la fin de l’année 2017. Or, "elle va tromper les consommateurs", alerte Nicolas Bertrand, directeur du développement de Cosmébio, interrogé par Novethic, "en particulier les non avertis qui découvrent la cosmétique bio car elle donne les clés pour apposer des allégations ambiguës sur le packaging", précise l'association.

Pas de minimum d'ingrédients bio ni de liste noire de produits pétrochimiques 

Pour bien comprendre, il faut savoir que, jusqu’ici, aucune norme internationale ne définissait la cosmétique bio et naturelle. Les professionnels ont donc créé des labels permettant aux consommateurs de s’y retrouver. Cosmébio par exemple s’appuie sur le label Cosmos Organic pour labelliser ses produits. Une crème bio doit être composée au minimum de 95 % d’ingrédients végétaux bio, 95 % minimum d’ingrédients d’origine naturelle, 20 % d’ingrédients bio au total, et 5 % maximum d’ingrédients synthétiques parmi lesquels sont exclus les OGM, parabens, silicone ou encore phénoxyéthanol.

Or, la nouvelle norme européenne n’exige pas de minimum d’ingrédients bio dans le produit final et n’exclut pas les OGM ou autres produits pétrochimiques controversés. "Dans un contexte de confiance établie de longue haleine avec les consommateurs, il serait contre-productif et dommageable de laisser penser au consommateur qu’un produit indiquant 20 % de bio et 80 % d’ingrédients issus d’OGM ou de la pétrochimie, sans aucune garantie de respect de l’environnement, puisse se revendiquer comme étant bio", explique Valérie Lemaire, directrice générale d’Ecocert Greenlife, un des organismes fondateurs de COSMOS.

"Cette norme, c'est du greenwashing"

Reste que cette norme n’est pas un label. Et elle est saluée par la Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA) qui se réjouit que "les acteurs internationaux de la cosmétique parlent enfin tous le même langage (...) Cette norme a le grand mérite d’aboutir à une harmonisation des positions des principaux pays concernés", estime-t-elle. Et de rétorquer : "Les labels, tels que COSMOS, peuvent toujours apporter des exigences complémentaires dans leur cahier des charges, faire certifier des produits et apposer un logo".

Des arguments qui ne convainquent pas les réfractaires. "Cette norme, c’est du greenwashing", fustige Nicolas Bertrand pour qui la cosmétique bio pourrait perdre en crédibilité. D’autant que les normes ISO ne sont pas des organismes de contrôle. Les pourcentages affichés par les marques ne seront pas vérifiés.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La moitié des baumes à lèvres contiennent des substances toxiques

Yves Rocher, Garnier, Labello, Le Petit Marseillais... La liste des baumes totalement déconseillée par l'UFC-Que-Choisir est longue. L'association a découvert des huiles minérales et des perturbateurs endocriniens dans 10 des 21 marques de baumes testés. Étonnamment, c'est le baume le...

L'Oréal protège la biodiversité parce que son business le vaut bien

Face à la demande des consommateurs et à l'urgence climatique, l'Oréal multiplie les initiatives pour préserver l'environnement : approvisionnement durable, ingrédients n'ayant pas d'impacts nocifs sur la vie aquatique ou encore biodégradabilité des emballages. Le leader mondial des...

L'huile d'argan ou l'envers du développement durable

Le Maroc compte sur une certification de l'Argan pour améliorer les bénéfices locaux de la commercialisation de cette huile de luxe. Objectif : redorer le blason d'une filière moins vertueuse que ne le prétendent les étiquettes des cosmétiques occidentales.

L’Oréal championne mondiale du développement durable, selon le CDP

Neutralité carbone, zéro déforestation, usines sèches... L’Oréal s’attaque au développement durable sur tous les fronts. Le groupe vient de se voir décerner la meilleure note par le CDP dans son classement annuel des entreprises mondiales en matière de performance environnementale. Une...

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

La mode en 2050

[Le monde en 2050] Uniforme et plafond de CO2, la mode est au régime autoritaire

Au mois de juillet, Novethic vous transporte en 2050 pour découvrir le monde secteur par secteur selon les grandes tendances identifiées par nos journalistes. Premier épisode: la mode. Après des décennies à vouloir réduire l’impact environnemental de la mode, les autorités sont passées à la vitesse...

Act for food : au-delà des discours, Carrefour veut "crédibiliser sa démarche durable"

Comment dépasser les accusations de greenwashing ? En prenant des engagements concrets pour la rémunération des producteurs, l'alimentation bio, les substances controversées. Avec l'opération Act for food, Carrefour veut devenir le leader de la transition alimentaire et renouer la confiance avec les...

Mode durable : transparence is the new black

Les soldes ont démarré mercredi 26 juin. C'est parti pour six semaines de prix bas. Et sous cette avalanche de promotions, il est bien difficile pour le consommateur de trouver des informations sur le vêtement qu'il s'apprête à acheter. Pour l'aider dans ses choix, plusieurs marques font le pari de...

Scandale alimentaire : des entreprises françaises ont vendu des faux-steaks aux plus démunis

La répression des fraudes a annoncé vendredi avoir découvert une "tromperie" sur la qualité de steaks hachés distribués par une entreprise française à des associations d'aide aux plus démunis. Si leur consommation ne présentait pas de risque pour la santé, les entreprises mises en cause risquent...