Publié le 04 décembre 2017

SOCIAL

Quand la cosmétique bio se parfume à la pétrochimie

Pour la première fois une norme internationale va définir la cosmétique "bio et naturelle". Or cette norme est fustigée par des spécialistes du secteur comme Cosmébio qui pointe des critères peu exigeants. "Un produit indiquant 20 % de bio et 80 % d'ingrédients issus d'OGM ou de la pétrochimie pourra se revendiquer comme bio", assure la directrice générale d'Ecocert Green, Valérie Lemaire.  

Une norme internationale définissant la cosmétique bio et naturelle est fustigée pour son manque d'exigence par une partie des entreprises du secteur.

Y aura-t-il bientôt des "cosmétiques naturelles" composées en partie de produits pétrochimiques comme du parabène et de la silicone ? C’est ce que craignent plusieurs organisations du secteur dont Cosmébio, une association internationale spécialisée dans la cosmétique naturelle et biologique, regroupant 350 entreprises et 450 marques.

Le coupable est l'ISO 16128. Un numéro qui secoue les entreprises du secteur. Cette norme internationale sera définitivement adoptée à la fin de l’année 2017. Or, "elle va tromper les consommateurs", alerte Nicolas Bertrand, directeur du développement de Cosmébio, interrogé par Novethic, "en particulier les non avertis qui découvrent la cosmétique bio car elle donne les clés pour apposer des allégations ambiguës sur le packaging", précise l'association.

Pas de minimum d'ingrédients bio ni de liste noire de produits pétrochimiques 

Pour bien comprendre, il faut savoir que, jusqu’ici, aucune norme internationale ne définissait la cosmétique bio et naturelle. Les professionnels ont donc créé des labels permettant aux consommateurs de s’y retrouver. Cosmébio par exemple s’appuie sur le label Cosmos Organic pour labelliser ses produits. Une crème bio doit être composée au minimum de 95 % d’ingrédients végétaux bio, 95 % minimum d’ingrédients d’origine naturelle, 20 % d’ingrédients bio au total, et 5 % maximum d’ingrédients synthétiques parmi lesquels sont exclus les OGM, parabens, silicone ou encore phénoxyéthanol.

Or, la nouvelle norme européenne n’exige pas de minimum d’ingrédients bio dans le produit final et n’exclut pas les OGM ou autres produits pétrochimiques controversés. "Dans un contexte de confiance établie de longue haleine avec les consommateurs, il serait contre-productif et dommageable de laisser penser au consommateur qu’un produit indiquant 20 % de bio et 80 % d’ingrédients issus d’OGM ou de la pétrochimie, sans aucune garantie de respect de l’environnement, puisse se revendiquer comme étant bio", explique Valérie Lemaire, directrice générale d’Ecocert Greenlife, un des organismes fondateurs de COSMOS.

"Cette norme, c'est du greenwashing"

Reste que cette norme n’est pas un label. Et elle est saluée par la Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA) qui se réjouit que "les acteurs internationaux de la cosmétique parlent enfin tous le même langage (...) Cette norme a le grand mérite d’aboutir à une harmonisation des positions des principaux pays concernés", estime-t-elle. Et de rétorquer : "Les labels, tels que COSMOS, peuvent toujours apporter des exigences complémentaires dans leur cahier des charges, faire certifier des produits et apposer un logo".

Des arguments qui ne convainquent pas les réfractaires. "Cette norme, c’est du greenwashing", fustige Nicolas Bertrand pour qui la cosmétique bio pourrait perdre en crédibilité. D’autant que les normes ISO ne sont pas des organismes de contrôle. Les pourcentages affichés par les marques ne seront pas vérifiés.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Publicite istock

Travailler plus pour consommer plus : les effets pervers de la publicité

Un rapport de l’association Communication et démocratie et de l’Institut Veblen, s’appuyant sur une étude universitaire, montre les impacts économiques très concrets des dépenses de publicité en France. Celles-ci ont conduit à une hausse de la consommation mais aussi à une hausse des heures...

Voitures suv istock

"La baisse des ventes de véhicules profite aux constructeurs automobiles", selon Aurélien Bigo

La baisse des ventes automobiles n'est une bonne nouvelle ni pour le climat, ni pour les particuliers. C'est ce qu'explique à Novethic le chercheur sur la transition énergétique des transports, Aurélien Bigo. Il décrypte la stratégie des constructeurs : vendre moins mais plus chers des véhicules...

Ville verte sobriete frugalite pietons velos verdure transition istock Michael Wels

Inscription dans la loi, partage de l'effort, temps de travail : plus de 5 000 citoyens font des propositions en faveur de la sobriété

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté mercredi 11 janvier un avis sur la sobriété afin de favoriser son évolution dans la société et dans nos modes de vie. Signe que le sujet, encore tabou il y a un an, se démocratise. Parmi la vingtaine de préconisations, il y a la...

Seconde main vestiaire collective fast fashion pexel

Boohoo, Shein, Asos… La plateforme de seconde main Vestiaire Collective élimine la fast fashion de son catalogue

Vestiaire Collective s’engage contre la fast fashion. La plateforme de vente et d’achat de seconde main a annoncé fin novembre le retrait d’une vingtaine de références de son site. Il s’agit de la première étape d’un plan défini sur trois ans pour appeler à une mode plus responsable et à une...