Publié le 10 janvier 2018

FINANCE DURABLE

L’Autorité des marchés financiers fait la leçon à Nabilla sur les dangers du bitcoin

L’autorité des marchés financiers a repris Nabilla sur le Bitcoin. Cette dernière affirmait, dans le cadre d’une vidéo promotionnelle sur les réseaux sociaux, que c’est un investissement sûr et rentable. Mais l’AMF lui rappelle que tout peut être perdu avec de tels placements.

Nabilla a fait la promotion du site d'achat de Bitcoins sur Snapchat.
Nabilla

Faire du placement publicitaire sur les réseaux sociaux par le biais d’influenceurs à succès est courant. Les Norman, Cyprien et autres Natoo ne se privent pas de promouvoir des produits sur Youtube, Instagram, Twitter... La star de la téléréalité Nabilla se prête aussi à l’exercice, mais sa dernière promotion est sortie de l’ordinaire. Il s’agissait de mettre en avant un produit financier : la monnaie virtuelle bitcoin. Mais son plaidoyer, un peu trop enthousiaste sur Snapchat, a forcé l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) à réagir.

Nabilla vantait les mérites de Traderlebitcoin, un site de trading qui permet l’achat de la monnaie virtuelle. Et son argumentaire semblait "convaincant". Elle parle d’une monnaie qui est "grave en train de se développer". "Moi, j'ai dû mettre 1 000 euros et j'ai déjà gagné 800 euros", illustre-t-elle. Elle précise : "C'est de l'argent que vous pouvez toujours récupérer, c'est de l'argent virtuel. C'est gratuit, il n'y a rien à perdre".

Chute de 26 %

Merci Nabilla du bon tuyau… Sauf que l’AMF a immédiatement interpellé la jeune femme sur Twitter. "Nabilla, Le Bitcoin c'est très risqué ! On peut perdre toute sa mise. Pas de placement miracle. Restez à l'écart", assure l’Autorité. Dans un autre message, elle ajoute "Le Bitcoin est un investissement risqué. Nous vous invitons à la plus grande vigilance".

 

Et pour cause, après avoir flambé ces derniers mois au point de flirter avec les 20 000 dollars l’unité mi-décembre, celui-ci a perdu 26 % de sa valeur ces derniers jours. Et plusieurs analystes anticipent une chute de 40 % à terme. Malgré cela, depuis décembre, une place financière, le Chicago board options exchange (Cboe), propose un des premiers produits financiers permettant de parier sur l'évolution et l'avenir de la monnaie virtuelle.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Mediametic serres separees 1

Serres individuelles, bars à ciel ouvert… les restaurants à l’ère du Coronavirus

Comment respecter les règles de distanciation sociale dans les bars et restaurants ? C’est le casse-tête sur lequel planche encore le gouvernement français. En attendant, de Vilnius à Washington en passant par Amsterdam, les villes du monde entier rivalisent d’idées pour rouvrir leurs portes. Des...

EXPRESS MARCHE GOULET TURPIN premier supermarche

[À l'origine] En 1958, le premier supermarché ouvre en France et c’est une révolution culturelle

Des caddies, des produits en libre-service, une offre gigantesque avec plus de 2 000 références... En 1958, la société Goulet-Turpin ouvre l'Express Marché, le premier supermarché de France. Son apparition marque une rupture dans le paysage commercial français, jusqu'ici représenté par les petits...

Belle ile en mer tourisme de masse AFP

Après le Covid-19, la France prépare un plan de relance pour un tourisme durable

La France veut reconstruire un tourisme durable et digital après la crise sanitaire. La Caisse des dépôts et Consignations (CDC), qui s'engage à mettre 1,3 milliard d'euros dans le plan de relance, assure que ses investissements seront conditionnés à des critères environnementaux. De quoi relancer...

Acte International Bengladesh textile fast fashion

Avec le Covid-19, la fast fashion perd le fil et doit changer de modèle

L'industrie textile a subi de plein fouet l'impact du Covid-19. Les deux géants HM et Zara accusent de fortes baisses de ventes, qui se répercutent directement sur l'emploi des ouvrières au Bangladesh, au Cambodge ou encore en Chine. La fast fashion doit revoir son modèle, basé sur une chaîne...