Publié le 11 octobre 2018

SOCIAL

J'ai testé pour vous le Fairphone 2 et c'est presque un téléphone normal

C'est le seul téléphone éthique au monde, et Novethic l'a testé pour vous. Malgré quelques petites déceptions - un bug rapidement corrigé, un déchargement rapide ou un moteur de recherche pas très éthique (Google) - on peut dire que le Fairphone répond à l'attente des consommateurs. Chaque pièce de l'appareil peut être réparée facilement par l'utilisateur. Et ça change tout. 

Fairphone telephone ethique test
Le Fairphone se démonte comme un Lego, on peut changer toutes les pièces soi-même.
©Fairphone

Le coursier arrive. Dans les mains il tient une petite boîte en carton. À l’intérieur, le Graal, le Fairphone 2 en chair de plastique recyclé et en os de minerais éthiques. Comme un cadeau de Noël, les journalistes de la rédaction de Novethic le regardent avec des yeux envieux et inquiets : comment est-il ? Va-t-il décevoir nos attentes ?

Un grand téléphone 

Première impression : le Fairphone est grand. Beaucoup plus grand et lourd que l’Iphone dont j’ai l’habitude de me servir. La prise en main me paraît logiquement moins sûre, d’autant que la coque est, certes jolie, mais glissante.

Deuxième remarque : il n’y a pas de chargeur. Je fouille plusieurs fois dans le petit carton, mais ne trouve vraiment rien. Je pense à une erreur, appelle directement l’équipe de Fairphone (avec mon Iphone)."C’est volontaire. On ne veut pas qu’un énième chargeur se retrouve à la poubelle alors que nous en avons plein dans nos tiroirs", me rétorque-t-on. Soit. Mais en l’occurrence, je n’ai pas le chargeur adéquat et fais le tour de Novethic à la recherche du bon embout. Je trouve facilement une âme charitable.

Deux cartes SIM pour séparer vie professionnelle de vie privée

Je retire la coque, faite en plastique recyclé, et introduis ma carte SIM dans le premier emplacement. Le Fairphone propose la possibilité d’introduire deux cartes SIM. Une très bonne idée pour ceux qui veulent séparer vie privée et vie professionnelle. Ils pourront switcher de l’une à l’autre sans éteindre leur téléphone. 

Point noir à l'allumage, Fairphone a été développé sous Android, le système d’exploitation de Google. Il est aussi le moteur de recherche par défaut du Fairphone. Or, Google a été pointé du doigt pour son manque de protection des données personnelles, mais aussi pour ses montages fiscaux. Des valeurs bien loin de la marque néerlandaise, premier fabricant de téléphone éthique. Un faux pas que l’on peut réparer nous-mêmes, pour plus de cohérence, en téléchargeant Qwant ou Lilo, deux moteurs de recherche alternatifs qui protègent la vie privée.

Déchargement rapide

Pour l’interface, si vous êtes comme moi, utilisateurs d'Apple depuis longtemps, l’adaptation est assez difficile. Après plusieurs heures d’utilisation, je commence à mieux appréhender le téléphone. Mais je remarque qu’il se décharge assez vite. J’en ai une utilisation assez intense et pendant la semaine de test, j’ai dû le recharger tous les jours.

Le premier bug apparaît au troisième jour : alors que j’écrivais un SMS, le clavier s’est bloqué. J’ai fermé et rouvert la page deux fois, mais rien n’y a changé. J’ai dû allumer et éteindre le Fairphone pour que le bug se résorbe.

Tout est réparable et peu cher 

Mais ces incidents ont vite été oubliés grâce à l’atout principal du Fairphone : le démontage et la réparation de chaque pièce (d’où le prix élevé de l’appareil 525 euros). Si votre flash ne fonctionne plus, vous pouvez en commander un pour 1,71 euro et le monter vous-même. Comptez 2,30 euros pour le bouton de volume et d’alimentation ou encore 20 euros pour la batterie. Une satisfaction personnelle et une contribution à la lutte contre l’obsolescence programmée. C’est là que le Fairphone prend tout son sens.

Le Fairphone ressemble à beaucoup de téléphones sous Android sur le marché. Avec ce plus éthique qui en fait un produit unique. Quelques petits bémols viennent ternir le tableau, mais pas au point de ne pas franchir le pas. "Le téléphone le plus écologique est celui que vous possédez déjà", rappelle toutefois la marque. Si votre téléphone fonctionne, usez-le jusqu’à la dernière touche avant d'en changer, même si c'est pour un Fairphone. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Glyphosate phtalate tampons et serviettes contiennent toujours des substances indesirables

Glyphosate, phtalate... Les tampons et serviettes hygiéniques contiennent toujours des substances indésirables

Rien n'a changé. Malgré la demande de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) de réduire "la présence de substances chimiques" dans les tampons et serviettes hygiéniques, 60 millions de consommateurs, déplore, dans une nouvelle enquête, la persistance de résidus de glyphosate et de...

Commerce equitable fairtrade

Loi Pacte : le Sénat veut contrer l'usage abusif du terme "équitable"

Le Sénat, à majorité de droite, souhaite, dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi Pacte sur les entreprises, préciser les conditions d'utilisation du terme "équitable", pour éviter les utilisations abusives de cette allégation.

Guerre des prix la grande distribution fait vaciller la filiere bio

Guerre des prix : la grande distribution fait vaciller la filière bio

L'appétit des géants de la grande distribution pour le bio rime aussi avec guerre des prix. C'est ce que constatent de plus en plus de fabricants et producteurs de produits bio à qui les distributeurs ont demandé de baisser leur prix lors des négociations commerciales. Une pression qui pourrait...

La loi interdisant aux marques de jeter leurs invendus bientot votee

Interdiction de brûler les invendus vestimentaires : le gouvernement tient sa promesse

L'interdiction pour les marques de jeter leurs invendus vestimentaires sera bien inscrite dans la loi économie circulaire, malgré une formulation floue dénoncée par Emmaüs. La filière textile se dit satisfaite de cette mesure qui devrait être votée fin 2019. Si, chez les géants de la fast fashion,...