Publié le 23 avril 2019

SOCIAL

[Infographie] Le vrai coût social et environnemental des œufs de Pâques

En ce retour de week-end pascal, vos placards débordent sans doute de bons petits œufs, lapins et poules en chocolat. Mais derrière ces friandises appétissantes, l’industrie du chocolat a des impacts environnementaux et sociaux particulièrement néfastes. Des coûts cachés qui contribuent à mettre en péril l'avenir du cacao.

Si 75 % de la production de chocolat vient d’Afrique, seuls 3 % des revenus retombent sur le continent.
@C00

Les Français sont parmi les plus gros consommateurs de chocolat au monde. Rien qu’en ce week-end de Pâques, nous en avons dévoré 15 000 tonnes. Le secteur ne connaît pas la crise et c’est peu de le dire. La production de chocolat a été multipliée par 1,6 depuis le début des années 2000, et sa croissance annuelle est de 3 %.

Mais ce marché florissant ne profite pas forcément aux petits producteurs de cacao qui sont près de six millions à travers le monde. La majorité d’entre eux vit avec moins d’un dollar par jour. Et on estime que si 75 % de la production vient d’Afrique (et en particulier de Côte d’Ivoire), seuls 3 % des revenus retombent sur le continent. Selon l’ONG Mighty Earth, alors que 16 % de la valeur d’une tablette était reversé aux producteurs dans les années 80, cette part est aujourd’hui tombée à 7 %. À l’autre bout de la chaîne, cinq multinationales - Hershey, Mars, Mondelez, Nestlé et Ferrero - se partagent 80 % des parts de marché.

 

Infog le vrai coût du chocolat

Chocolat 100 % sans esclave

Plus grave encore, on estime à plus d’un million le nombre d’enfants exploités sur les productions cacaoyères en Afrique de l’Ouest. Même le chocolat issu du commerce équitable n’est pas irréprochable. En 2016, l’association Le Basic a publié une étude comparative des coûts sociaux et environnementaux des filières conventionnelles, durables et équitables en Côte d’Ivoire et au Pérou.

Elle démontre que la diminution du travail des enfants n’est pas significative dans les filières durables ou équitables si le mouvement coopératif n’est pas structuré. En Côte d’Ivoire par exemple, le Basic a constaté que seuls 20 % de la prime équitable étaient investis dans des services locaux (école, santé, transport…) et 30 % étaient directement versés aux producteurs et ne bénéficiaient donc pas à la collectivité.

Cela a donné naissance à des marques comme Tony's Chocolonely dont le slogan vante un chocolat 100 % sans esclave. Celle-ci a été fondée aux Pays-Bas en 2005 par des journalistes qui avaient constaté que les plus grands producteurs de chocolat au monde achetaient leur cacao auprès de plantations qui embauchaient des enfants. Leur chocolat est fait avec des fèves de cacao traçables qu’ils achètent directement chez des coopératives partenaires au Ghana et en Côte d’Ivoire.

Un cercle vicieux

Le chocolat a également un impact sur l’environnement. Pour faire pousser les cacaotiers, les producteurs déforestent. C'est ainsi la troisième cause de déforestation au monde derrière le soja et l'huile de palme. En Côte d’Ivoire, c’est ainsi qu’une grande partie du couvert forestier a disparu : 80 % en vingt ans. Cette déforestation contribue au changement climatique qui va affecter la culture du cacao elle-même. Cette plante a en effet besoin pour pousser de pluies abondantes. Or, la tendance actuelle à la hausse des températures et aux épisodes extrêmes de sécheresse fragiliserait trop les sols.

Ce qui fait dire à certains experts que d’ici 2050, le cacao pourrait être en péril. Sur les près de 300 exploitations étudiées par les chercheurs, seulement 10 % pourraient ainsi continuer à produire du cacao si rien ne change. Un argument supplémentaire pour se tourner dès aujourd’hui vers des marques de chocolat responsables. Pour vous y retrouver, France Nature Environnement et Mighty Earth viennent de publier un classement. Lindt, Godiva et Valrhona caracolent en tête.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...

Fourrure kerring Vita Leonis on Unsplash

Gucci, Saint Laurent, Balenciaga… le groupe Kering n’utilisera plus de fourrure animale

Exit la fourrure animale. Le groupe de luxe Kering, qui détient notamment les marques Balenciaga, Saint Laurent, Brioni ou encore Alexander McQueen vient d'annoncer, face à la pression des associations comme Peta, qu'il n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses collections. Un choix félicité...

Journees europeennes Patrimoine

Journée du patrimoine : cinq lieux à découvrir de toute urgence

À la découverte de sites d'exception ! Du samedi 18 au dimanche 19 septembre, des centaines de monuments vont ouvrir leurs portes aux citoyens. Patrimoine industriel, naturel, social... Novethic a sélectionné cinq visites à réaliser sans attendre.

Empreinte carbone carbonfact

Découvrez Carbonfact, le futur Wikipédia de l’empreinte carbone de nos produits

La nouvelle plateforme Carbonfact, créée début juillet, veut donner la possibilité aux consommateurs de connaître l'empreinte carbone des produits qu'ils achètent, tout comme ils connaissent leur prix. Transparence et comparabilité sont les maîtres clés de Carbonfact qui ambitionne ainsi de devenir...