Publié le 08 mai 2018

SOCIAL

Ferrari électrique, diamants synthétiques, cuir sans souffrance… Le top 3 des produits de luxe responsable

Doucement, le luxe se met au vert. Alors que le PDG de Ferrari trouvait "obscène" une Ferrari électrique en 2016, il vient d'annoncer que le groupe voulait concurrencer Tesla sur ce marché. Tout arrive, même des diamants synthétiques place Vendôme et du cuir crée en laboratoire chez Gucci et Saint Laurent. 

Après avoir résisté à cette transition, Ferrari a décidé de prendre sa place sur le marché du véhicule électrique.
Pixabay

1. La Ferrari électrique

Non il n’y a pas que Tesla qui produit des voitures de luxe électrique. Ferrari s’y met aussi. Sergio Marchionne, PDG de la marque, a annoncé que d’ici 2023, les premiers modèles de Ferrari verraient le jour. Un report par rapport aux dates annoncées lors du salon de l’automobile de Detroit. "S’il y a une supercar électrique à construire, alors Ferrari sera le premier", avait-il déclaré avant de faire marche arrière pour d’abord commercialiser des modèles hybrides. Un changement de stratégie pour le patron de Ferrari, qui, en 2016, considérait l’idée d’une Ferrari électrique comme "obscène" à cause de son moteur trop silencieux pour correspondre à la marque.

2. La révolution des diamants synthétiques

Fini les diamants du sang ? Les diamants synthétiques, dont la qualité rivalise avec les vrais, connaissent une vraie percée dans le secteur de la joaillerie. S’ils ne représentent que 2 % de la filière aujourd’hui, il pourrait atteindre les 10 % d’ici 2030. Leur atout ? Ne pas financer des conflits, ne pas participer à l’exploitation des travailleurs, ne pas défigurer un pays à coups de mines géantes.

"C’est le diamant du futur car les consommateurs de luxe de demain ne sont pas ceux d’hier. Ils veulent de la transparence", affirme aux Echos Stéphane Wulwik, un ancien diamantaire. Signe de cette percée, la présence de Courbet sur la célèbre place Vendôme. Ce joaillier ne vend que des diamants synthétiques conçus dans des laboratoires de la Silicon Valley.

3. Des sacs Gucci et Saint-Laurent en cuir de labo

Du cuir sans souffrance animale. Le PDG de Kering, qui détient des marques comme Gucci, Saint Laurent, Balenciaga ou Stella McCartney a chargé des chercheurs de travailler sur le "cuir du futur" fabriqué en laboratoire. Cette technologie "permettrait de créer du cuir à partir de cellules animales vivantes. Ces cellules seraient extraites de la peau d’un animal vivant puis cultivée afin de fabriquer un cuir transparent", expliquait-il début 2017 dans une interview à Bloomberg Business Week.

D'autres innovations permettent aujourd'hui d'exclure totalement l'animal de la fabrication du cuir. La startup américaine MyCoWorks a créé un cuir à base de champignons. Un procédé qui ne nécessite donc pas d'élevage et dont l'empreinte carbone est beaucoup plus faible que le cuir traditionnel.

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Noel revisite

Sapin de Noël revisité, repas sans foie gras, cadeaux d’occasion… les traditions de Noël s’adaptent à l’urgence climatique

Noël à l'heure de l'urgence écologique. Si le sapin de Noël continue à faire partie du décorum de cette fête traditionnelle, certains souhaitent limiter son empreinte écologique comme à Bordeaux. Ailleurs, des élus repensent les menus et suppriment le foie gras. Quant aux présents, ils ne sont plus...

Hypermarche consommation iStock Freer Law

Le désamour des Français pour les hypermarchés se confirme

Les paquebots s'étendant sur des milliers de mètres carrés commencent à couler. Les plus gros hypermarchés, symbole de la consommation de masse, ne répondent plus aux attentes des consommateurs. Chaque distributeur adopte une stratégie différente pour sortir indemne de ce naufrage annoncé. Alors que...

Poulehouse PASCAL LACHENAUDAFP

Poulehouse, la marque d’œufs qui sauve les poules de l’abattoir, est en péril

L'aventure de Poulehouse pourrait bientôt se terminer. La startup, à la pointe du bien-être animal, est en redressement judiciaire après avoir perdu un partenariat de taille. La démarche inédite de l'entreprise, consistant à produire des œufs bio sans envoyer les poules pondeuses à l'abattoir à...

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...