Publié le 08 mai 2018

SOCIAL

Ferrari électrique, diamants synthétiques, cuir sans souffrance… Le top 3 des produits de luxe responsable

Doucement, le luxe se met au vert. Alors que le PDG de Ferrari trouvait "obscène" une Ferrari électrique en 2016, il vient d'annoncer que le groupe voulait concurrencer Tesla sur ce marché. Tout arrive, même des diamants synthétiques place Vendôme et du cuir crée en laboratoire chez Gucci et Saint Laurent. 

Après avoir résisté à cette transition, Ferrari a décidé de prendre sa place sur le marché du véhicule électrique.
Pixabay

1. La Ferrari électrique

Non il n’y a pas que Tesla qui produit des voitures de luxe électrique. Ferrari s’y met aussi. Sergio Marchionne, PDG de la marque, a annoncé que d’ici 2023, les premiers modèles de Ferrari verraient le jour. Un report par rapport aux dates annoncées lors du salon de l’automobile de Detroit. "S’il y a une supercar électrique à construire, alors Ferrari sera le premier", avait-il déclaré avant de faire marche arrière pour d’abord commercialiser des modèles hybrides. Un changement de stratégie pour le patron de Ferrari, qui, en 2016, considérait l’idée d’une Ferrari électrique comme "obscène" à cause de son moteur trop silencieux pour correspondre à la marque.

2. La révolution des diamants synthétiques

Fini les diamants du sang ? Les diamants synthétiques, dont la qualité rivalise avec les vrais, connaissent une vraie percée dans le secteur de la joaillerie. S’ils ne représentent que 2 % de la filière aujourd’hui, il pourrait atteindre les 10 % d’ici 2030. Leur atout ? Ne pas financer des conflits, ne pas participer à l’exploitation des travailleurs, ne pas défigurer un pays à coups de mines géantes.

"C’est le diamant du futur car les consommateurs de luxe de demain ne sont pas ceux d’hier. Ils veulent de la transparence", affirme aux Echos Stéphane Wulwik, un ancien diamantaire. Signe de cette percée, la présence de Courbet sur la célèbre place Vendôme. Ce joaillier ne vend que des diamants synthétiques conçus dans des laboratoires de la Silicon Valley.

3. Des sacs Gucci et Saint-Laurent en cuir de labo

Du cuir sans souffrance animale. Le PDG de Kering, qui détient des marques comme Gucci, Saint Laurent, Balenciaga ou Stella McCartney a chargé des chercheurs de travailler sur le "cuir du futur" fabriqué en laboratoire. Cette technologie "permettrait de créer du cuir à partir de cellules animales vivantes. Ces cellules seraient extraites de la peau d’un animal vivant puis cultivée afin de fabriquer un cuir transparent", expliquait-il début 2017 dans une interview à Bloomberg Business Week.

D'autres innovations permettent aujourd'hui d'exclure totalement l'animal de la fabrication du cuir. La startup américaine MyCoWorks a créé un cuir à base de champignons. Un procédé qui ne nécessite donc pas d'élevage et dont l'empreinte carbone est beaucoup plus faible que le cuir traditionnel.

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Le commerce en ligne profite aux geants

Avec le Coronavirus, le commerce en ligne explose, pour le meilleur et pour le pire

Alors que le commerce en ligne enregistre une ascension extraordinaire du fait du confinement, ce sont essentiellement les grands distributeurs comme Amazon, Fnac, Carrefour, Intermarché... qui tirent leur épingle du jeu. Si certains petits commerçants de secteurs non vitaux ont préféré stopper...

De la difficulté de concilier confinement et business chez Amazon

Ce mercredi 1er avril, la CGT a annoncé qu’un salarié du groupe Amazon se trouve en réanimation des suites du coronavirus. Depuis l’annonce du confinement en France, de nombreux salariés ont décidé d’exercer leur droit de retrait alors que plusieurs cas de coronavirus ont été détectés dans des...

Filiere textile relocalisation coronavirus

[Coronavirus, le jour d’après] Relocaliser la filière française textile, un enjeu environnemental et social

L'industrie textile a été lourdement affectée par le Coronavirus dont l'épidémie a commencé en Chine, l'atelier du monde. L'importance de relocaliser la filière française, de la production de matières premières écologiques comme le lin à la fabrication de vêtements, n'a jamais été aussi mise en...

Patriotisme alimentaire distributeurs france

Les distributeurs s'engagent à acheter français après la fermeture des marchés en raison du Coronavirus

C'est un coup dur pour les agriculteurs. Face au risque de propagation du Coronavirus, le Premier ministre a interdit les marchés en plein air. La FNSEA, principal syndicat agricole, négocie avec les préfets et maires pour obtenir des dérogations. En attendant, avec Bruno Le Maire, ellea demandé à...