Publié le 04 février 2015

SOCIAL

Etats-Unis : la responsabilité alimentaire, nouveau défi des chaînes de "fast-food"

McDonald’s ne parvient pas à enrayer la chute de ses ventes et vient de nommer un nouveau PDG pour tenter de réinventer la marque, qui symbolise à elle seule toutes les dérives des "fast-foods". Aux Etats-Unis, où les campagnes contre l’obésité commencent à porter leurs fruits, certaines chaînes de restauration rapide ont déjà fait le choix des recettes plus saines: bio, sans OGM ou encore sans additifs alimentaires.   

Photo d'illustration
TheDapperDan

McDonald’s, emblème mondial de la "malbouffe", est en mal d’amour. Dans sa dernière publicité, juste avant la Saint-Valentin, la marque propose à ses clients de payer leurs hamburgers avec... un sourire, un câlin ou un baiser.

Mais il en faudra bien plus pour relancer les ventes: en 2014, le bénéfice net de la marque a chuté de 15%. Son PDG, Don Thompson, en a fait les frais, débarqué moins de trois ans après sa nomination. En cause, son cœur de métier: la nourriture rapide, pas chère… mais pas forcément des plus équilibrées. Tandis que d’autres chaînes de restauration rapide américaines ont déjà pris le virage vers plus de responsabilité alimentaire.

Plus d’un tiers des adultes sont obèses aux Etats-Unis et les campagnes de prévention commencent à faire réfléchir. A commencer par les 19-35 ans, la "génération Y". Les spécialistes du marketing ont identifié leurs besoins: manger est un plaisir, presque un loisir, à condition que le contenu de leur assiette soit "sain", c’est-à-dire à la fois bon pour leur ligne, leur santé et la planète. 

 

Une frite contient des pommes de terre... et 18 autres ingrédients  

 

Il y a quelques semaines, Mc Donald’s s’est lancé dans une opération "transparence", avec plusieurs vidéos publiées sur Internet. Un fiasco ! Les consommateurs américains ont découvert que les frites contenaient 19ingrédients... dont du diméthylpolysiloxane, une huile de silicone utilisée dans les shampoings, et du TBHQ (alias E319), un conservateur pointé du doigt dans des cas d’asthme et d’urticaires.

Tant bien que mal, McDonald’s essaie pourtant de changer ses recettes. Le groupe a devancé une nouvelle législation américaine en indiquant le nombre de calories sur ses produits. Les pommes de terre OGM, pourtant autorisées aux Etats-Unis, n’auront pas le droit de cité.

La marque assure aussi vouloir éviter le bacon provenant d’exploitations qui utilisent des "cages de gestation", ces stalles métalliques qui entravent les truies. Et l’ancien PDG avait lancé, peu avant son départ: "Pourquoi mettons-nous des conservateurs dans nos produits ? Nous n’en avons probablement pas besoin." 

 

Ces consommateurs qui fuient McDonald’s  

 

Son successeur, le Britannique Steve Easterbrook, sait comment changer la recette: en Grande-Bretagne, où il a réussi à relancer la marque, il avait introduit du lait bio et du café durable labellisé par Rainforest Alliance.

Mais Michele Simon, une avocate spécialisée dans les questions de santé publique, ne croit pas une seule seconde à un McDonald’s "vert" aux Etats-Unis. "Tout son modèle économique repose sur la malbouffe. Les consommateurs ne vont pas aller chez McDo pour prendre un menu 'bonne santé'. Ils vont juste changer de fast-food !"

Panera Bread, Chipotle, Au bon pain… voici les nouvelles chaînes qui ont aujourd’hui la cote aux Etats-Unis. Elles ont compris qu’elles devaient construire leur image autour d’une nourriture plus saine et plus responsable et ont pris des engagements en ce sens. D’ici un an, le spécialiste du sandwich Panera Bread n’utilisera plus d’additifs alimentaires, y compris ceux qui sont autorisés par l’agence de sécurité alimentaire américaine, la FDA (Food and Drug Administration). 

 

Pas d’additifs alimentaires chez Panera, des haricots bio chez Chipotle

 

La chaîne d’inspiration mexicaine Chipotle va de son côté bannir tous les OGM, elle utilise des haricots noirs bio et s’approvisionne "dans la mesure du possible" dans des fermes locales.

La viande des burgers de Shake Shack, une chaîne créée il y a quatre ans seulement et déjà valorisée à 745millions de dollars à Wall Street, est garantie sans hormones.

"La pression de certains consommateurs et les menaces que constituent les nouvelles réglementations contre l’obésité ont poussé plusieurs chaînes de fast-food à améliorer la qualité de leur offre. Mais tout ce processus est lent", pondère pourtant Michael Jacobson, le directeur de l’organisation Center for Science in the Public Interest. Il dénonce depuis des années les travers de l’industrie agroalimentaire, rappelle que l’étiquetage des OGM n’est pas  obligatoire aux Etats-Unis et que les quantités de sel restent alarmantes.

Fannie Rascle, correspondante à Washington
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

L’obésité, un motif de discrimination au travail mal pris en compte

En France, 1 personne sur 8 est obèse. Ce problème de santé publique est devenu un combat national: de 2010 à 2013, un "plan obésité" a multiplié les actions de communication pour rappeler la réglementation et lutter contre la stigmatisation liée à cette pathologie. Pourtant, souffrir...

Santé publique : l'industrie agroalimentaire devra mettre la main à la pâte

En cinq ans, seules 30 entreprises se sont engagées dans le Plan national nutrition santé. Un rapport propose à la ministre de la santé de passer à la vitesse supérieure. Trois règlementations pourraient s'imposer à l'industrie agroalimentaire : un code couleur sur les étiquettes,...

Les circuits courts ne réduisent pas toujours l'empreinte écologique

Dans une note sur les « circuits courts alimentaires de proximité », l'Ademe prévient : il ne suffit pas toujours de rapprocher lieux de production et lieux de consommation pour réduire son empreinte écologique. La saisonnalité, la logistique et le mode de production ont leur importance.

Dépendance : aux Etats-Unis, des entreprises aident la "génération sandwich"

Comment concilier vie professionnelle et vie familiale quand on doit s’occuper non seulement de ses enfants, mais aussi de ses propres parents âgés, parfois dépendants ? Avec le vieillissement de la population, de plus en plus de salariés aux Etats-Unis sont confrontés à cette...

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Consommation bio locale de saison effet covid

[Effet post-Covid] Les Français reviennent vers une alimentation bio et locale

Le confinement provoqué par le Covid-19 a eu l'effet d'un déclic pour nombre de citoyens qui se sont tournés vers une alimentation bio, voire locale. Les circuits courts ont profité de cette aubaine tout comme la grande distribution, qui, pendant le confinement, a fait la part belle aux fruits et...

La vie claire 1948 bn

[À l’origine] En 1948, La Vie Claire lance un premier magasin bio avant l'heure

Le marché du bio a connu un vrai boom pendant le confinement. Si la grande distribution tient désormais une place majeure dans le marché, ce sont les enseignes spécialisées comme La Vie Claire qui ont ouvert la voie. En 1948, alors que le label AB n'existait pas encore, la Vie Claire lance un...

Consommation locale istock julief514

Une carte de fidélité écolo, pour favoriser une consommation durable et locale

Alors que le confinement a plombé la consommation des Français, la reprise de cette dernière s'avère primordiale pour l'économie du pays. L'occasion est unique de pouvoir la réorienter vers des produits locaux et verts, assure la Fabrique écologique qui appelle à la mise en place d'une carte de...

Vanmoof publicite Capture ecran

Un fabricant néerlandais de vélos s'estime censuré en France pour sa pub "anti-voitures"

Le fabricant néerlandais de vélos électriques Vanmoof a dénoncé mardi 30 juin un avis de l'autorité française de régulation de la publicité lui demandant de modifier un spot jugé anti-voiture. En cause : des plans montrant des "images anxiogènes" de la voiture. Une affaire qui s'inscrit dans un...