Publié le 29 août 2016

SOCIAL

Pourquoi Blablacar ou Leboncoin ne tiennent pas leurs promesses environnementales

Les plateformes en ligne de revente ou d'échange promettent un mode de consommation plus durable. Comment ? En allongeant la durée de vie des objets et en partageant leur usage. Plusieurs études récentes montrent pourtant que ces pratiques ne contribuent pas nécessairement à une réduction de la consommation, pourtant nécessaire à la maîtrise des ressources.

Frederic Mazella BlaBlaCar
Frederic Mazella, fondateur de BlaBlaCar, lors d’une intervention au Ministère de l’économie, en novembre dernier à Paris.
Lionel Bonaventure / AFP

Leboncoin donne une deuxième vie aux objets. Blablacar partage l'usage des voitures. Recupe.net recycle ce qui partirait à la déchetterie. Les grandes plateformes en ligne de revente, d'échange ou de location d'objets ou de services par des particuliers promettent une consommation alternative, plus durable. En s'attaquant à la sous-utilisation des objets, ces démarches contribuent à réduire le gaspillage. Et elles diminuent l'achat de biens neufs et le cortège de ressources nécessaires à leur production. 

Pourtant, plusieurs études récentes relativisent leur bilan écologique. L'observation du fonctionnement de ces plateformes montre qu'elles changent finalement peu les modes de consommation et peuvent même être contreproductives vis-a-vis de l'environnement.

 

Le covoiturage au détriment du train

 

Le covoiturage augmente le taux d’occupation des véhicules particuliers. Mais le trafic généré par Blablacar se fait surtout au détriment du train, beaucoup plus efficace en matière d’émission de CO2. Sans covoiturage, 69% des passagers de Blablacar auraient pris le train, selon une étude de l'Ademe de 2015. S'ils ne le font pas, c'est parce que le train est plus cher. Le bilan environnemental est d'autant moins intéressant que les trajets sont principalement pour des longues distances.

Par ailleurs, cette pratique est aussi une incitation à prendre la voiture, puisque 12% des passagers déclarent qu’ils ne se seraient pas déplacés et 21% des conducteurs qu’ils se déplaceraient moins souvent sans le covoiturage...

Autre effet pervers, les sites de revente poussent à la consommation. C'est une des conclusions d'une étude récente publiée par l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) sur la consommation collaborative en ligne. Moins d'un tiers des achats sur Leboncoin se substituent à des achats neufs. Le reste relève plus du plaisir de saisir l'occasion d'une bonne affaire. Leboncoin contribue même à l'hyperconsommation, certains utilisateurs reconnaissant une pratique compulsive d'achat.

Ce type d'effet rebond existe aussi du côté de vendeurs : certains vendent des objets sur Internet pour racheter des modèles plus récents. Il n'est donc pas évident que ces pratiques contribuent à une réduction globale de la consommation, qui est pourtant la condition nécessaire à une baisse de la pression sur les ressources.

Un autre impact négatif sur l'environnement est lié aux transports. Ces systèmes décentralisés multiplient en effet les trajets de voitures, sauf à les limiter à des échelles très locales. D’autant plus pour les plateformes de location et de prêt, qui impliquent des déplacements répétés.

 

1 voiture en auto-partage = 9 voitures remplacées

 

L'économie collaborative ne se limite néanmoins pas aux grandes plateformes d'intermédiation, même si elles sont les plus médiatisées. Une étude de l’Ademe sortie en septembre 2015 montre les vertus environnementales de l’auto-partage, différent du covoiturage car il ne s'agit plus d'un service vendu mais d'une mutualisation des biens. Une voiture partagée remplace en moyenne neuf voitures de particuliers.

Des démarches collaboratives se construisent aussi autour de questions environnementales pour réduire la consommation et lutter contre l'obsolescence programmée. Comme le réseau des ressourceries, ces lieux associatifs qui récupèrent et réparent des objets usagés pour les remettre dans le circuit. Le site Commentreparer.com propose quant à lui un forum d'assistance technique, un guide d'achat de pièces détachées et donne les coordonnées du réparateur le plus proche.

Toujours sur le web, des projets issus du mouvement open source conçoivent et partagent de nouvelles solutions environnementales. A l'instar des geeks de la POC21, réunis pendant la conférence climat à Paris en 2015.

Magali Reinert
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La moitié des entreprises belges ne respectent pas la loi sur la mobilité durable

Plus de 50% des entreprises Belges n'appliquent pas de politique de mobilité. C'est le constat d'une première enquête qui concerne plus de 1 million de salariés. Une loi adoptée en 2003 impose en effet aux entreprises de plus de 100 salariés de communiquer au gouvernement fédéral des...

Good Action promeut la publicité responsable

L'association Good Action, créée en 2007, devient une SA filiale du groupe de communication ETO. Une manière pour les co-fondateurs de donner de l'ampleur à leur projet de régie publicitaire éthique sur Internet, et de prolonger leur expérience de sensibilisation à la publicité...

Covoiturage dynamique : un mode de transport promis à un bel avenir ?

Encore au stade de l'expérimentation, le covoiturage dynamique pourrait bien devenir le moyen de transport de demain. Les français semblent de plus en plus enclins à partager leur voiture, et les nouvelles technologies de l'information s'apprêtent à révolutionner ce service. Reste à savoir...

L'autopartage cherche son modèle

Voiture on demand, Micro-location entre particuliers, Autolib'... les variantes à l'autopartage se multiplient car les investisseurs cherchent encore le bon modèle économique. A l'occasion de la Semaine de la mobilité, l'autopartage illustre le difficile changement culturel que représente...

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

La mode en 2050

[Le monde en 2050] Uniforme et plafond de CO2, la mode est au régime autoritaire

Au mois de juillet, Novethic vous transporte en 2050 pour découvrir le monde secteur par secteur selon les grandes tendances identifiées par nos journalistes. Premier épisode: la mode. Après des décennies à vouloir réduire l’impact environnemental de la mode, les autorités sont passées à la vitesse...

Act for food : au-delà des discours, Carrefour veut "crédibiliser sa démarche durable"

Comment dépasser les accusations de greenwashing ? En prenant des engagements concrets pour la rémunération des producteurs, l'alimentation bio, les substances controversées. Avec l'opération Act for food, Carrefour veut devenir le leader de la transition alimentaire et renouer la confiance avec les...

Mode durable : transparence is the new black

Les soldes ont démarré mercredi 26 juin. C'est parti pour six semaines de prix bas. Et sous cette avalanche de promotions, il est bien difficile pour le consommateur de trouver des informations sur le vêtement qu'il s'apprête à acheter. Pour l'aider dans ses choix, plusieurs marques font le pari de...

Scandale alimentaire : des entreprises françaises ont vendu des faux-steaks aux plus démunis

La répression des fraudes a annoncé vendredi avoir découvert une "tromperie" sur la qualité de steaks hachés distribués par une entreprise française à des associations d'aide aux plus démunis. Si leur consommation ne présentait pas de risque pour la santé, les entreprises mises en cause risquent...