Publié le 14 juillet 2018

SOCIAL

Coupe du monde de football : quelle part touchent les ouvriers sur les ventes records des maillots des Bleus

En pleine Coupe du monde, la Fédération française de football enregistre des records de vente du maillot des Bleus. Or, la marque Nike, sponsor officiel de l'Équipe de France, s'approvisionne en majorité en Asie, surtout dans les pays où les ouvriers sont payés au lance-pierres. Pour un maillot à 85 euros, seulement 1 % revient aux travailleurs, soit 85 centimes. 

La France affrontera la Croatie dimanche 15 juillet en finale de la coupe du monde de football.
©FFF

Les Français s’arrachent le maillot des bleus. "On fait record sur record", témoigne sur Europe 1 Florent Soulez, responsable marketing de la Fédération française de football. "On a une vente de maillots et de produits Équipe de France en hausse de 30 % par rapport à la même période à l’Euro 2016", ajoute-t-il. 

85 centimes sur un maillot à 85 euros

Pour l’instant, aucun chiffre n’est disponible mais on constate une impressionnante affluence dans le magasin de Nike près des Champs-Élysées. La marque est en effet le sponsor officiel de l’Équipe de France. "Il y a un effet naturel avec une augmentation des ventes des maillots de 8 à 10 % les années de Coupe du monde. Et en cas de succès, les chiffres peuvent monter beaucoup plus haut", explique à l’Agence Julien Bernard, président de Nova Consulting, cabinet de conseil spécialisé.

Difficile donc de trouver un maillot floqué au nom des joueurs préférés comme Mbappé, Griezmann ou Pogba. D’autant que les maillots sont chers : 85 euros en moyenne. Or, selon le collectif Éthique sur l’étiquette, le fabricant gagne 65 % du prix de vente. Seulement 1 % revient aux travailleurs. Ainsi, un ouvrier ne touche que 85 centimes sur un maillot à 85 euros.

La part revenant aux ouvriers a baissé de 30 %

"La part revenant aux travailleurs dans les usines de confection a baissé de 30 %", explique l’association. "Les marques de sport ont déplacé leur production vers des pays à plus faibles coûts de main-d’œuvre, sous couvert de "rationaliser" leur modèle", analyse l’association Éthique sur l’étiquette.

Avant, les marques s’approvisionnaient majoritairement en Chine. Mais depuis que les "salaires tutoient des niveaux proches du salaire vital", elles se tournent vers des pays comme l’Indonésie, le Cambodge ou le Vietnam "où les salaires moyens sont inférieurs de 45 à 65 % du salaire vital". 

Et ce système ne s'essouffle pas. Nike aurait même déjà fait broder une deuxième étoile sur le maillot des Bleus. Reste à savoir ce qu'il adviendra de ces maillots en cas de défaite de la France. Pour Nike en tout cas, ce n'est pas vraiment un problème, la marque est aussi le partenaire de l'équipe de Croatie, qui affrontera les Bleus en finale dimanche 15 juillet à 17h. 

 Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Burger vegetal istock alimentation

"Le gouvernement cède aux lobbys" : Les steaks de soja et saucisses de tofu, c’est fini

Les filières animales ont remporté la bataille. Les "steaks de soja", "saucisses véganes", "nuggets végétaux" ne pourront plus reprendre de dénominations liées aux produits carnés au nom de la "transparence" de l'information. Une victoire très critiquée alors que la réduction de consommation de...

Metaverse gafam Fanny PARISE Me lanie Bultez

Fanny Parise, anthropologue : "La consommation responsable est un alibi de l’hyperconsommation"

Ils portent des baskets écoresponsables, mangent des œufs "qui ne tuent pas la poule" et se déplacent en vélo électrique. Dans son dernier livre, l'anthropologue Fanny Parise épingle les apôtres de la consommation responsable, des "enfants gâtés" qui perpétuent un système hyperconsumériste. Loin de...

Solde fast fashion textile THOMAS COEX AFP

La perte d’intérêt pour les soldes, symbole d’un secteur de l'habillement en crise

Autrefois rendez-vous incontournable des consommateurs, les soldes subissent une perte d'intérêt. Si le Covid-19 et l'inflation qui a explosé avec la guerre en Ukraine participent à ce désamour, c'est une tendance plus profonde qui traverse tout le secteur de l'habillement. Les géants de la "real...

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...