Publié le 25 mars 2020

SOCIAL

[Coronavirus, le jour d’après] Relocaliser la filière française textile, un enjeu environnemental et social

L'industrie textile a été lourdement affectée par le Coronavirus dont l'épidémie a commencé en Chine, l'atelier du monde. L'importance de relocaliser la filière française, de la production de matières premières écologiques comme le lin à la fabrication de vêtements, n'a jamais été aussi mise en avant. Toute la semaine, Novethic se penche sur la fragilité de nos modèles économiques, secteur par secteur, mise en lumière par la crise sanitaire actuelle.

Filiere textile relocalisation coronavirus
En dix ans, le marché a perdu 15 % de sa valeur, tous circuits de distribution confondus, selon l’Institut français de la mode.
@South_agency

C’est un des premiers secteurs à avoir été touché par le Coronavirus. L’industrie du textile a été lourdement impactée lorsque l’atelier du monde, la Chine, qui représente 32 % du marché des vêtements, a dû mettre à l’arrêt ses ateliers. Et les acteurs français n’ont pas été épargnés. Le pays de Xi Jinping est le premier fournisseur textile pour l’Hexagone. Avec Hong Kong ils représentent 27 % de l’approvisionnement des marques françaises. "L’année 2020 a commencé très conditionnée par la pandémie de Covid-19, mais nous avons pleine confiance en la force de notre modèle économique et dans la stratégie à long terme du groupe", a déclaré Pablo Isla, le président de Inditex, qui détient notamment Zara.

Malgré ce rassurant message, les nouvelles ne sont pas bonnes pour la fast fashion. Une analyse d’UBS a évalué l’impact du Coronavirus sur les détaillants européens les plus exposés. Y figuraient en tête deux mastodontes, H&M et Inditex, du fait de leur grande dépendance à la Chine et de la vitesse de rotation des stocks. Si ces deux groupes peuvent diversifier leur approvisionnement en se focalisant sur l’Afrique du Nord et la Turquie par exemple, leur modèle économique, reposant sur des chaînes d’approvisionnement éclatées et des produits à bas coût, est remis en question. 

Un engouement pour le 100 % local

En dix ans, le marché a perdu 15 % de sa valeur, tous circuits de distribution confondus, selon l’Institut français de la mode. En cause, notamment, la nécessité de "consommer moins mais mieux". Le drame du Rana Plaza survenu en 2013, au cours duquel 1 130 ouvrières du textile ont trouvé la mort lorsque l’usine bangladaise dans laquelle elles travaillaient s’est effondrée, a mis en lumière les conditions de travail déplorables de ces petites mains. Aujourd’hui, c’est l’impact environnemental de cette industrie qui est pointée du doigt.

Rapport après rapport, les ONG documentent la pollution des rejets des eaux usées, des teintures, les émissions de CO2 générées pour la production d’un Tee-shirt, des milliers de litres d’eau nécessaires à la production d’un kilo de coton…  Une prise de conscience qui a lancé un vrai mouvement de relocalisation de la mode, avec un "sourcing" de proximité voire totalement locale. C’est le cas de précurseurs comme Le Slip Français qui, dès 2011, a misé sur le 100 % made in France. Il a été suivi par la marque de jean 1083 qui a décidé de relocaliser au maximum sa production. Face à l’engouement pour le local, l’Atelier Tuffery, plus vieux producteur de jean en France, a annoncé en février tripler sa surface. Toile brute, coton bio, chanvre… tous les tissus proviennent de France, d’Espagne ou d’Italie. 

Mais ces acteurs sont confrontés à de multiples problèmes comme un coût de production élevé et des ateliers français sous tension qui "refusent de nouveaux clients", note Les Échos. L’enjeu est donc de créer une vraie filière pour permettre de mieux s’organiser. C’est dans cette perspective que le fabricant de tissus Emmanuel Lang va relancer la première filature de lin française. La France est en effet le premier producteur de ce tissu écologique mais n’a plus le savoir-faire des tisseurs qu’elle sous-traite à la Chine. De la production de matière première à la confection des vêtements, c’est toute une filière qui doit être relocalisée en France.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Balcon verone cco bnw

[À l’origine] Les balcons, de l’attribut bourgeois à l’espace d’expression démocratique en plein confinement

Le balcon a montré tous ses atours pendant le confinement en faisant office d’ouverture et de pont - au sens littéral comme figuré - entre l’espace domestique et l’espace de la cité. Retour sur cet attribut décoratif, symbole de richesse, devenu aussi, pendant cette crise du Covid-19, lieu...

Mediametic serres separees 1

Serres individuelles, bars à ciel ouvert… les restaurants à l’ère du Coronavirus

Comment respecter les règles de distanciation sociale dans les bars et restaurants ? C’est le casse-tête sur lequel planche encore le gouvernement français. En attendant, de Vilnius à Washington en passant par Amsterdam, les villes du monde entier rivalisent d’idées pour rouvrir leurs portes. Des...

EXPRESS MARCHE GOULET TURPIN premier supermarche

[À l'origine] En 1958, le premier supermarché ouvre en France et c’est une révolution culturelle

Des caddies, des produits en libre-service, une offre gigantesque avec plus de 2 000 références... En 1958, la société Goulet-Turpin ouvre l'Express Marché, le premier supermarché de France. Son apparition marque une rupture dans le paysage commercial français, jusqu'ici représenté par les petits...

Belle ile en mer tourisme de masse AFP

Après le Covid-19, la France prépare un plan de relance pour un tourisme durable

La France veut reconstruire un tourisme durable et digital après la crise sanitaire. La Caisse des dépôts et Consignations (CDC), qui s'engage à mettre 1,3 milliard d'euros dans le plan de relance, assure que ses investissements seront conditionnés à des critères environnementaux. De quoi relancer...