Publié le 14 février 2021

SOCIAL

[Bonne Nouvelle] SmicVal Market, le supermarché du troc, fait des émules

Au SmicVal Market, vous prenez ce qu'il vous plaît et partez sans payer. Dans ce "magasin inversé", les utilisateurs peuvent déposer des machines à café, assiettes, jeux de société... dont ils veulent se séparer et en récupérer d'autres sans aucune limite. Ce concept inédit en France a été lancé dans le but de réduire les déchets. Et cela marche : la déchetterie accolée au magasin a réduit de 60 % l'enfouissement des déchets. 

Smicval
Le SmicVal a transformé sa déchetterie un peu désuète
SmicVal

Pas d’argent et pas de déchet. C’est la philosophie du SmicVal Market. Ce magasin, lancé en 2017, par le SmicVal (Syndicat mixte intercommunal de collecte et de valorisation) du Libournais Haute-Gironde qui collecte et traite les déchets de 138 communes, connaît un franc succès. Il faut dire que le concept, inédit en France, est dans l’air du temps. Ici, les habitants de la région peuvent venir déposer une cafetière, un aspirateur, un livre… et repartir, gratuitement, avec un objet dont ils ont besoin. Cette Maison des objets installée dans la petite ville de Vayres est pensée comme un magasin classique avec des rayonnages et des têtes de gondole. Seule différence : l’absence de caisse.

"On a beaucoup de volumes qui partent à l’enfouissement et on voit énormément d'objets qui peuvent être réutilisés ou réemployés. Le but était donc de réduire les déchets", explique la direction du SmicVal. Et les chiffres confirment que le concept fonctionne : depuis l’ouverture de ce supermarché d’un nouveau genre, l’enfouissement des déchets a été réduit de 60 % et le recyclage a explosé de 85 %. Accolé au SmicVal Market, un préau aux matériaux a également été créé. "Un des usagers nous a dit qu'il avait créé sa salle de bain entièrement avec des matériaux récupérés ici", raconte la direction. 

Deux autres magasins similaires vont voir le jour 

"Le SmicVal a engagé un plan de modernisation de son réseau de 12 déchèteries" à cause d'un réseau "devenu obsolète et inadapté à la fréquentation et aux besoins nouveaux", explique l'Agence de la Transition écologique (Ademe). "L'idée du SmicVal a été de montrer les déchets au lieu de les cacher, dans un lieu beau et propre qui met en valeur les ressources pour le réemploi. Derrière ce concept, le SmicVal apporte une innovation de rupture dans la vision des déchets", croit le directeur, Nicolas Sénéchau.

Ce "supermarché inversé" s’étale sur 5 000 mètres carrés et s’inscrit dans la politique zéro déchet du SmicVal. Au total, la direction affirme que 10 000 objets sont ainsi déposés chaque année. Les dons, contrairement aux Ressourceries, ne sont pas réparés. Les propriétaires qui les laissent doivent s’assurer de leur fonctionnement et les usagers ne sont pas obligés de donner un objet pour en récupérer un autre.

L’expérience est une telle réussite que deux autres magasins similaires vont voir le jour dont un dans la commune de Libourne en 2022. Il devrait être plus grand et proposer des lieux de partage et d’échange comme un jardin potager partagé ou des ateliers de réparation. Si vous habitez à Paris, Lyon ou Bordeaux, ne courrez pas vers Vayres ou Libourne, ces lieux sont réservés aux usagers desservis par le SmicVal.

Marina Fabre, @fabre_marina 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...

Fourrure kerring Vita Leonis on Unsplash

Gucci, Saint Laurent, Balenciaga… le groupe Kering n’utilisera plus de fourrure animale

Exit la fourrure animale. Le groupe de luxe Kering, qui détient notamment les marques Balenciaga, Saint Laurent, Brioni ou encore Alexander McQueen vient d'annoncer, face à la pression des associations comme Peta, qu'il n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses collections. Un choix félicité...

Journees europeennes Patrimoine

Journée du patrimoine : cinq lieux à découvrir de toute urgence

À la découverte de sites d'exception ! Du samedi 18 au dimanche 19 septembre, des centaines de monuments vont ouvrir leurs portes aux citoyens. Patrimoine industriel, naturel, social... Novethic a sélectionné cinq visites à réaliser sans attendre.

Empreinte carbone carbonfact

Découvrez Carbonfact, le futur Wikipédia de l’empreinte carbone de nos produits

La nouvelle plateforme Carbonfact, créée début juillet, veut donner la possibilité aux consommateurs de connaître l'empreinte carbone des produits qu'ils achètent, tout comme ils connaissent leur prix. Transparence et comparabilité sont les maîtres clés de Carbonfact qui ambitionne ainsi de devenir...