Publié le 03 octobre 2018

SOCIAL

Pêche responsable : la grande distribution ne veut pas rester en rade

90 millions de tonnes de poissons sont pêchés chaque année provoquant la surexploitation d’un tiers des stocks. En France, où la majorité du poisson consommé est importé, les consommateurs veulent être rassurés. C’est pourquoi, de plus en plus de géants de la grande distribution ont opté pour le label MSC pêche durable.

33 % des stocks mondiaux de poissons sont surexploités.
@Pixabay

Neuf Français sur dix achètent leur poisson en supermarché et près des deux tiers se disent préoccupés par la pollution des océans et la surpêche. Face à ce constat, les géants de la grande distribution ne pouvaient pas ignorer cette demande des consommateurs. Ils sont de plus en plus nombreux à proposer des produits de la mer labellisés MSC. Celui-ci garantit une pérennité des stocks et un impact limité sur l’environnement.

Du cabillaud surgelé Picard à la barquette de lieu noir frais Carrefour, 401 références sous marque distributeur sont labellisées en France. Carrefour arrive en tête avec plus de 75 produits, soit un tiers de son offre de poissons sauvages estampillé MSC, et l’ensemble de ses 234 magasins. Chez Picard, vous trouverez plus de la moitié des denrées de la mer labellisées MSC. Aldi, Lidl et Système U se sont également engagés proposant chacun une quarantaine de références.

Nouveau critère sur les conditions de travail

"La place des produits de la mer dans la consommation française et les préoccupations grandissantes pour l’avenir des océans montrent qu’il est essentiel que les consommateurs disposent aujourd’hui de produits durables, clairement labellisés et au bon prix", commente Edouard Le Bart, directeur de Programme France chez MSC.

En France, les produits de la mer labellisées MSC ont augmenté de 20 % en un an, montrant l’engouement du secteur vers une pêche plus durable. 2 400 produits sont aujourd’hui certifiés, mais aussi 230 entreprises et 13 pêcheries. Au niveau mondial, cela représente 13 % des captures sauvages et 35 000 produits. L’objectif est d’atteindre 20 % de pêcheries engagées pour la durabilité d’ici 2020 et 30 % en 2030.

Les organisations reçoivent le label pour cinq ans et font l’objet d’un audit tous les ans. 28 critères sont passés au crible comme par exemple le potentiel de reproduction d’une espèce, l’impact sur les coraux profonds ou la surpêche. Après plusieurs polémiques concernant notamment les conditions de travail, le MSC a décidé d’inclure une nouvelle exigence. Dès février 2019, toutes les pêcheries devront reporter sur la façon dont elles pallient au travail forcé ou au travail des enfants pour être éligibles.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Campagne orange deconnexion orange

Le débat autour de la 5G appelle à la création d'une Convention citoyenne sur le numérique

La question revient inlassablement sur la table ces derniers mois : à quoi va servir la 5G ? À en croire ses défenseurs, elle ouvre la voie à des applications du futur, comme la voiture connectée, l'intelligence artificielle ou la télémédecine. Mais pour l'instant, elle va surtout favoriser le...

Nightjet trains de nuit couchettes OBB

[Les nouvelles rives du tourisme] Les trains de nuit, bientôt plus tendance que l'avion

Voyager loin sans polluer, c'est une demande de plus en plus forte pour tourner le dos au tourisme de masse. Une promesse à laquelle les trains de nuit peuvent répondre. Ils connaissent un nouveau souffle à travers l'Europe. En France, le gouvernement doit rendre une étude sur le sujet à la rentrée...

Velo tourisme

[Les nouvelles rives du tourisme] Les cinq destinations françaises et écolo de la Rédaction

Les vacances seront françaises. Face à la pandémie de Covid-19 et aux fermetures de frontières, beaucoup de Français ont décidé d'arpenter les chemins de l'Hexagone cet été. Après le confinement, le désir de nature se fait de plus en plus fort. Pour déconnecter sans polluer, chaque journaliste de la...

Amsterdam tourisme istock funky data

[Les nouvelles rives du tourisme] Quand les villes se rebellent contre Airbnb et l’ubérisation du tourisme

La plateforme Airbnb s'est installée dans les habitudes de voyages des touristes. Mais son influence, toujours plus grande, nuit à la qualité de vie des populations locales. Flambée des prix de l'immobilier, pollution sonore, uniformisation... Face à cette situation, de plus en plus de villes...