Publié le 03 octobre 2018

SOCIAL

Pêche responsable : la grande distribution ne veut pas rester en rade

90 millions de tonnes de poissons sont pêchés chaque année provoquant la surexploitation d’un tiers des stocks. En France, où la majorité du poisson consommé est importé, les consommateurs veulent être rassurés. C’est pourquoi, de plus en plus de géants de la grande distribution ont opté pour le label MSC pêche durable.

33 % des stocks mondiaux de poissons sont surexploités.
@Pixabay

Neuf Français sur dix achètent leur poisson en supermarché et près des deux tiers se disent préoccupés par la pollution des océans et la surpêche. Face à ce constat, les géants de la grande distribution ne pouvaient pas ignorer cette demande des consommateurs. Ils sont de plus en plus nombreux à proposer des produits de la mer labellisés MSC. Celui-ci garantit une pérennité des stocks et un impact limité sur l’environnement.

Du cabillaud surgelé Picard à la barquette de lieu noir frais Carrefour, 401 références sous marque distributeur sont labellisées en France. Carrefour arrive en tête avec plus de 75 produits, soit un tiers de son offre de poissons sauvages estampillé MSC, et l’ensemble de ses 234 magasins. Chez Picard, vous trouverez plus de la moitié des denrées de la mer labellisées MSC. Aldi, Lidl et Système U se sont également engagés proposant chacun une quarantaine de références.

Nouveau critère sur les conditions de travail

"La place des produits de la mer dans la consommation française et les préoccupations grandissantes pour l’avenir des océans montrent qu’il est essentiel que les consommateurs disposent aujourd’hui de produits durables, clairement labellisés et au bon prix", commente Edouard Le Bart, directeur de Programme France chez MSC.

En France, les produits de la mer labellisées MSC ont augmenté de 20 % en un an, montrant l’engouement du secteur vers une pêche plus durable. 2 400 produits sont aujourd’hui certifiés, mais aussi 230 entreprises et 13 pêcheries. Au niveau mondial, cela représente 13 % des captures sauvages et 35 000 produits. L’objectif est d’atteindre 20 % de pêcheries engagées pour la durabilité d’ici 2020 et 30 % en 2030.

Les organisations reçoivent le label pour cinq ans et font l’objet d’un audit tous les ans. 28 critères sont passés au crible comme par exemple le potentiel de reproduction d’une espèce, l’impact sur les coraux profonds ou la surpêche. Après plusieurs polémiques concernant notamment les conditions de travail, le MSC a décidé d’inclure une nouvelle exigence. Dès février 2019, toutes les pêcheries devront reporter sur la façon dont elles pallient au travail forcé ou au travail des enfants pour être éligibles.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Talage supermarche invendu gaspillage

Anti-gaspillage alimentaire : ces solutions qui révolutionnent les pratiques des supermarchés

Un tiers de la production mondiale alimentaire est gaspillé. Un taux gigantesque dont tous les acteurs de la chaîne sont responsables. Pour remédier à cette situation, à l’occasion de la journée nationale contre le gaspillage alimentaire, Novethic a sélectionné cinq solutions anti-gaspi qui...

La fourche magasin bio entrepot

[La vidéo des solutions] La Fourche, le magasin bio qui casse les prix, mais pas les producteurs

La Fourche va-t-il disrupter le marché de la distribution ? Ce magasin en ligne propose des produits bio jusqu'à 50 % moins cher que les réseaux classiques grâce à un système d'abonnement et des marges quasi nulles. Et la transparence est de mise : l'impact carbone et nutritionnel de chaque produit...

Yuka, C’est qui le patron, Y'a quoi dedans… Risque d’indigestion face au foisonnement des applications sur l'alimentation

Trop d'applis tuent-elles l'appli ? Depuis quelques mois, le nombre d'applications de notation sur la modèle de Yuka se multiplie. Si le manque de transparence des distributeurs et des industriels laisse le champs libre à ces applications qui séduisent les consommateurs, leur foisonnement pourrait...

"C'est qui le patron ?!" lance son application, encore plus complète que Yuka

C'est qui le patron ?! passe à la vitesse supérieure. La marque des consommateurs, qui rémunère au juste prix les producteurs, lance son application de notation. Pour aller plus loin que le célébrissime Yuka, la nutrition n'est pas le seul critère d'évaluation, l'application prendra en compte le...