Publié le 03 octobre 2018

SOCIAL

Pêche responsable : la grande distribution ne veut pas rester en rade

90 millions de tonnes de poissons sont pêchés chaque année provoquant la surexploitation d’un tiers des stocks. En France, où la majorité du poisson consommé est importé, les consommateurs veulent être rassurés. C’est pourquoi, de plus en plus de géants de la grande distribution ont opté pour le label MSC pêche durable.

33 % des stocks mondiaux de poissons sont surexploités.
@Pixabay

Neuf Français sur dix achètent leur poisson en supermarché et près des deux tiers se disent préoccupés par la pollution des océans et la surpêche. Face à ce constat, les géants de la grande distribution ne pouvaient pas ignorer cette demande des consommateurs. Ils sont de plus en plus nombreux à proposer des produits de la mer labellisés MSC. Celui-ci garantit une pérennité des stocks et un impact limité sur l’environnement.

Du cabillaud surgelé Picard à la barquette de lieu noir frais Carrefour, 401 références sous marque distributeur sont labellisées en France. Carrefour arrive en tête avec plus de 75 produits, soit un tiers de son offre de poissons sauvages estampillé MSC, et l’ensemble de ses 234 magasins. Chez Picard, vous trouverez plus de la moitié des denrées de la mer labellisées MSC. Aldi, Lidl et Système U se sont également engagés proposant chacun une quarantaine de références.

Nouveau critère sur les conditions de travail

"La place des produits de la mer dans la consommation française et les préoccupations grandissantes pour l’avenir des océans montrent qu’il est essentiel que les consommateurs disposent aujourd’hui de produits durables, clairement labellisés et au bon prix", commente Edouard Le Bart, directeur de Programme France chez MSC.

En France, les produits de la mer labellisées MSC ont augmenté de 20 % en un an, montrant l’engouement du secteur vers une pêche plus durable. 2 400 produits sont aujourd’hui certifiés, mais aussi 230 entreprises et 13 pêcheries. Au niveau mondial, cela représente 13 % des captures sauvages et 35 000 produits. L’objectif est d’atteindre 20 % de pêcheries engagées pour la durabilité d’ici 2020 et 30 % en 2030.

Les organisations reçoivent le label pour cinq ans et font l’objet d’un audit tous les ans. 28 critères sont passés au crible comme par exemple le potentiel de reproduction d’une espèce, l’impact sur les coraux profonds ou la surpêche. Après plusieurs polémiques concernant notamment les conditions de travail, le MSC a décidé d’inclure une nouvelle exigence. Dès février 2019, toutes les pêcheries devront reporter sur la façon dont elles pallient au travail forcé ou au travail des enfants pour être éligibles.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Metaverse gafam Fanny PARISE Me lanie Bultez

Fanny Parise, anthropologue : "La consommation responsable est un alibi de l’hyperconsommation"

Ils portent des baskets écoresponsables, mangent des œufs "qui ne tuent pas la poule" et se déplacent en vélo électrique. Dans son dernier livre, l'anthropologue Fanny Parise épingle les apôtres de la consommation responsable, des "enfants gâtés" qui perpétuent un système hyperconsumériste. Loin de...

Solde fast fashion textile THOMAS COEX AFP

La perte d’intérêt pour les soldes, symbole d’un secteur de l'habillement en crise

Autrefois rendez-vous incontournable des consommateurs, les soldes subissent une perte d'intérêt. Si le Covid-19 et l'inflation qui a explosé avec la guerre en Ukraine participent à ce désamour, c'est une tendance plus profonde qui traverse tout le secteur de l'habillement. Les géants de la "real...

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...

Prix vie chere inflation INA FASSBENDER AFP

Pâte, viande, huile… l’inflation grimpe sur fond de colère sociale

La facture est salée pour les ménages. L'inflation a provoqué une hausse considérable des prix de certaines denrées alimentaires comme les pâtes, la viande ou la farine. Une situation qui devrait empirer avec la guerre en Ukraine, et qui s'ajoute à l'envolée des prix du carburant. En France,...