Publié le 12 janvier 2020

SOCIAL

[Bonne nouvelle] Les restaurants pourront désormais être certifiés bio

Malgré la forte demande des consommateurs, le bio représente aujourd'hui à peine 3 % des achats des restaurants. Pour multiplier l'offre, l'Agence bio a annoncé la création d'une certification qui permettra à chaque restaurateur de labelliser son établissement dès lors qu'il achète au moins 50 % de ces produits en bio. 

Certification bio restaurant
Le but est de "valoriser les restaurants qui sont déjà en bio" et "d’attirer les nouveaux".
CC0

Comment attirer les restaurants vers le bio ? Aujourd’hui, ces produits ne représentent que 2,6 % des achats dans la restauration commerciale. Un taux faible alors que la demande des consommateurs ne cesse de croître. Pour développer l’offre, l’Agence bio a annoncé développer une certification pour les restaurateurs.

Depuis le 1er janvier, un restaurant qui achète au moins la moitié de ces produits en agriculture biologique pourra l’annoncer grâce au label AB. Le Comité national de l’Agriculture biologique (Cnab) a décidé de mettre en place trois niveaux de certifications. La catégorie 1 couvrira les restaurants dont 50 % à 75 % des approvisionnements, en valeur d'achat, se font en bio, la catégorie 2 visera les établissements où ils représentent 75 % à 95 %, et la catégorie 3 pour "au moins 95 %".

Attirer de nouveaux restaurants en bio

"La difficulté était de trouver l’entrée", a expliqué lors d’une conférence de presse Olivier Nasles, président du Cnab. "Nous nous sommes demandé s’il fallait partir avec une ambition très forte sans niveau de catégorie ou s’il fallait inciter les restaurants à rentrer dans le système en n’étant pas ayatolesque dans un premier temps. On a donc fait le choix d’une entrée progressive avec trois catégories", a-t-il ajouté.

Auparavant, les restaurateurs pouvaient certifier leur menu mais pas leurs établissements en entier. Surtout, ils n’avaient pas l’obligation de passer par l’Agence bio. Aujourd’hui, chaque établissement désira être certifié devra se notifier auprès de l'institution publique et sera contrôlé par des organismes qui valideront le respect du cahier des charges.

Le but est de "valoriser les restaurants qui sont déjà en bio" et "d’attirer les nouveaux", explique Olivier Nasles. Aujourd’hui, le principal frein au développement du bio dans les restaurants est le surcoût engendré et la difficulté d’identifier des fournisseurs, a souligné l’Agence bio. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Smartphone opposition 5G pixabay

Levée de boucliers contre le déploiement de la 5G en France

ONG, citoyens, députés et syndicats se mobilisent contre la 5G. Une première journée de protestation mondiale a été organisée le week-end dernier et un recours déposé devant le Conseil d’État en France pour annuler l’appel d’offres pour l'attribution des fréquences actuellement en cours. En cause,...

Sans sucre vegan bio sans additif les bonbons changent

Sucre, additif, graisse… Les industriels de la confiserie entament une cure d’amaigrissement

Pour plaire davantage aux nouveaux consommateurs, les fabricants de confiseries s'échinent à modifier les recettes de leurs friandises. MM's va éliminer le dioxyde de titane, Carambar va réduire les graisses animales dans certains bonbons, Haribo le sucre... Le secteur change. Reste à connaître...

Gilets Jaunes Rond point LaurentFerriere HansLucas AFP 01

Gilets jaunes : la perte des petits commerces et des équipements publics, facteur important de mécontentement et de mobilisation

L’importance des préoccupations économiques dans les origines du mouvement des Gilets Jaunes a été prouvée par plusieurs enquêtes. Mais le conseil d’analyse économique (CAE) a été plus loin dans l’analyse. Si la question de l’emploi et des conditions économiques sont prégnantes, la perte des...

La grande distribution le vrac

Après avoir dévoré le bio, la grande distribution veut faire main basse sur la vente en vrac

Les enseignes bio, à l'avant-garde sur le vrac, pourraient bientôt se faire distancer par la grande distribution. Cette dernière investit de plus en plus dans ce marché, qui pèse désormais 1,2 milliard d'euros. Elle mise notamment sur l'innovation et un parcours client sans embûche pour répondre à...