Publié le 21 janvier 2021

SOCIAL

Too Good To Go, l'appli anti-gaspi française, s'attaque aux États-Unis

C'est une vraie success story. Lancée il y a quatre ans en France, Too Good To Go, spécialiste de l'anti-gaspillage alimentaire, vient de récolter 25,7 millions d'euros. Une levée de fonds qui permet à Too Good To Go de se lancer aux États-Unis, un marché très en retard où 40 % de la nourriture produite est jetée.

NYC Too good to go 2
La startup a installé depuis septembre deux bureaux à New York et Boston et compte s'étendre dans les prochains moi.
Too Good To Go

En quelques années, l'application Too Good To Go est devenue un acteur incontournable de la lutte contre le gaspillage alimentaire, en permettant à des consommateurs d’acheter à petits prix les invendus des commerçants. La startup compte désormais 24 millions d’utilisateurs dont 8 millions en France et assure être le leader mondial du secteur. La pépite française vient de lever 25,7 millions d’euros, auprès d'investisseurs traditionnels et de ses salariés, l’autre auprès du premier fond à être certifié ESG dans l’Union européenne.

"Lucie Bash, la fondatrice de Too Good To Go a eu l’idée assez géniale de faire qu’à la fin d’un service, votre commerçant de bouche, votre restaurant, votre boulanger puisse vous donner accès à la nourriture restante qu’ils auraient dû jeter, pour un prix moindre... C’est un modèle assez parfait", défend Alexandre Mars, fondateur de Blisce, un fonds de capital-risque qui a participé à la levée de fonds. "Leur KPI (indicateur clé de performance, NDR), donc leur capacité à évaluer leur succès est basé sur le nombre de repas sauvés. (…) Ces sujets-là sont des sujets considérables pour nous. On veut soutenir des entrepreneurs qui ont une mission", ajoute-t-il.

L'énorme marché américain

Avec cette levée de fonds, Too Good To Go s’attaque désormais aux États-Unis. Alors qu’en moyenne, dans le monde, un tiers de la production alimentaire est perdu ou gaspillé, aux États-Unis le gaspillage atteint 40 %. "Il y a un vrai souci outre-Atlantique qui a été exacerbé avec le Covid-19", explique Stéphanie Moy, directrice de la communication de la startup. "C’est le bon moment pour nous lancer sur ce marché. On a commencé avec New-York et Boston en septembre et on compte déjà 200 000 utilisateurs. 65 000 repas ont été ainsi sauvés de la poubelle", avance-t-elle.

La startup va calquer le modèle qu'elle a développé en France, à savoir s’allier avec des petits commerçants, des indépendants et des gros distributeurs. Elle compte ainsi 1 000 partenaires aux États-Unis et souhaite, à l’avenir, ouvrir des bureaux à Washington, San Francisco ou encore Los Angeles. Reste à savoir comment gérer ce déploiement en plein Covid-19. En France, le premier confinement avait généré une baisse du trafic sur l'application.

Et les États-Unis ne sont pas le seul horizon de la startup. Too Good To go devrait annoncer, dans les prochains jours, son extension dans plusieurs pays. L’entreprise est déjà présente dans 14 pays européens et assure avoir sauvé 55 millions de paniers de nourriture.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...

Fourrure kerring Vita Leonis on Unsplash

Gucci, Saint Laurent, Balenciaga… le groupe Kering n’utilisera plus de fourrure animale

Exit la fourrure animale. Le groupe de luxe Kering, qui détient notamment les marques Balenciaga, Saint Laurent, Brioni ou encore Alexander McQueen vient d'annoncer, face à la pression des associations comme Peta, qu'il n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses collections. Un choix félicité...

Journees europeennes Patrimoine

Journée du patrimoine : cinq lieux à découvrir de toute urgence

À la découverte de sites d'exception ! Du samedi 18 au dimanche 19 septembre, des centaines de monuments vont ouvrir leurs portes aux citoyens. Patrimoine industriel, naturel, social... Novethic a sélectionné cinq visites à réaliser sans attendre.

Empreinte carbone carbonfact

Découvrez Carbonfact, le futur Wikipédia de l’empreinte carbone de nos produits

La nouvelle plateforme Carbonfact, créée début juillet, veut donner la possibilité aux consommateurs de connaître l'empreinte carbone des produits qu'ils achètent, tout comme ils connaissent leur prix. Transparence et comparabilité sont les maîtres clés de Carbonfact qui ambitionne ainsi de devenir...