Publié le 12 novembre 2018

SOCIAL

Amazon mise sur les producteurs locaux pour redorer son image

Amazon vient de lancer une boutique dédiée aux producteurs français locaux. L'occasion pour ce géant du commerce en ligne de redorer son image et un vrai tremplin pour les producteurs français en terme de visibilité et de volume des ventes. Mais cette annonce n'est pas sans risque. Entre dépendance et monopole alimentaire, l'issue reste incertaine. 

Amazon ouvre sa porte aux petits producteurs français et locaux qu'il promet de rémunérer au juste prix.
Pixabay

Y a-t-il encore un secteur qui échappe aux tentacules d’Amazon ? Le géant du commerce en ligne a annoncé, le 8 novembre, la création d’une "boutique des producteurs". 2 000 références de produits français et haut de gamme vont être vendues sur la plateforme et seront accessibles dans toute l’Europe.

"Dans le cadre des États généraux de l’alimentation, un sujet a émergé, c’est celui de la juste reconnaissance des savoir-faire français et la juste rémunération des producteurs français. On lance donc cette boutique dans cet esprit-là", a expliqué à Europe 1 Frédéric Duval directeur général d'Amazon. Concrètement, les producteurs fixeront eux-mêmes les prix. Ils devront par contre s’acquitter d’un abonnement mensuel de 39 euros. Quant à Amazon, il percevra 8 à 15 % de commission sur les ventes.

Les petits sites e-commerce vont disparaître 

"Il ne fallait pas que je loupe le coche", témoigne Delphine Liegeois. Cette productrice de safran dans les Ardennes a tout de même hésité avant de franchir le pas. "Amazon a un potentiel énorme, ça nous donne une vraie visibilité mais ces gigantesques plateformes font toujours peur, on craint d'être avalé", souligne la productrice.

Pour se prémunir, elle compte conserver son propre site Internet et continuer de vendre ses produits sur d’autres plateformes. Malgré cette précaution, la nouvelle position d'Amazon sonne pour les producteurs comme "le début de la fin des petits sites e-commerce dans les deux trois ans à venir", explique à l’AFP Vianney Bellanger, gérant d’une chocolaterie au Mans et également partenaire d’Amazon. "Les ventes sur internet risquent de se concentrer à terme sur les plus gros", craint-il.

Une trop grande dépendance des producteurs à Amazon

Une peur partagée par Guy Kastler de la Confédération paysanne. Car au-delà de la disparition des sites en ligne, c'est la dépendance des agriculteurs envers Amazon que le producteur dénonce. "Il y a un vrai problème de centralisation et de dépendance des agriculteurs. Ce monopole de plus en plus important fonctionne de la même manière que les supermarchés qui ont fait fermer les petits commerces", estime-t-il.

Même le gouvernement s’inquiète de l’impact de ces géants en ligne sur le tissage territorial des PME. "Alerté par les chefs d’entreprise depuis sa prise de fonction", le secrétaire d’État au numérique, Mounir Majoubi, a lancé en juillet "un espace en ligne afin de recenser les difficultés rencontrées par les PME françaises avec les plateformes de vente en ligne", a ainsi annoncé le ministère.

"Amazon n'est pas là pour tuer les petits producteurs"

Reste que "Amazon n’est pas là pour tuer les petits producteurs", défend Frank Rosenthal, consultant et spécialiste de la distribution. "L’enjeu pour lui est de casser son image de multinationale, de changer la perception des Français mais aussi de surfer sur la tendance très forte de la consommation locale".

Dans ce secteur, Amazon a en effet du chemin à parcourir. Selon une analyse menée par le Journal du Net, sur le marché français, entre le 13 septembre et le 4 octobre 2018, sur 450 produits populaires vendus par Amazon, 136 provenaient de Chine.  

Marina Fabre @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...

Fourrure kerring Vita Leonis on Unsplash

Gucci, Saint Laurent, Balenciaga… le groupe Kering n’utilisera plus de fourrure animale

Exit la fourrure animale. Le groupe de luxe Kering, qui détient notamment les marques Balenciaga, Saint Laurent, Brioni ou encore Alexander McQueen vient d'annoncer, face à la pression des associations comme Peta, qu'il n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses collections. Un choix félicité...

Journees europeennes Patrimoine

Journée du patrimoine : cinq lieux à découvrir de toute urgence

À la découverte de sites d'exception ! Du samedi 18 au dimanche 19 septembre, des centaines de monuments vont ouvrir leurs portes aux citoyens. Patrimoine industriel, naturel, social... Novethic a sélectionné cinq visites à réaliser sans attendre.

Empreinte carbone carbonfact

Découvrez Carbonfact, le futur Wikipédia de l’empreinte carbone de nos produits

La nouvelle plateforme Carbonfact, créée début juillet, veut donner la possibilité aux consommateurs de connaître l'empreinte carbone des produits qu'ils achètent, tout comme ils connaissent leur prix. Transparence et comparabilité sont les maîtres clés de Carbonfact qui ambitionne ainsi de devenir...