Publié le 13 mars 2020

SOCIAL

Orange, Free, SFR... Les opérateurs devront bientôt indiquer le bilan carbone de nos activités numériques

C'est une petite mention sur notre facture qui pourrait provoquer un déclic. À partir du 1er janvier 2022, une mesure, issue de la loi économique circulaire, obligera les opérateurs mobiles et fournisseurs d'accès à Internet à indiquer l'impact carbone des activités numériques de leurs clients. Le numérique représente déjà 4% des émissions de CO2 mondiales. 

Pollution nume rique loi e conomie circulaire
Le but est aussi de pousser les opérateurs à améliorer leur bilan carbone.
CC0

Les plus critiques pestent contre une "mesurette", mais elle pourrait marquer les consommateurs. Dès le 1er janvier 2022, les fournisseurs d’accès à Internet et les opérateurs mobiles comme Orange, SFR ou Free seront contraints d’afficher l’impact carbone des activités numériques de leurs clients. Ils devront calculer combien nous, consommateurs, avons généré d’émissions de CO2 en regardant un film, envoyé des mails, partagé des données, téléchargé tel contenu… L’impact environnemental des appareils devra également être comptabilisé. 

"Nous sommes pleinement mobilisés pour aider le gouvernement et l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) à définir l’équivalence entre consommations de données et émissions de gaz à effet de serre", a assuré Arthur Dreyfuss, président de la Fédération française des télécoms (FFT). "Maîtriser l’impact environnemental et énergétique des services numériques est l’une des priorités des opérateurs de la fédération", a-t-il ajouté. 

Un travail de sensibisation

Pour l’instant, ni la méthodologie, ni la manière d’indiquer son impact au consommateur n’a encore été décidé. Les acteurs du secteur ont deux ans pour trouver une solution. Une des pistes est d’afficher l’impact environnemental directement sur la facture. "Il y a un immense travail de sensibilisation à faire auprès du grand public", a expliqué  à l’AFP la secrétaire d’État Brune Poirson qui veut également pousser les opérateurs à améliorer leur bilan carbone. "Notre objectif est de faire en sorte que les consommateurs puissent choisir leur fournisseur d'accès Internet en fonction de son impact environnemental", a-t-elle souligné.

Depuis quelques années, avec l'essor du streaming et des plateformes comme Netflix, l’impact environnemental du numérique a considérablement évolué. Selon le Shift Project, le secteur représente aujourd’hui 4 % des émissions de CO2 mondiales. Mais cet impact devrait doubler d’ici cinq ans. Le visionnage des vidéos en ligne en 2018 a ainsi généré 300 millions de tonnes de CO2, soit autant que l’Espagne. "Tandis que la contrainte climatique impose une baisse drastique des émissions mondiales de gaz à effet de serre dans les prochaines années, le numérique accroît sa consommation d’énergie de 9 % par an", note le think tank. Et cela devrait s’accélérer avec le déploiement de la 5G, qui va permettre de multiplier les usages.

Une 5g gourmande

"Il y a aujourd’hui un consensus pour dire qu’un équipement 5G consomme trois fois plus qu’un équipement 4G, et qu’ajouter des équipements 5G aux infrastructures existantes (2G, 3G, 4G) conduira au moins à doubler la consommation. Par ailleurs, avec la 5G il faudra trois fois plus d'infrastructures qu’avec la 4G pour assurer la même couverture", expliquent Hugues Ferreboeuf et Jean-Marc Jancovici du Shift Project dans une tribune intitulée "La 5G est-elle vraiment utile?".

L’enjeu est d’arriver à concilier la sobriété numérique avec une démarche de progrès technologiques. Une prise de conscience du grand public de cette pollution permettrait de mieux gérer les impacts de ce secteur. Les petits gestes, comme éteindre sa box la nuit, vider sa boîte mail, regarder les vidéos sur des petits écrans, prolonger la durée de vie de ses équipements… représentent une partie de la solution. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Supermarche ok

Une hausse des prix alimentaires se profile en France, une première en dix ans

Alors que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) constate une flambée des prix alimentaires de 31 % en moyenne dans le monde, en France, elle reste contenue et ne devrait atteindre que 4 %. Directement liée à l’envolée des cours des matières premières et aux...

Soldes

Les soldes, apanage des grands groupes, fragilisent les petits commerces

La période des soldes débute ce 12 janvier et avec elle son lot de controverses. Symbole de la société de consommation, elles sont boycottées par certaines enseignes et boutiques indépendantes. Elles incarnent par ailleurs les dérives d’une économie basée sur le tout jetable, incompatible avec...

C qui le patron

Lait, beurre : "C’est qui le patron" explose le plafond de verre des produits équitables en se hissant à la première place

Alors qu'en décembre, "C'est qui le patron" devenait la première référence de sa catégorie sur le lait, un mois plus tard, c'est au tour du beurre bio de finir en haut du podium. Un tournant de taille pour les produits équitables qui n'avaient jamais atteints un tel niveau et une preuve que les...

IStock RusN emballage fruit legume

Plastiques interdits, dons d’invendus… ce qui change au 1er janvier pour encourager une autre consommation

Différents décrets de lois entrent en application le 1er janvier 2022 pour faire évoluer nos modes de consommation et les inscrire dans une trajectoire plus durable. L'objectif est de sortir la France du "tout jetable" et d'accompagner la transition écologique des citoyens via d'avantage d'aides...