Publié le 30 mai 2020

SOCIAL

[À l’origine] Les balcons, de l’attribut bourgeois à l’espace d’expression démocratique

Le balcon a montré tous ses atours pendant le confinement en faisant office d’ouverture et de pont - au sens littéral comme figuré - entre l’espace domestique et l’espace de la cité. Retour sur cet attribut décoratif, symbole de richesse, devenu aussi, pendant cette crise du Covid-19, lieu d’expression de solidarité et de contestation politique.

Balcon verone cco bnw
A Vérone, les balcons ont d'abord servi à conter fleurette avant de devenir, à l'occasion de la crise du Covid-19, un espace d'expression politique et de solidarité
@CCO

Au départ, c’est une simple saillie en façade, à usage défensif pour les places fortes. Puis elle s’élargit, devient coursive... Au Moyen âge, on y contemple la rue ou un spectacle, parfois sans être vu, avant que la Renaissance ne consacre le balcon comme symbole de raffinement, en tant que belvédère ou de piédestal.

Au XVIème siècle encore, quand le balcon des Capulet devient, sous la plume shakespearienne, le théâtre de l’amour passionnel de Roméo et Juliette, cet élément architectural n’est encore pas si fréquent… Mais tellement romantique ! Pas étonnant donc que le balcon se développe finalement à Paris. Filant, il orne les façades des immeubles bourgeois que l’on aime richement décorées sous le règne de Louis Philippe, avant de prendre (un peu) plus d’ampleur aux deuxième et cinquième étages des immeubles haussmanniens, puis de l’audace à l’époque Arts déco.

360px Gustave Caillebotte c.1880 L homme au balcon Man on a Balcony oil on canvas 116 x 97 cm private collection

Gustave Caillebote, L'homme au balcon, 1880

"À la fin du 19e siècle, le balcon devient un élément décoratif agréable. Comme la majorité des Parisiens arrivent de la campagne, ils y installent des jardinières, des bacs dans lequel on fait pousser des plantes", relate ainsi le philosophe de l’urbanisme Thierry Paquot dans les colonnes du Figaro. Il faut cependant attendre les années 70/80 pour que le balcon se généralise dans les constructions avant d’être abandonnés pour des raisons économiques. Dans les grandes villes, sa rareté est une convoitise qui se monnaie chèrement. Et le confinement risque de ne pas ralentir la tendance, bien au contraire.

Des tribunes politiques suspendues sur la rue

Mais ce qui interpelle surtout depuis deux mois, c’est la révolution de l’usage de cet espace à la fois intime et public. Certes, il est resté ce lieu de jardinage privilégié, de farniente ou de plaisir coupable, le temps d’une cigarette ou d’un appel à la dérobée. Mais la bulle privative a aussi su s’éclater pour devenir un espace de convivialité et d’ouverture sur le monde. En France, comme partout dans le monde, le balcon s’est fait lieu de rencontres entre voisins pour des quiz, des concerts, des apéros, des cours de gym ou de simples conversations, dans le respect d’une "distanciation physique" devenue la nouvelle norme sociale d’un temps de pandémie. Chaque soir, à 20h, il s’est transformé en lieu d’expression de solidarité envers les personnels soignants et plus généralement les professions en première ligne face à l’épidémie.

"Support de mots d’ordre", d’"invitation à contester la politique", le balcon s’est aussi vu consacré comme "tribune politique suspendue sur la rue", souligne Thierry Paquot dans Libération. Des centaines de banderoles réclamant la démission du gouvernement ou plus de moyens pour les hôpitaux ont ainsi fleuri les balcons avant de s’afficher sur les réseaux sociaux, relayées par des initiatives comme celles du collectif "Confiné.e.s mais pas résigné.e.s". Bien sûr, les banderoles de soutien à des causes ou les témoignages de solidarité n’ont pas attendu le Covid-19 pour se hisser aux balcons. Ces derniers ont largement été utilisés lors des attentats ou les mouvements de contestations, comme à Hong Kong et au Liban où ils ont servi comme "amplificateur de la dénonciation d’un gouvernement", mais le confinement a universalisé le phénomène.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud

 

 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Biodiversité, ville nouvelle, transports doux... Cinq lieux à découvrir pour les Journées du patrimoine durable

À l’occasion des Journées du Patrimoine qui se tiendront les 21 et 22 septembre dans toute la France, Novethic vous a sélectionné cinq événements ou lieux à découvrir. Du parcours biodiversité dans le quartier du Marais à la célèbre Cité Radieuse de Marseille en passant par la Fabrique du...

[À l’origine] le PIB, un outil créé pour mesurer l’impact de la crise de 1929

La crise du coronavirus va peser très lourd sur les PIB des pays du monde. La chute va être brutale pour cet indicateur, souvent débattu, censé représenter la richesse du monde et qui ne peut être que croissant pour que l’économie soit saine… Cet outil a justement été créé dans les années...

[À l’origine] Le ministère de la santé, en première ligne face au Coronavirus, né de l’hygiène publique et de la guerre

Depuis plusieurs semaines, le ministère de la Santé tient le compte des malades et des morts en France des suites de l’épidémie de Coronavirus. Et il martèle aux Français de rester de chez eux et de respecter les gestes barrières. Ce ministère, sous sa forme actuelle, existe dans tous les...

[A l’origine] En 1832, face à l’épidémie de choléra, les soignants refusent leur médaille

Alors qu'en 1832, la France est dévastée par une épidémie de choléra, la Monarchie de juillet propose de remettre une médaille aux soignants. Une décoration qui ne passe pas alors que les primes manquent à l'appel, raconte l'historienne des Révolutions Mathilde Larrère dans Arrêt sur...

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Consommation bio locale de saison effet covid

[Effet post-Covid] Les Français reviennent vers une alimentation bio et locale

Le confinement provoqué par le Covid-19 a eu l'effet d'un déclic pour nombre de citoyens qui se sont tournés vers une alimentation bio, voire locale. Les circuits courts ont profité de cette aubaine tout comme la grande distribution, qui, pendant le confinement, a fait la part belle aux fruits et...

La vie claire 1948 bn

[À l’origine] En 1948, La Vie Claire lance un premier magasin bio avant l'heure

Le marché du bio a connu un vrai boom pendant le confinement. Si la grande distribution tient désormais une place majeure dans le marché, ce sont les enseignes spécialisées comme La Vie Claire qui ont ouvert la voie. En 1948, alors que le label AB n'existait pas encore, la Vie Claire lance un...

Consommation locale istock julief514

Une carte de fidélité écolo, pour favoriser une consommation durable et locale

Alors que le confinement a plombé la consommation des Français, la reprise de cette dernière s'avère primordiale pour l'économie du pays. L'occasion est unique de pouvoir la réorienter vers des produits locaux et verts, assure la Fabrique écologique qui appelle à la mise en place d'une carte de...

Vanmoof publicite Capture ecran

Un fabricant néerlandais de vélos s'estime censuré en France pour sa pub "anti-voitures"

Le fabricant néerlandais de vélos électriques Vanmoof a dénoncé mardi 30 juin un avis de l'autorité française de régulation de la publicité lui demandant de modifier un spot jugé anti-voiture. En cause : des plans montrant des "images anxiogènes" de la voiture. Une affaire qui s'inscrit dans un...