Publié le 05 septembre 2016

Cartouche supply chain

SOCIAL

Salaire décent : "H&M doit aider à l’instauration d’un dialogue social chez ses fournisseurs"

La marque suédoise H&M s’engage pour la mise en place d’un salaire décent pour les ouvriers du secteur textile. Elle s’est fixé comme objectif que tous ses fournisseurs stratégiques versent des "salaires de subsistance" à leurs ouvriers d’ici 2018. Une mesure qui devrait concerner au total 850 000 travailleurs. H&M refuse en revanche de fixer ce niveau de salaire, ce que regrettent les ONG. Explications de Rémi Crinière, responsable RSE pour H&M France.

Remi Criniere HM
Rémi Crinière est responsable RSE chez H&M France. Le groupe suédois s’est fixé comme objectif que tous ses fournisseurs stratégiques versent des "salaires de subsistance" à leurs ouvriers d’ici 2018.
DR

Novethic : Pourquoi H&M s’intéresse-t-elle à la question du salaire décent ou vital ? Et quelle définition en donnez-vous ?

Rémi Crinière : Il est naturel pour une entreprise comme H&M de s’intéresser à cette question. Ce n’est pas nouveau pour nous, cela est ancré dans la démarche éco-responsable du groupe depuis son origine. Toutefois, depuis 2013 (année du drame du Rana Plaza, NDLR), nous avons mené des actions de plus en plus fortes et marquées sur ce problème.

Pour nous, il s’agit d’aller au-delà d’un salaire minimum et d’aider à la mise en place d’un salaire qui serait juste, où chacun puisse être payé correctement, en tenant compte de son expérience, de ses compétences et qualifications, avec un certain nombre d’avantages sociaux. Nous travaillons donc avec nos fournisseurs sur la mise en place d’une grille de rémunération pour que chacun puisse vivre de son salaire. Pour nous, chacun doit pouvoir couvrir ses besoins et ceux de sa famille grâce à son salaire, y compris un revenu discrétionnaire (épargne et loisirs, NDLR).

 

"Nous ne pouvons pas nous substituer au dialogue social"

 

H&M refuse de fixer un niveau pour ce salaire décent, ce que critiquent les ONG pour qui un référentiel permettrait de se fixer des objectifs concrets et de mesurer les avancées réalisées. Pourquoi ?

Le problème est souvent mal posé. On se demande pourquoi telle marque ne fixe pas un montant de salaire décent dans ses usines. Mais ce qu’il faut comprendre c’est que nous travaillons avec des fournisseurs et qu’en tant que client, nous ne sommes pas en charge de la définition du salaire. Aujourd’hui, si une entreprise étrangère imposait sa loi en France et décidait de fixer tel niveau de salaire, ce ne serait pas considéré comme normal.

En revanche, notre poids en tant que donneur d’ordre nous permet de travailler, chez nos fournisseurs et dans le secteur du textile en général, à l’instauration d’un dialogue social à travers lequel on puisse arriver à un bon niveau de salaire. Car la question du salaire décent s’inscrit plus largement dans les discussions autour de la mise en place d’un dialogue social. C’est la clé pour avancer. Mais encore une fois, ce n’est pas à nous de fixer ce salaire décent. Il y a des gens mieux placés pour cela. 

Notre travail consiste donc à faire en sorte que ceux-ci puissent s’exprimer et que les fournisseurs instaurent des négociations encadrées, ce qui n’est pas quelque chose de naturel, dans les pays d’Asie notamment. Nous ne pouvons pas nous substituer au dialogue social. Et si l’on veut des changements structurels et pérennes, il faut faciliter "l’empowerment" des principaux concernés sur place, à savoir les ouvriers et les fournisseurs. 

 

Concrètement comment cela est mis en place ? Comment travaillez-vous avec les fournisseurs ?

Notre principal levier est notre carnet de commandes. Si le fournisseur n’avance pas sur ces questions, nous ne travaillerons plus avec lui. Les conditions sont clairement posées. Et de notre côté, nous nous engageons également sur un certain nombre de points. Il n’y a pas que les fournisseurs qui doivent faire des efforts.

Nous faisons en sorte que le travail avec nous soit un avantage aussi pour eux dans leur business et les incite à mettre en place un dialogue social pérenne et un salaire décent. H&M s’engage par exemple sur les plannings d’achats, sur des volumes ou encore sur la limitation des pics de production. Plus le fournisseur aura de la visibilité sur son carnet de commande sur une saison, plus il pourra répartir sa force de travail et investir pour améliorer les conditions de travail.

Tous les ans, nous demandons à nos fournisseurs si nous sommes nous aussi de bons partenaires pour eux à travers des enquêtes de satisfaction. Nous nous inscrivons ainsi dans des partenariats gagnant-gagnant avec des fournisseurs avec lesquels on travaille parfois depuis 20 ou 30 ans.

 

Un travail de lobbying

 

Comment travaillez-vous avec les ouvriers et les gouvernements locaux ?

Nous mettons en place des comités de participation des travailleurs, qui prennent des noms et des formes différents en fonction des pays, certains étant plus consultatifs et d’autres plus décisionnaires. Auprès des gouvernements, nous réalisons un travail de lobbying, non pas sur l’instauration d’un salaire décent mais sur celle d’un salaire minimum qui soit révisé très régulièrement et de façon concertée. Ainsi, un groupe comme le nôtre peut exprimer son souhait de voir instaurer un salaire minimum et en contrepartie, nous nous engageons à ne pas délocaliser la production dans d’autres pays plus avantageux.

Depuis trois ans, il y a eu des augmentations très fortes dans de nombreux pays, mais les gouvernements doivent aller plus loin pour travailler par exemple sur la limitation de l’inflation ou de l’augmentation du prix des loyers. C’est un problème qui dépasse l’industrie textile, mais sur lequel nous pouvons avoir un rôle à jouer.

 

Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes confrontés notamment dans des pays où la représentation syndicale est difficile voire impossible ?

Les obstacles sont principalement liés à la culture des pays dans lesquels nous sommes implantés. Le dialogue social n’y est effectivement pas forcément quelque chose d’habituel. Cela signifie qu’il faut former aussi bien les fournisseurs que les syndicats.

Au Bangladesh, nous avons ainsi installé un centre de formation dédié à nos fournisseurs et aux représentants du personnel sur place pour expliquer ce que sont des élections libres, des représentants libres, etc. Nous avons déjà plus de 40% de nos fournisseurs qui ont bénéficié de sessions de formation. Notre objectif est que 100% de nos fournisseurs sur place aient des comités de participation librement élus en 2018, au plus tard. Nous travaillons pour cela avec des ONG et avec l’OIT (Organisation Internationale du Travail), notamment au Bangladesh et au Cambodge.

 

Ce qui a changé, c’est la collaboration entre entreprises

 

Sur le salaire décent, vous avez commencé par trois usines pilotes qui travaillent exclusivement pour vous au Cambodge et au Bangladesh. L’objectif est de toucher tous vos fournisseurs stratégiques d’ici 2018, soit 850 000 ouvriers. Où en êtes-vous ?

Nous avons effectivement démarré dans trois usines qui travaillent à 100% pour H&M, pour dépasser la théorie, vérifier que cela fonctionnait et convaincre ensuite d’autres fournisseurs. En 2015, 68 usines supplémentaires ont rejoint le projet et cette année, il devrait y en avoir encore 80 dans la boucle.

De manière générale, dans nos usines pilotes, le turn-over et l’absentéisme ont très fortement diminué. Les heures supplémentaires, par exemple, ont été réduites de 45 à 50% et, dans le même temps, le salaire à la fin du mois a augmenté, de même que la productivité.

 

Voyez-vous une évolution sur la prise en compte des droits humains dans la chaîne d’approvisionnement dans votre secteur ?

Les choses évoluent vite. Beaucoup plus vite qu’avant. Les problèmes se posent désormais à plus grande échelle et beaucoup plus d’entreprises sont conscientes de ces enjeux et mettent des actions en place. Ce qui a changé selon moi, c’est la collaboration entre entreprises, notamment au sein d’initiatives comme ACT (Action, Collaboration, Transformation), qui réunit une vingtaine de marques textile et le syndicat international IndustriALL (avec lequel la marque a signé un accord-cadre international, NDLR) pour avancer sur la question des salaires décents dans les pays producteurs de vêtements. Cela permet d’avoir davantage de moyens d’actions et de pression sur un gouvernement ou sur un fournisseur.

Propos recueillis par Concepcion Alvarez
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Salaire décent vs salaire minimum : le grand écart

Recevoir un salaire vital en contrepartie de son travail est un droit humain fondamental. Pourtant, très peu d’entreprises prennent des mesures concrètes pour s’assurer qu’un tel salaire soit effectivement payé aux travailleurs de leur filière d’approvisionnement. C’est particulièrement...

Comment mettre en place un salaire vital

L’augmentation des salaires est la principale revendication des travailleurs à travers le monde. L’entreprise qui souhaite améliorer l’aspect social de sa chaîne d’approvisionnement est forcément confrontée au sujet. Mais comment déterminer le montant d’un salaire décent ? Plusieurs...

Au Royaume-Uni, Ikea s’engage à verser un salaire décent à ses employés

Alors que le gouvernement britannique a annoncé la hausse prochaine du salaire minimum pour les salariés de plus de 25 ans, Ikea a choisi d'aller plus loin : le fabricant de meubles suédois a en effet annoncé le week-end dernier qu’il allait relever de manière significative le salaire de 4...

Bangladesh : les ouvriers du textile obtiennent un salaire minimum

Au Bangladesh, malgré l'obtention il y a quelques jours d'un salaire minium dans le secteur textile, les ouvriers continuent de manifester pour obtenir un salaire décent. Car si cette évolution est une étape importante, le chemin est encore long dans le processus d'amélioration des...

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Mattel droits des ouvriers violences sexuelles chine actionaid

Mattel, le créateur de la poupée Barbie, accusé de violences sexistes et sexuelles en Chine

Certains jouets pourraient bien être rayés des longues listes envoyées au Père Noël. Deux ONG, Action Aid Peuples Solidaires et China Labor Watch, dénoncent dans un nouveau rapport les conditions de travail du géant du jouet Mattel, créateur de la poupée Barbie, dans ses usines chinoises. Pour la...

Edouard philippe re forme des retraites

Édouard Philippe promet un système de retraite "solidaire" et "responsable" : cinq points à retenir de ses annonces

Un âge d'équilibre à 64 ans, des femmes mieux protégées, une pension minimale de 1000 euros pour une carrière au SMIC... En pleine crise sociale, Édouard Philippe a défendu un système de retraite universel "solidaire", "durable" et "responsable". Sans vouloir entrer dans un "rapport de force", le...

Emma collegue du futur fellowes

Dos courbé, yeux rouges, chevilles et poignets gonflés, teint blafard, voilà à quoi pourrait ressembler le salarié de demain

Pour alerter sur nos habitudes de travail au bureau, des chercheurs ont conçu un mannequin censé représenter le salarié en 2040 si rien ne change. Le résultat fait froid dans le dos : varices, eczéma, dos courbé, teint pâle, yeux rouges, absence de cils… De quoi nous pousser à bouger !

Affiche sorry we missed you

Ubérisation du travail : Ken Loach filme la descente en enfer d’un chauffeur-livreur

L’ubérisation du travail est plus que jamais au cœur de l’actualité, allant même jusqu’à intéresser le cinéma et l’un de ses plus prolifiques réalisateurs. Le dernier film de Ken Loach, "Sorry we missed you", sorti le 23 octobre, vient relancer le débat sur les conditions de travail de ces milliers...