Publié le 20 septembre 2018

SOCIAL

Pourquoi le "revenu universel" d'Emmanuel Macron n’en est pas vraiment un ?

Apparu dans le débat public lors de la dernière campagne présidentielle, le revenu de base refait parler de lui. Thème cher à Benoît Hamon, c’est pourtant Emmanuel Macron qui l’a repris à son compte en annonçant la création en 2020 d’un revenu universel d’activité, dans le cadre de son plan de pauvreté. Pourtant, les deux hommes ne parlent pas tout à fait de la même chos

Le "revenu universel d’activité" proposé par Macron sera conditionné à un contrat d'engagement qui prévoit une radiation en cas de refus de deux offres d'emploi raisonnables.
@Nepsie

Usurpation, hold-up, détournement, malhonnêteté politique, entourloupe… À en croire ces réactions, l’annonce du Président de la République ne soulève pas l'enthousiasme. Dans le cadre de son plan de lutte contre la pauvreté, présenté le 13 septembre, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’un revenu universel d’activité en 2020.

Eric Ciotti, député LR, s’est tout de suite insurgé : "Quelle démagogie irresponsable ! Le revenu universel revient à payer tout le monde à ne rien faire. Hamon en rêvait, Macron l’a fait !"

 

Quelle démagogie irresponsable! Le revenu universel d'activité du #planpauvreté revient à payer tout le monde à ne rien faire. #Hamon en rêvait, #Macron l'a fait! Ceux qui à droite l’ont soutenu et le soutiennent font face à un petit problème de cohérence... #naufrageenmarche

— Eric Ciotti (@ECiotti) 13 septembre 2018

 

Mais que le député des Alpes-Maritimes se rassure : le revenu universel ce n’est pas pour tout de suite. Emmanuel Macron a d’ailleurs lui-même mis les points sur les "i" sans tarder. "Je n'ai jamais cru au revenu universel sans condition d'activité qui croit pouvoir donner quelques centaines d'euros pour solde de tout compte. Cela revient à se satisfaire de reléguer à vie des gens dans la pauvreté," a-t-il précisé.

Personne n'est dupe

Le revenu universel d’activité proposé par le Président devrait fusionner "le plus grand nombre de prestations sociales (RSA, APL, prime d’activité)" et ressemble davantage à l’Allocation sociale unique promise pendant sa campagne. Car, contrairement à un "vrai" revenu universel, le "revenu universel d’activité" sera conditionné. Les bénéficiaires le toucheront en dessous d’un certain seuil de ressources et ils auront l’obligation de s’inscrire dans un parcours d’insertion. En cas de refus de deux offres d’emplois considérées comme "raisonnables", ils seront radiés.

"Je crois que personne n’est dupe", réagit Jean-Eric Hyafil, docteur en économie et spécialiste du revenu de base. "Un revenu universel par définition doit être versé à tous, sans conditions ni de ressources, ni d’activités, et de façon individuelle, même si ce dernier point est plus compliqué à réaliser à moins de lancer une grande réforme fiscale. Ce que propose Macron est un hold-up sur le nom. Son dispositif va surtout renforcer les contrôles et est donc contraire à l’idée même de revenu de base. Ça ne permettra pas de sortir de l’assistance." 

Régression sociale

Même réaction du côté du Mouvement français pour le revenu de base (MFRB). "Sortir de la pauvreté ne devrait pas faire l’objet de conditions. Valoriser réellement l’apport de chaque citoyen à la société, c’est surtout reconnaître sa contribution à la production de valeurs, qu’elles soient immatérielles ou matérielles. L’instauration d’un filet de sécurité, pour permettre une réelle dignité de chacun, ne doit pas faire l’objet de contreparties", explique Nicole Teke, coordinatrice des relations publiques.

L’association s’inquiète par ailleurs d’une régression sociale car jusqu’à présent, ni le RSA, ni le RMI avant lui n’ont été autant conditionnés, car ils constituaient le dernier filet de sécurité sur lequel pouvaient compter les personnes les plus précaires. "En utilisant le terme de 'revenu universel', Emmanuel Macron dessert la cause et crée une confusion dans les esprits. Avec sa proposition, nous sommes vraiment loin d’un revenu de base tel que nous le défendons" ajoute Julie Rozé, elle aussi membre du MFRB.

Une étude de France Stratégie remise au gouvernement en juin dernier, et consultée par Le Monde, montre que la fusion de plusieurs prestations sociales pourrait faire plus de perdants que de gagnants et entraîner une baisse de ressources pour 3,55 millions de ménages. Le taux de pauvreté, quant à lui, diminuerait de 0,1 à 0,4 point en fonction du scénario retenu.  

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Nouveau revers pour Uber : ses chauffeurs ne sont pas des travailleurs indépendants selon la justice britannique

La justice britannique a rejeté le recours du géant américain Uber. Cette décision de la Cour suprême confère aux chauffeurs un statut intermédiaire entre l’indépendance et le salariat, avec certains avantages sociaux comme un salaire minimum ou des congés payés. Pour éviter que cette décision ne...

Elizabeth Borne Teletravail MartinBureau AFP

Covid-19 : Le gouvernement met en garde sur le relâchement des entreprises en matière de télétravail

La France peut échapper au confinement même si la situation épidémique est tendue. Selon le gouvernement, une des conditions pour éviter de nouvelles restrictions sanitaires est un recours accru au télétravail. Or selon la ministre du Travail, il y a un relâchement de cette pratique, en particulier...

Teletravail droit a la deconnexion Jun

Avec le télétravail obligatoire, le droit à la déconnexion se fait plus important que jamais

Depuis mars dernier, le télétravail plusieurs jours par semaine est devenu la norme pour des millions de salariés. Si cela a permis de développer une pratique qui peinait jusque-là à percer en France, elle a aussi rendu floue la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Alors que Jean...

Afp ouighours

Le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada bannissent les importations liées au travail forcé des Ouïghours

Alors que les soldes débutent en France, le rôle des géants du textile dans l'exploitation des Ouïghours en Chine est de plus en plus questionné. Si l'Europe reste pour l'instant en retrait, trois pays, le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada ont annoncé bloquer l'importation de coton et de...