Publié le 07 octobre 2018

SOCIAL

[Le chiffre] D’ici 2022, 54 % des salariés devront se former pour faire face à l’automatisation

Analyste de données, spécialiste de la blockchain, manager de l’innovation... Pour s’adapter à ces nouveaux métiers, 54 % des salariés dans le monde vont devoir réévaluer leurs compétences et suivre une formation. La France est l'un des pays où le besoin est le plus criant avec 105 jours de formations nécessaires par salarié.

En 2022, 42 % des heures travaillées pourront être effectuées par des machines, contre 29 % en 2018.
iStock

Le défi de la révolution numérique est la formation, rappelle une étude du World Economic Forum (Forum économique mondial), publiée mi-septembre (1). Selon ce document, 54 % des salariés dans le monde vont devoir réévaluer leurs compétences et se mettre à niveau pour faire face à l’automatisation du travail et au développement de l’intelligence artificielle.

Parmi eux, un sur cinq devra suivre une formation de plus de six mois, et un sur dix de plus d’un an. La France écope du bonnet d’âne. C’est le pays où ce besoin apparaît comme le plus criant, avec 105 jours de formation nécessaires par salarié. Pour arriver à cette conclusion, des dirigeants du monde entier, représentant 15 millions de salariés, ont été interrogés.

Les métiers manuels sur la sellette

Le problème, c’est que la majorité des entreprises sondées disent vouloir avant tout proposer ces formations à leurs employés de 'premiers plans'. "En d'autres termes, ceux qui auront le plus besoin de formation et de requalification sont les moins susceptibles d'en recevoir", résument les auteurs du rapport. Or si ces mutations sont mal gérées, "elles posent le risque d'accroître les écarts de compétence et d'augmenter les inégalités" préviennent-ils.

La moitié des entreprises considèrent ainsi que l’automatisation va entraîner une réduction du nombre d'employés en temps-plein d'ici 2022. À cet horizon, 42 % des heures travaillées pourront être effectuées par des machines, contre 29 % en 2018. Toutefois, le rapport estime qu’au total, 75 millions d’emplois seront supprimés, mais que dans le même temps 133 millions seront créés.

Les métiers manuels seront particulièrement sur la sellette de même que les postes de management intermédiaire, de gestion financière ou de contrôle qualité. A contrario, les profils ayant de fortes capacités d’analyse, sachant résoudre des problèmes complexes et faisant preuve d’innovation et de leadership seront particulièrement demandés. Les compétences les plus recherchées en 2022 seront ainsi l’intelligence émotionnelle, le pouvoir créatif, le sens de l’initiative ou encore la pensée critique…

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir l'étude ici.


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Mon analyste financier est un robot

Commerzbank veut déployer une intelligence artificielle pour remplacer ses analystes financiers. Elle pourrait efficacement et à moindre coût rédiger des notes d’analyse sur les résultats trimestriels financiers d’entreprises. Pour cela, la banque allemande a choisi d’adapter un logiciel...

[LE CHIFFRE] D’ici 2030, 375 millions de travailleurs vont devoir changer de métier à cause de l’automatisation

La nouvelle étude de McKinsey sur les conséquences de l’automatisation sur l’emploi estime que 375 millions de travailleurs devront changer de métier en 2030. Une transformation d’une ampleur jamais vue depuis celle  qui a touché l’agriculture. Malgré tout, il y aura assez de travail pour...

[LE CHIFFRE] 85 % des emplois de 2030 n’existent pas encore

C’est le chiffre étonnant d'une étude de Dell et du think tank "l'Institut du Futur". Selon ses auteurs, 85 % des emplois en 2030 n’existent pas aujourd’hui. En cause, le développement de la numérisation, de la robotisation et de l’intelligence artificielle. Pour le travailleur du futur,...

43,1 % des emplois en France pourraient être automatisés

Selon une étude de McKinsey, entre 40 et 55 % des emplois pourraient être automatisés dans les 46 premières économies mondiales. La France, peu industrialisée, est plutôt en bas de l’échelle avec 43,1 %. Là où le Japon est en première position avec 55,7 %. 

La robotisation risque d’accroître l’esclavage en Asie du Sud-Est

C’est une autre conséquence de l’automatisation. En Asie du Sud-Est, où les emplois peu qualifiés sont la norme dans les secteurs textile, manufacturier ou électronique, des millions de postes vont être remplacés par des robots d’ici 20 ans. Cela va accroître la concurrence entre des...

Quelle métamorphose du monde du travail à l’ère du numérique ?

Deux tiers des enfants qui entrent en primaire aujourd’hui exerceront un métier qui n’existe pas encore. Si la révolution numérique va créer de nouveaux emplois, elle va aussi être source de déstabilisation dans un monde du travail qui voit émerger deux tendances, boostées par les...

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Grande demission istock

La Grande démission aux États-Unis, symbole d'un nouveau rapport au travail

Plus de 4,5 millions d'Américains ont quitté leur travail au mois de novembre, un record. Ce phénomène, baptisé The Great Resignation, qui s'exerce depuis la pandémie, est devenu viral sur les réseaux sociaux. Il exprime à la fois le ras-le-bol et la quête de sens de millions de travailleurs. Si en...

Teletravail pixabay

Télétravail obligatoire : les entreprises récalcitrantes seront sanctionnées

Le gouvernement serre la vis pour faire respecter les trois jours de télétravail minimum obligatoire. En plus d'une mise à jour du protocole sanitaire, la ministre du Travail Elisabeth Borne souhaite proposer un amendement au projet de loi sur le passe vaccinal. Une amende de 2000 euros par employé...

Teletravail pixabay 01

Face à Omicron, le retour au télétravail obligatoire

Trois jours de télétravail obligatoire minimum. C'est la mesure phare du Premier ministre Jean Castex pour freiner la propagation du variant Omicron. Une décision, applicable pendant trois semaines à partir du 3 janvier, qui pourrait se heurter à la réticence des entreprises puisque non inscrite...

Pass sanitaire stopcovid Riccardo Milani Hans Lucas Hans Lucas via AFP 01

Covid-19 : Le gouvernement planche sur l’obligation du pass sanitaire en entreprise

Le gouvernement veut serrer la vis sur la pandémie de Covid-19. Alors que la rapide propagation du variant Omicron met sous tension les hôpitaux, la ministre du Travail Élisabeth Borne a consulté les partenaires sociaux et le patronat sur la possibilité d'imposer un pass sanitaire en entreprise. Une...