Publié le 28 mars 2013

SOCIAL

La sécurité des ouvriers du textile menacée au Bangladesh et au Pakistan

Depuis plusieurs mois, les incendies meurtriers se multiplient dans les usines de fabrication de vêtements au Bangladesh et au Pakistan qui alimentent les marques occidentales. Des ONG comme la coalition Clean Clothes Campaign, le gouvernement bangladais et des entreprises travaillent à améliorer les conditions de travail et de sécurité.

Tazreen
L'incendie de l'usine de Tazreen
DR

Le 24 novembre 2012, plus de 120 ouvriers périssaient dans les flammes de l'incendie de l'usine de Tazreen Fashions Limited à Dacca, au Bangladesh. Quelque temps auparavant, le 11 septembre, ce sont 300 personnes qui étaient tuées dans les mêmes conditions dans l'usine Ali Entreprise, à Karachi au Pakistan. Des incendies particulièrement meurtriers mais loin d'être des cas isolés. Depuis 2005, plus de 700 ouvriers et ouvrières ont été tués dans des incendies, des explosions ou des effondrements d'usines textiles dans la région. Des milliers de personnes demeurent gravement et irrémédiablement blessés. Rien qu'entre novembre et la fin janvier 2013, où un nouvel incendie a tué 6 jeunes ouvrières au Bangladesh, 28 incendies ont été rapportés aux collectifs d'ONG SOMO et Clean Clothes Campaign : 591 travailleurs ont été blessés et 8 ont perdus la vie (1). Ces conditions, associés à des niveaux de salaires extrêmement faibles (0,32 US$/heure au Bangladesh), inférieurs au salaire vital, ont d'ailleurs multiplié les protestations des travailleurs du textile.

Des vêtements destinés au marché européen

Le 21 mars dernier, à Paris, les ONG Peuples Solidaires et le Collectif éthique sur l'étiquette ont donc organisé un défilé de mode à leur façon, pour interpeller les multinationales du secteur, comme H&M, Gémo ou Zara, et leur demander de prendre des mesures concrètes pour que ce type de catastrophes ne se reproduise plus. Car les marques occidentales ont bien une responsabilité à assumer concernant les conditions de travail et de sécurité qui règnent dans ces usines. Au Bangladesh par exemple, les quelque 5 000 usines textiles employant environ 3,5 millions d'ouvriers travaillent en grande majorité pour l'Europe (59%) et les Etats-Unis (26%). Le Bangladesh est le deuxième exportateur mondial de prêt-à-porter après la Chine : l'industrie de l'habillement y compte pour 17% du PIB et 80% des exportations du pays.

Le 17 janvier 2013, le Parlement européen a d'ailleurs adopté une résolution dans laquelle il propose d'une part que la Commission, -qui travaille déjà à un projet de promotion des normes du travail dans le secteur du prêt-à-porter « promotion of labour standards in the RMG sector », mette aussi au point un système d'étiquetage volontaire permettant de certifier que le produit est fabriqué dans le respect des normes fondamentales du travail de l'OIT. D'autre part, il invite les marques et revendeurs à réexaminer leur chaîne d'approvisionnement et à coopérer avec leurs fournisseurs pour améliorer les conditions de travail ; le gouvernement bangladais à mettre en place un système efficace et indépendant d'inspection du travail et des bâtiments ; et l'ensemble des fabricants à respecter la législation sur la santé et la sécurité des travailleurs.

Car s'il existe d'ores et déjà des chartes, codes de conduites et audit sociaux entre donneurs d'ordres et fournisseurs, « il y a souvent de grosses disparités entre l'affichage et la réalité du terrain, ce qui nous amène à fortement questionner l'efficacité de ce type de démarche », note Katia Roux, de Peuples Solidaires. Il faut par exemple savoir que l'usine pakistanaise Ali Enterprise avait reçu le certificat SA 8000 le 20 août 2012, soit seulement trois semaines avant l'incendie. La société Kik, une grosse enseigne de discount allemand, qui représentait l'essentiel de la clientèle de cette usine, avait bien un code de conduite basé sur les conventions sociales de l'OIT et les normes des Nations Unies et 3 audits avaient été réalisés par une société-tiers entre 2007 et 2012. Cependant, selon le rapport des ONG, sur les 4 portes de sorties de l'usine, 3 étaient verrouillées tandis que les fenêtres des étages et les escaliers étaient bloqués. Il n'y avait ni alarme incendie ni extincteurs. Quant à l'incendie de Tazreen à Dacca, les témoignages recueillis font état d'un management inconscient de la direction de l'usine qui aurait demandé aux travailleurs de poursuivre leur tâche après le déclenchement de l'alarme incendie ainsi que d'un verrouillage des issues de secours des étages supérieurs (le bâtiment comptait 9 étages).

Les initiatives en cours

Face à la multiplication de ces drames, des accords d'indemnisations des familles ont été trouvés avec certaines marques et le gouvernement bangladais mais beaucoup d'autres restent à régler comme celui de Tazreen. Surtout, pour éviter de nouvelles catastrophes, le 15 Janvier 2013, le gouvernement bangladais ainsi que les représentants des employeurs et des syndicats ont signé une déclaration tripartite les engageant à mettre en place rapidement un plan national sur la sécurité contre les incendies et fait appel à l'OIT pour obtenir le soutien technique et aux agences d'aide au développement, aux marques, clients, organismes donateurs et ONG pour obtenir de l'aide pour sa mise en œuvre.

De leur côté, des syndicats et ONG (IndustriALL global Union International, Labor Rights Forum, Consortium des droits des travailleurs, Clean Clothes Campaign, réseau de solidarité Maquila) ont conclu avec des syndicats et groupes de défenses des droits du travail du Bangladesh un accord sur la sécurité dans les usines. Le programme prévoit 53 actions concrètes pour mettre en œuvre des inspections indépendantes dans les usines, pour obliger les fournisseurs à réaliser les réparations et rénovations nécessaires, à former les travailleurs, cadres et directions aux normes de sécurité et leurs droits, à créer des comités d'entreprises sur la sécurité et la santé au travail et à respecter la liberté d'association et le droit à la négociation collective. Aujourd'hui celui-ci est signé par 2 groupes seulement : PVH (Calvin Klein et Tommy Hilfiger) et Tchibo (chaîne allemande) alors qu'il en faudra au moins 4 pour atteindre la taille nécessaire à sa mise en œuvre. 

(1) Source : Rapport Fatal Fashion de SOMO et la Clean Clothes Campaign paru en mars 2013

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Livreur paris coironavirus Edouard Richard HansLucas HansLucas via AFP

Coronavirus : les travailleurs ubérisés exposés à tous les risques

Depuis trois semaines, la France entière est confinée. Outre les soignants, agriculteurs, éboueurs, policiers, caissières, qui sont vitaux au bon fonctionnement de la société, il y a d'autres travailleurs qui continuent de risquer leurs vies pour des activités qui sont très loin d'être essentielles....

Livreurs coronavirus ArieBotbol HansLucas AFP

[Édito] Crise sociale : la politique de l’autruche n’est pas une option... et pourtant !

Dans l’état de sidération où est plongée la France pour cause de confinement, tout semble gelé dans un jour sans fin pour ceux qui ne sont ni malades, ni soignants. Et pourtant la crise sociale, conséquence inévitable de la crise sanitaire et économique, couve et elle sera terrible pour tous ceux,...

Changement revenu de base bon moment pixabay

Coronavirus : et si c’était le bon moment pour lancer un revenu de base et construire une société plus résiliente

Le débat est relancé en France, au Royaume-Uni, en Espagne, en Allemagne et même aux États-Unis. Alors que la crise du coronavirus a entraîné le confinement d’un tiers de l’humanité, un revenu de base versé à tous sans conditions se révèle être une solution idéale. Mais sa mise en place doit être...

Macron Samu LudovicMarin AFP Pool

Coronavirus : le maigre salaire de ceux qui se battent pour nous

Infirmières, conducteurs de bus, policiers, caissières…. Tous ces salariés touchent généralement moins que le salaire moyen en France. Pourtant, ce sont eux qui aujourd’hui se rendent au travail malgré le confinement pour assurer la continuité des activités vitales du pays. La crise du coronavirus...