Publié le 02 juillet 2019

SOCIAL

La France ne protège pas assez les travailleurs exposés à la silice, un minéral classé cancérogène

C'est l'une des pathologies professionnelles les plus graves, et que l'on pense réserver aux mineurs. Mais selon un nouveau rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), 365 000 travailleurs en France sont quotidiennement exposés à la silice cristalline, un minéral classé cancérogène par l'OMS mais pas reconnu comme tel dans le droit français. 

Le secteur le plus exposé est celui de la construction avec 12,3 % des travailleurs en risque.
@CC0

Près de 365 000 travailleurs en France seraient en contact avec de la silice cristalline, présente en particulier dans le quartz, mais aussi le sable, le granit, le béton, le mortier ou les briques. Pour 23 000 à 30 000 d’entre eux, le niveau d’exposition dépasserait la valeur limite de 0,1 mg par m³. C’est ce qui ressort d’une enquête publiée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) le 22 mai dernier (1). Or, en 1997, la silice cristalline avait été classée comme "substance cancérogène avérée pour l’homme" par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

Le secteur le plus exposé est celui de la construction avec 12,3 % des travailleurs en risque. Les entreprises fabriquant des produits minéraux non métalliques (ciment, verre, briques…), la métallurgie et les industries extractives sont également concernées, mais la silice présente dans "une grande variété de produits de consommation courante" peut "être à l’origine d’une exposition de la population générale", prévient l’Anses.   

Un seuil pas assez protecteur

Quel est le risque ? Selon l’Agence, l’exposition professionnelle à la silice est associée, "de manière certaine", à plusieurs atteintes pulmonaires, en particulier la silicose. Le lien avec le développement du cancer broncho-pulmonaire est également "confirmé", tout comme le risque accru de contracter une maladie auto-immune (comme le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde) ou des pathologies respiratoires non malignes telles que la tuberculose. Les maladies professionnelles en lien avec une exposition à la silice concernent environ 200 à 300 cas par an.

L’Anses recommande à la France d’appliquer la directive européenne de 2004 qui reconnaît le caractère cancérogène de la silice, alors que dans le Code du travail, la silice cristalline est actuellement reconnue comme agent chimique dangereux, mais pas comme cancérogène. Elle propose aussi de revoir les valeurs limites en vigueur pour les travailleurs, le seuil de 0,1 mg par m³ n’étant "pas suffisamment protect[eur]" et de réviser les tableaux des maladies professionnelles existants.

Outre le risque professionnel, l'Agence souligne l'importance de sensibiliser le grand public qui peut être exposé en bricolant. "Le fait de percer un mur, couper du carrelage ou de poncer du mortier peut aussi conduire à des niveaux d'exposition importants" s'inquiète-t-elle. Il est conseillé de porter un masque et de travailler en milieu aéré.

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir le rapport de l'Anses.


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Emma collegue du futur fellowes

Dos courbé, yeux rouges, chevilles et poignets gonflés, teint blafard, voilà à quoi pourrait ressembler le salarié de demain

Pour alerter sur nos habitudes de travail au bureau, des chercheurs ont conçu un mannequin censé représenter le salarié en 2040 si rien ne change. Le résultat fait froid dans le dos : varices, eczéma, dos courbé, teint pâle, yeux rouges, absence de cils… De quoi nous pousser à bouger !

Affiche sorry we missed you

Ubérisation du travail : Ken Loach filme la descente en enfer d’un chauffeur-livreur

L’ubérisation du travail est plus que jamais au cœur de l’actualité, allant même jusqu’à intéresser le cinéma et l’un de ses plus prolifiques réalisateurs. Le dernier film de Ken Loach, "Sorry we missed you", sorti le 23 octobre, vient relancer le débat sur les conditions de travail de ces milliers...

Brexit Londres CCO

[Brexit] Avec ou sans accord, le Brexit risque de peser durement sur les plus pauvres

Le revenu par tête des britanniques devrait chuter après le Brexit, prévient le think tank universitaire "The UK in a changing Europe". Alors que la pauvreté concerne un cinquième de la population, dont quatre millions de travailleurs, le Brexit devrait être ressenti encore plus durement par ces...

Christine renon manifestation enseignants mal etre education nationale Thomas SAMSON AFP

Directeurs d’école, policiers, médecins, pompiers... Un mal-être au travail hors des radars

Après les personnels hospitaliers et les policiers, ce sont les enseignants qui sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et dénoncer leurs conditions de travail. Les pompiers préparent eux aussi une action pour le 15 octobre. Le mal-être au travail se généralise dans la fonction...