Publié le 01 février 2008

SOCIAL

La face cachée des Technologies de l'Information et de la Communication

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) bénéficient généralement d'une image positive, due à leur impact écologique modéré. Mais c'est ignorer l'impact social du secteur, comparable à celui de l'industrie du textile. C'est le propos de makeITfair, un réseau d'ONG européennes, qui met en lumière les pratiques contestables de sous-traitance de l'industrie électronique. Les grands noms de l'électronique mondiale commencent à peine à s'interroger sur leur part de responsabilité.

114359_GF.jpg

Les jeunes consommateurs allemands, néerlandais et scandinaves sont prêts à payer 10% plus cher leurs produits électroniques s'ils sont assurés d'avoir été produits sous des conditions socialement et environnementalement responsables. L'étude publiée par makeITfair montre par ailleurs que ces mêmes consommateurs déplorent une politique d'information insuffisante de la part de l'industrie électronique. Ils sont 85% à exiger des entreprises d'agir pour apporter des solutions viables. Eux même sont prêts à agir, 45% déclarant vouloir participer à des actions civiles pour l'introduction de critères sociaux et environnementaux. Par son étude, makeITfair entend ainsi intensifier la pression civile sur une industrie à la chaîne de production hautement problématique mais qui continue d'ignorer toute forme de responsabilité.

Dialogue avec les jeunes consommateurs

L'organisation makeITfair se présente comme un réseau d'ONG européennes coordonné par le Centre néerlandais de recherche sur les multinationales (Somo). En Europe, les partenaires sont Irene aux Pays-Bas, SwedWatch, Fair Trade Center, Church of Sweden Aid en Suède, FinnWatch et la Finnish Association for Nature de Finlande, Germanwatch et l'Association de défense des consommateurs en Allemagne. Pour ses sources d'informations, le réseau s'appuie sur des organisations en Chine, en République démocratique du Congo, ainsi qu'en Inde.
Irene Schipper, chef analyste chez Somo et auteur d'une étude sur la responsabilité sociale des entreprises de l'électronique, décrit l'objectif assigné à makeITfair comme étant un projet de sensibilisation des consommateurs, et tout particulièrement des jeunes consommateurs, sur les conditions dans lesquelles les objets électroniques sont fabriqués. A terme, il s'agit de les motiver pour qu'ils entrent dans un dialogue, pour reprendre le terme de l'analyste, avec les grands noms de l'électronique. Ce projet est limité à trois années.

" L'industrie électronique bénéficie d'une image propre. Mais l'organisation de sa chaîne de production est similaire à celle de l'industrie du textile, voire bien plus complexe, car un nombre plus grand de fournisseurs entre en jeu, " relève Irene Schipper. " Or, les problématiques présentent des similitudes : pollution, destruction de l'environnement, travail des enfants, absence de règles de sécurité et d'hygiène, etc..." Ainsi, SwedWatch, membre de makeITfair, publie une étude montrant que la moitié de la production mondiale de cobalt, utilisé entre autre pour les téléphones et ordinateurs portables ainsi que les caméras digitales, provient des mines du Zambie et de la République démocratique du Congo. Un mineur sur trois est un enfant ou adolescent, d'après l'organisation suédoise. Les mineurs ne disposent d'aucun habit de protection et sont contraints de respirer la poussière minérale responsable d'infection aux poumons et aux yeux. Chez Somo, on montre qu'en Afrique du sud, 17 000 villageois se voient expulsés de leurs terres ancestrales pour rendre l'extraction du platine et du palladium possible, deux composants utilisés pour la fabrication de disques durs et d'écrans plats. Aucune compensation n'est prévue.

Sous-traitance en chaîne

" L'industrie électronique est un grand consommateur de métaux qui sont généralement extraits dans des pays à risque comme la Chine, la Russie ou encore certains Etats africains, " observe Cornelia Heydenreich, de Germanwatch. " Mais jusqu'à présent, c'est à peine si l'industrie électronique s'interroge sur sa part de responsabilité dans la présence de matières premières dans ses produits. Or, nous exigeons que les entreprises de l'électronique suivent les conditions d'extraction de ces matières premières et participent à l'introduction et à l'observation de conditions de travail équitables. "
Chez GoodElectronics, autre réseau d'ONG, on explique que " la complexification de la chaîne de production, le pourcentage élevé de sous-traitance, les développements rapides des produits, les structures faiblement syndicalisées et l'absence d'amélioration de la législation nationale et internationale " contribuent à l'ignorance de critères sociaux et environnementaux dans la production des produits électroniques. " L'industrie a pris l'initiative de développer un code propre au secteur, et de mettre sur pied un groupe de travail destiné à sa mise en œuvre, " relève encore l'ONG, " toutefois, les parties prenantes mettent en avant les faiblesses de ce code (...) Il faut notamment souligner le manque d'implication structurelle des travailleurs, le manque de mise en oeuvre à l'échelon local ainsi que le manque de vérifications indépendantes. "

Intérêt des investisseurs

GoodElectronics prévoit en parallèle une campagne axée sur l'ISR - un grand nombre de géants de l'électronique étant présents dans des indices éthiques et des fonds d'investissement socialement responsable. Au sein de l'agence de notation munichoise oekom research, le dialogue avec les parties prenantes et les investisseurs éthiques a déjà lieu : " Les investisseurs éthiques se penchent de manière particulièrement critique sur les activités économiques des grandes entreprises de l'industrie électronique ainsi que celle liée à l'extraction de matières premières. En tant qu'agence de notation, nous observons cette branche et informons régulièrement nos clients sur les derniers développements des entreprises ", ajoute l'agence. Parmi les critères évalués : les conditions de travail, les standards sociaux et environnementaux dans l'extraction de Coltan, la réduction, voire l'absence de produits dangereux pour la santé dans la production des appareils ainsi que le recyclage des vieux appareils.

Claire Stam à Francfort (Allemagne)
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Walker evans houses and bilboards in Atlanta 1936

[À l’origine] Du new deal culturel de la grande dépression à celui du Covid-19

Annoncé par Emmanuel Macron, un grand programme de commandes publiques devrait permettre à la culture, très touchée par le confinement et les mesures de prévention liées au Covid-19, de reprendre un second souffle. Une telle initiative avait été prise lors de la Grande dépression, après la crise de...

Charge mentale coronavirus confinement istock

Confinement : quand les femmes présentent la facture du travail domestique

Pas d'école, pas de nourrice, pas de cantine... Face au confinement, les parents, et essentiellement les mères de famille, ont dû remplacer au pied lever les enseignants et cantiniers. Or ce travail, habituellement pris en charge par l'État et les collectivités à un coût. Plusieurs mères de famille...

Nicole Notat EricPiermont AFP

Nicole Notat tiendra la présidence du "Ségur de la santé" avec la fermeté qui la caractérise

Ce lundi 25 mai s’ouvre le "Ségur de la santé", un événement inédit voulu par l'Executif pour refonder le système de santé français en crise. Il est présidé par Nicole Notat, figure de la CFDT, qui a fondé l’agence de notation Vigeo. Elle devra concilier l'inconciliable en réformant en profondeur le...

Generalisation teletravail coronavirus

Le télétravail : nouvelle norme pour les entreprises ?

Avec le Covid-19, le télétravail s'est imposé durablement. En France, PSA souhaite désormais que ses salariés ne viennent au bureau qu'une fois par semaine. Aux États-Unis, Twitter autorise même ses employés à télétravailler à vie. Mais cet aménagement, qui exclut d'office les ouvriers, a montré par...