Publié le 25 mai 2017

SOCIAL

La charge mentale des femmes accroît le risque de burn out

Elle a créé le buzz ces derniers jours. La bande dessinée "Fallait demander" de la dessinatrice Emma dénonce la charge mentale qui pèse sur les femmes. Elle montre comment celles-ci planifient le travail domestique (course, ménage, enfants) et comment leur conjoint se reposent sur elles. Une charge lourde qui a un impact sur leur travail professionnel et peut mener au burn out, assure la psychosociologue Sandra Frey.


C’est une scène de la vie quotidienne que la dessinatrice Emma a croqué dans sa nouvelle bande dessinée "Fallait demander". La femme, mère de famille, s’occupe de préparer le repas, laver le linge, donner à manger aux enfants, laver la vaisselle… Des activités matérielles qu'elle a planifiées et organisées pendant sa journée de travail. C'est ce que la dessinatrice appelle la "charge mentale".

 

 Fallait demander extrait

Ce concept crée le buzz depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Les planches publiées par la dessinatrice sur sa page Facebook ont été partagées plus de 210 000 fois depuis leur publication. Un succès retentissant car révélateur d’un phénomène qui n’avait, jusque-là, pas été nommé. "Merci. À chaque fois que je disais à mon compagnon que j'étais la seule à faire le ménage, il me répondait "fallait me demander". Je comprends maintenant pourquoi cela m'agaçait tant", commente une lectrice. 

Le concept n'est pourtant pas nouveau. "La charge mentale désigne un processus selon lequel, pendant que les femmes travaillent, elles sont parallèlement en train de mener, en arrière-plan, d’autres activités mentales. Elles pensent par exemple à la liste des produits à acheter avant de faire les courses, au goûter à préparer avant d'amener son enfant à la piscine, à la lessive à lancer pour qu'il ait des vêtements de sport propres pour le lendemain", explique à Novethic Sandra Frey, psychosociologue, spécialiste des questions de genre. "C’est un processus qui est lourd à gérer et qui finit par user".

"Trop de multitâches tue le cerveau"

Cette charge mentale s’ajoute à la double journée de travail des mères. En moyenne, selon le dernier rapport de l’Insee, les femmes passent 1h34 quotidiennement à s’occuper des enfants, contre 43 minutes pour les hommes. Elles consacrent également, chaque jour, 3h13 aux tâches ménagères contre 1h12 pour les hommes. Une répartition inégale qui les freinent dans l’accès à l’emploi mais aussi dans leur carrière professionnelle. "C’est pernicieux parce que cela occupe l’esprit en permanence", explique la blogueuse au journal Le Monde, "Cela a un impact sur le sommeil. Au travail, on a plus de mal à se concentrer".

"Imaginez une femme en train de travailler, à minima 8 heures par jour, qui, en plus, est en train de planifier sa deuxième journée de travail. Il n’y a jamais de pause mentale et physique. Le risque, c’est le burnt out", affirme Sandra Frey. Mais "dans certains cas, selon l’articulation des temps, cette caractéristique d’être multi-tâche peut être positive", ajoute la psychosociologue. Un constat qu’a fait la DRH d’un grand groupe français d’Assurance : "Cette habitude de la charge mentale fait que les femmes sont plus aptes à gérer plusieurs projets à la fois dans le cadre professionnel". Mais dans la plupart des cas "trop de multi-tâches, tue le cerveau", résume Sandra Frey.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Travail semaine quatre jours krakenimages on Unsplash

France, Islande, Royaume-Uni : La semaine de quatre jours, une tendance qui perce partout dans le monde

Après l’Espagne, l’Islande ou la Nouvelle-Zélande, la très libérale Grande-Bretagne expérimente la semaine de quatre jours. En ce mois de juin, 3000 employés, issus de 60 entreprises britanniques vont travailler sur quatre jours, sans perte de salaire. Au Japon aussi, l’idée fait son chemin, tout...

Startup istock

L’affaire Claire Despagne, symbole des dérives des start-up, enflamme les réseaux sociaux

C'est un bad buzz de taille qu'a généré Claire Despagne. Dans une interview, la fondatrice de la marque D+ For Care a déploré que le temps de travail des stagiaires soit limité à 35 heures, fustigeant ceux qui refusent de "travailler 80 heures". Des déclarations, tournées à la dérision sur Twitter,...

Amazon

En France et aux États-Unis, un vent de révolte historique se lève chez Amazon

Alors que Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, s’est lancé dans une course au spatial, ses salariés veulent le faire revenir sur Terre ! En France, tous les entrepôts du géant du commerce en ligne sont bloqués par des mobilisations salariales. Outre-Atlantique, un mouvement historique a permis la...

Amandine Lebreton FNH Pacte du pouvoir de vivre 03

Amandine Lebreton, Pacte du pouvoir de vivre : "Le travailler plus pour gagner plus fait oublier les richesses des autres temps de vie"

À l’occasion de l’élection présidentielle, Novethic se penche sur ces débats oubliés, ceux qui n’occupent pas le terrain médiatique mais qui sont pourtant vitaux. Zoom aujourd'hui sur les temps de vie et la place du travail, avec une proposition originale du Pacte du pouvoir de vivre, dont Amandine...