Publié le 30 juillet 2019

SOCIAL

[J'agis pour la planète] J’opte pour le télétravail

Il y a quelques mois, Novethic a créé la polémique en relayant une étude du cabinet B&L Evolution (1) qui présentait différentes mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Cet été, nous revenons sur quelques-unes de ces propositions pour comprendre comment elles pourraient changer la donne et dans quelle mesure elles pourraient s’appliquer. Focus aujourd’hui sur le télétravail et son impact sur la planète.

Teletravail pixabay
Dans le secteur privé, 29 % des salariés ont pratiqué le télétravail de façon occasionnelle ou régulière en 2018.
@CC0

Parmi les propositions du cabinet de conseil B&L Evolution (2) pour limiter le réchauffement à 1,5°C, le télétravail figure en bonne place. La recommandation des experts : deux jours par semaine pour tous les salariés (dont le métier peut être exercé à distance) habitant à plus de 10 kilomètres de leur entreprise, et ce dès 2025. Une mesure loin d’être anodine quand on sait que sept Français sur dix prennent la voiture pour se rendre au travail.  

Ces déplacements représentent ainsi 57 % des émissions liées à la mobilité locale du lundi au vendredi. Selon l’Ademe, la généralisation du télétravail permettrait de diminuer d’environ 30 % ces impacts et de 58 % les émissions de particules fines. En extrapolant à l’échelle d’une entreprise de 1 000 salariés, télétravailler un jour par semaine permet d’éviter l’équivalent des émissions annuelles de gaz à effet de serre d’environ 37 français.  

Diviser par deux les trajets en voiture   

Chez Somfy, un groupe industriel de 8 000 salariés implanté en Haute-Savoie, 38 % des salariés télétravaillent deux jours par semaine. Cela a représenté près de 5 000 journées en 2018 et permis d’éviter 170 000 kilomètres parcourus en voiture. L’objectif à terme, selon B&L Evolution, est de diviser par deux les trajets en automobile, de doubler ceux effectués en transports en commun et multiplier par six la pratique du vélo.  

Dans le secteur privé, 29 % des salariés ont pratiqué le télétravail de façon occasionnelle ou régulière en 2018. "Pas assez, même s’il y a une tendance plutôt à la hausse", observe Jérémie Almosni, chef du service transport et mobilité de l’Ademe. "C’est plutôt la notion de qualité de vie au travail qui amène les entreprises à s’intéresser à la question, sauf pour celles soumises à l’obligation d’établir un plan de déplacement." 

Pas une solution miracle

"Le télétravail n’est pas une solution miracle, même si c'est déjà ça de pris. Il faut avoir une vision globale de la mobilité, proposer un panel de solutions afin que chaque individu puisse opter pour celle qui lui corresponde", estime pour sa part Patrice Tissandier, enseignant chercheur au laboratoire Théoriser et modéliser pour aménager (Théma). Selon ses calculs, le télétravail ne permettrait de réduire entre 3 et 5 % les émissions de gaz à effet de serre selon le scénario appliqué (taux plus ou moins élevé de télétravailleurs, télétravail à domicile ou dans d'autres lieux etc.).

Incitation au covoiturage, à l’utilisation du vélo ou mise en place de navettes, les options complémentaires sont nombreuses. Pour faciliter leur mise en place, le cabinet B&L propose la mise en place d’horaires fixes. "Un frein au développement du covoiturage est la peur de ne pas trouver de véhicules pour rentrer chez soi. Ce qui est induit par la trop grande flexibilité des horaires actuels. Réunions qui s’éternisent, bouclages de dossiers tardifs ne doivent plus être la norme. Tout comme pour les scolaires, le temps de travail doit être plus fixe, ce qui facilite l’organisation, la mise en place de navette et le covoiturage", expliquent les auteurs. 

Autre solution pour lutter contre le changement climatique : la semaine de travail de neuf heures. Selon une étude du think tank britannique Autonomy, cité par le Guardian, au rythme actuel des émissions carbone, il faudrait travailler seulement 9 heures par semaine pour rester sous le seuil critique de 2°C de réchauffement. 

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir l'infographie publiée par Novethic 

(2) Lire l'étude de B&L Evolution 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Les tensions répétées chez Google poussent des salariés à créer un syndicat

Depuis trois ans, les relations sociales chez Google ne sont pas au beau fixe. Régulièrement des polémiques éclatent entre directions et salariés au sujet de contrats ou de choix stratégiques. Alors que les premiers appellent à préserver l’image de l’entreprise dans les médias, une partie des...

Teletravail pixabay

Le gouvernement assouplit la règle du 100 % télétravail face à la dégradation de la santé mentale des salariés

Alors que la santé mentale des salariés n'a jamais été aussi mauvaise depuis le début de la crise, le gouvernement lâche du lest sur le télétravail. La ministre Elisabeth Borne, qui obligeait tous les salariés dont les tâches peuvent s'effectuer à distance à télétravailler à 100 %, a autorisé un...

Teletravail Jean Castex LE O PIERRE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le télétravail, un "héritage positif" du Covid-19 qui devrait perdurer après la crise

Les salariés n'ont jamais été aussi nombreux à télétravailler avec la crise sanitaire. Si le Covid-19 a donné un coup d'accélérateur, Jean Castex espère que cette pratique "survivra à la pandémie". Il a ainsi demandé aux organisations patronales et syndicales de négocier un accord sur le sujet....

Livreur velo iStock piksel

[Les raisons d’y croire] Des livreurs se regroupent pour créer des plateformes locales et indépendantes

Face à l’ubérisation de la livraison, les livreurs se prennent en main en créant leur propre plateforme. C’est le cas dans plusieurs villes : Nantes, Lille, Paris, Angers et maintenant Rennes. Des coopératives qui font figure de petits poucets face aux géants Uber ou Deliveroo mais qui permettent de...