Publié le 06 janvier 2021

SOCIAL

Le gouvernement assouplit la règle du 100 % télétravail face à la dégradation de la santé mentale des salariés

Alors que la santé mentale des salariés n'a jamais été aussi mauvaise depuis le début de la crise, le gouvernement lâche du lest sur le télétravail. La ministre Elisabeth Borne, qui obligeait tous les salariés dont les tâches peuvent s'effectuer à distance à télétravailler à 100 %, a autorisé un retour sur site un jour par semaine pour celles et ceux qui le souhaitent. Une manière de lutter contre l'isolement et l'explosion des risques psychosociaux liés. 

Teletravail pixabay
CC0
Depuis le début de la crise, le télétravail s'est généralisé en France, poussé par le gouvernement.

La santé psychologique des salariés "est au plus bas depuis le début de la crise sanitaire". C’est le constat dressé par le baromètre Opinionway pour le cabinet Empreinte Humaine. La moitié des salariés souffriraient même de "détresse psychologique" depuis le 30 octobre, date du reconfinement. Parmi eux, 31 % seraient au bord de la dépression. C’est 11 points de plus qu’au mois de mai dernier. Les femmes, les managers et les jeunes sont particulièrement touchés. 

"Les jeunes salariés sont en perte de repère, ils vivent plus fortement l’effet du confinement, de l’insécurité économique et de l’isolement social. Ils affichent un taux de détresse psychologique de 70 %", notent les auteurs du baromètre. Face à cette situation pour le moins préoccupante, le gouvernement a décidé d’assouplir les règles du télétravail dont la pratique participe à la dégradation de la santé mentale des salariés.

La moitié des télétravailleurs souffrent d'isolement

Le lundi 4 janvier, à l’issue d’une visioconférence entre la ministre du Travail, Élisabeth Borne, et les partenaires sociaux, il a été décidé d’autoriser les salariés en télétravail à revenir une fois par semaine en entreprise s’ils "en éprouvent le besoin". Cet assouplissement a minima du télétravail intégral se fera donc uniquement sur la base du volontariat et avec l’accord de l’employeur, a précisé le dirigeant de la CFTC Cyril Chabanier.

"Nos études montrent que plus de six salariés sur dix en télétravail à 100 % depuis novembre souhaitent revenir dans l'entreprise au moins une journée par semaine", avait expliqué Élisabeth Borne la veille, assurant que "plus de la moitié disent souffrir d'isolement". Fin novembre, le ministre de la Santé, Olivier Véran, évoquait même une "troisième vague de la santé mentale" liée au stress, à l’isolement social, à l’épuisement numérique…

Un outil de lutte contre la pandémie

C’est un changement de braquet pour le gouvernement qui va devoir mettre à jour le protocole sanitaire applicable aux entreprises. Depuis l’entrée en vigueur du deuxième confinement, ce dernier imposait le télétravail, cinq jours sur cinq, pour tous les salariés dont les activités peuvent être réalisées à distance. "Le télétravail n’est pas une option", prévenait alors la ministre brandissant la menace de sanctions pour les entreprises récalcitrantes. Avec cette nouvelle version, le gouvernement lâche du lest. Mais il tient toujours la bride car la situation épidémiologique, elle, est surveillée comme le lait sur le feu.

Ainsi, la date du 20 janvier, qu’Élisabeth Borne avait évoqué pour permettre aux entreprises de choisir elles-mêmes le nombre de jour minimum sur site, devrait être décalée en raison du contexte sanitaire dégradé. Le télétravail est devenu, en quelques mois, un outil majeur dans la lutte contre la propagation du Covid-19. Le gouvernement évoque même une un "effort citoyen". Mais entre les risques psychosociaux qu’elle génère et la lutte contre le Covid-19, il s’agit de trouver le bon équilibre. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Startup istock

L’affaire Claire Despagne, symbole des dérives des start-up, enflamme les réseaux sociaux

C'est un bad buzz de taille qu'a généré Claire Despagne. Dans une interview, la fondatrice de la marque D+ For Care a déploré que le temps de travail des stagiaires soit limité à 35 heures, fustigeant ceux qui refusent de "travailler 80 heures". Des déclarations, tournées à la dérision sur Twitter,...

Amazon

En France et aux États-Unis, un vent de révolte historique se lève chez Amazon

Alors que Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, s’est lancé dans une course au spatial, ses salariés veulent le faire revenir sur Terre ! En France, tous les entrepôts du géant du commerce en ligne sont bloqués par des mobilisations salariales. Outre-Atlantique, un mouvement historique a permis la...

Amandine Lebreton FNH Pacte du pouvoir de vivre 03

Amandine Lebreton, Pacte du pouvoir de vivre : "Le travailler plus pour gagner plus fait oublier les richesses des autres temps de vie"

À l’occasion de l’élection présidentielle, Novethic se penche sur ces débats oubliés, ceux qui n’occupent pas le terrain médiatique mais qui sont pourtant vitaux. Zoom aujourd'hui sur les temps de vie et la place du travail, avec une proposition originale du Pacte du pouvoir de vivre, dont Amandine...

Revolution travail iStock

"Détravail" et grande démission... Ces phénomènes qui touchent aussi la France

Après les États-Unis, la France enregistre un taux record de démissions. Si ce phénomène n'est pas aussi important que la Great Resignation américaine, il exprime une tendance de fond, un nouveau rapport au travail qui a émergé pendant la pandémie et qui s'amplifie aujourd'hui à l'ère de la...