Publié le 31 juillet 2015

SOCIAL

Espaces de discussion en entreprise : un vecteur de performance

Dans le cadre d’une politique de qualité de vie au travail, les espaces de discussions sont un moyen efficace de donner la parole à tous les salariés. Pourquoi ? Parce qu'ils contribuent à améliorer le quotidien des employés, mais également les résultats de l’entreprise. Zoom sur une pratique qui émerge timidement.

Photo d'illustration
istock

Développer le dialogue au sein des entreprises, c’est une des tendances fortes du moment en matière de qualité de vie au travail. C’est aussi le sujet que l’Anact (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) a choisi de mettre au cœur de sa douzième semaine pour la qualité de vie au travail, qui s’est déroulée en juin dernier.

Pour l'occasion, son directeur général, Hervé Lanouzière, a tenu à préciser : "Aujourd’hui, les salariés et les employeurs sont d’accord pour dire que les espaces de discussion manquent dans les entreprises. Le sujet intéresse à la fois les organisations syndicales et le Ministère du Travail, dans le cadre de la Loi sur le dialogue social."

Alors qu’il existe déjà dans les entreprises des moments de discussion formalisés (entretiens individuels annuels, réunions du Comité d’Entreprise), que pourraient apporter ces "espaces de discussion" ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord comprendre ce qu’on entend par là : "Les espaces de discussion sont des espaces collectifs, qui permettent une discussion centrée sur l’expérience de travail, ses enjeux, les règles de son métier, le sens de son activité, les ressources et les contraintes", précise l’Anact.

Source d’innovation sociale, ces espaces contribuent à libérer la parole sur le lieu de travail, de manière à améliorer l’expérience du travail et in fine la qualité du travail et la performance de l’entreprise.

 

Renforcer le dialogue, une demande forte des salariés

 

Selon une étude menée en mars 2015 par Harris Interactive pour l’Anact, les salariés plébiscitent très largement la mise en place de tels temps d’échange. En effet, 94 % des personnes interrogées souhaitent une mise en place d’espaces de dialogue dans leur entreprise. Et 75 % y voient une réponse à un vrai besoin des salariés.

Si seuls 23 % des sondés affirment que de tels espaces existent dans leur entreprise, ils sont 80 % à vouloir y participer. Sur quoi veulent-ils s’exprimer ? En grande majorité sur leurs problèmes professionnels du quotidien (93 %), l’amélioration de l’organisation du travail (92 %) et la répartition de la charge de travail (86 %).

Surtout, les salariés veulent du concret : 93 % souhaite que ces discussions débouchent sur des mesures effectives. "L’objectif de ces espaces d’échanges formalisés et réguliers est d’établir des constats partagés et de proposer des pistes d’amélioration" indique Florence Chambard, chargée de mission à l’Anact.

 

Trouver la bonne formule

 

Si les bienfaits des espaces de discussion semblent logiques (amélioration des conditions de travail, du climat social, de la motivation des salariés…), la question de leur organisation reste floue. Il n’existe pas d’espace de discussion idéal. Il peut prendre des formes différentes, impliquer des protagonistes divers, être animé par des personnes internes ou externes, et concerner des sujets variés.

"Les espaces de discussion restent encore à inventer", confirme Florence Chambard. Certaines entreprises ont déjà commencé à en dessiner leurs propres contours, à l’image du Groupe La Poste. Dans le cadre d’un accord social conclu en février 2015, l'entreprise a décidé de généraliser les espaces de discussion.

Cette décision fait suite à une série de tests concluants, comme l’explique Gérard Bellanger, directeur de la stratégie sociale et de la qualité de vie au travail (QVT) du groupe : "Sur quelques-uns de nos sites, nous avions expérimenté des espaces de discussion au niveau des équipes de proximité : des réunions courtes de 20 à 30 minutes avec le manager et son équipe. Nous en avons mesuré les effets : ceux qui ne s’exprimaient jamais ont pris la parole ; des mesures concrètes ont été adoptées, comme par exemple une nouvelle organisation dans le tri des boîtes postales ; les personnes se sont senties reconnues. Et les encadrants ont apprécié la démarche."

Autre exemple avec l’entreprise énergétique Viessmann, basée en Lorraine : deux réunions d’une heure et demie par an sur un thème donné par les ressources humaines, animées par un salarié extérieur au service choisi par les participants. Là encore, les réunions ont débouché sur des aménagements concrets : la baisse du nombre de visites annuelles demandées aux commerciaux, ou encore l’interdiction pour les techniciens de répondre aux appels entrants pendant leurs déplacements.

Céline Oziel
© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Au Royaume-Uni, Ikea s’engage à verser un salaire décent à ses employés

Alors que le gouvernement britannique a annoncé la hausse prochaine du salaire minimum pour les salariés de plus de 25 ans, Ikea a choisi d'aller plus loin : le fabricant de meubles suédois a en effet annoncé le week-end dernier qu’il allait relever de manière significative le salaire de 4...

Exposition chimique des salariés : Technicolor condamnée, Samsung s'excuse publiquement

La délocalisation de l’industrie électronique dans les pays asiatiques pose de nombreux problèmes environnementaux et sociaux. Deux affaires ont récemment remis en cause le droit des industriels à utiliser des produits hautement toxiques. Technicolor (ex-Thomson) a ainsi été condamnée par...

Le bore-out : l'épuisement par l'ennui au travail

Après le burn-out, voici le bore-out. Ce mot désigne la pathologie psychologique induite par l’ennui au travail. Car au même titre que la surcharge de travail, l’ennui est un risque psycho-social à prendre en compte au sein de l’entreprise. Ce phénomène, qui n’est pas nouveau, n'a parfois...

Le burn-out menace de plus en plus de cadres dirigeants

Le 22 janvier 2014, le cabinet d'évaluation et de prévention des risques professionnels Technologia a lancé un appel pour la reconnaissance du syndrome d'épuisement professionnel au tableau des maladies professionnelles. L'initiative, soutenue notamment par Force Ouvrière ou CFE-CGC, a...

Le présentéisme, nouvel indicateur de risque au travail

En France, l’engagement et la motivation au travail se traduisent souvent par une présence accrue dans les locaux de l’entreprise. Pourtant, contrairement aux idées reçues, des horaires à rallonge ne sont pas nécessairement un gage d’efficacité. Depuis peu, le concept de "présentéisme",...

Présentéisme : un phénomène discriminant pour les femmes

La tendance franco-française à prolonger ses heures de travail pose un problème en termes de mixité. Les femmes, encore largement responsables des tâches domestiques et familiales, ne peuvent pas jouer le jeu de la visibilité et du réseautage au même titre que les hommes.

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

ChatGPT chatbot intelligence artificielle florine morestin novethic

ChatGPT : derrière l'engouement, des travailleurs kenyans exploités

ChatGPT n’en finit plus de faire parler de lui. Si les prouesses de ce nouvel agent conversationnel utilisant l’intelligence artificielle concentrent l’essentiel de l’attention du public, les coulisses de sa conception sont moins reluisantes. Loin des bureaux californiens où est implantée OpenAI, la...

SNCF decembre 2022 greve STEPHANE DE SAKUTINAFP

La grève des contrôleurs de train illustre la nouvelle typologie des mouvements sociaux

Les contrôleurs de la SNCF se sont mobilisés sur une page Facebook, à la manière des Gilets jaunes. S’ils ont profité du cadre juridique du préavis de grève déposé par les organisations syndicales, leur mouvement a pourtant débordé les représentants du personnel. Ces collectifs qui se mobilisent sur...

Manifestation vie chere royaume uni NIKLAS HALLE N AFP

En 2022, le retour de l’inflation réveille des mouvements sociaux partout en Europe

Certains décident de refuser de payer leur facture énergétique, d’autres demandent des augmentations de salaires… Le retour de l’inflation en Europe en 2022, après des années de stabilité, pèse lourdement sur les plus vulnérables. Les citoyens européens sont descendus dans la rue depuis l’été pour...

Greve Royaume Uni soutient Royal Mail Londres 9dec2022 Daniel Leal AFP

Royaume-Uni : de nouveaux mouvements sociaux contre la vie chère

Le ton se durcit au Royaume-Uni. Plusieurs organisations syndicales ont appelé à la grève d’ici la fin du mois de décembre, à commencer par les cheminots depuis le 12. Ils seront rejoints par les postiers, les infirmières, les ambulanciers, ou encore les douaniers. Ils protestent contre la forte...