Publié le 14 octobre 2019

SOCIAL

Directeurs d’école, policiers, médecins, pompiers... Un mal-être au travail hors des radars

Après les personnels hospitaliers et les policiers, ce sont les enseignants qui sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et dénoncer leurs conditions de travail. Les pompiers préparent eux aussi une action pour le 15 octobre. Le mal-être au travail se généralise dans la fonction publique, hors de toute statistique officielle.

Christine renon manifestation enseignants mal etre education nationale Thomas SAMSON AFP
Plusieurs milliers d'enseignants ont tenu à faire grève jeudi 3 octobre pour dénoncer leurs conditions de travail et rendre hommage à la directrice d'école qui s'est donné la mort dans son école de Pantin.
Thomas Samson / AFP

Le suicide de Christine Renon, cette directrice d’école de Pantin à bout, a ému toute la France et mis des milliers d’enseignants dans la rue. Ils dénoncent des conditions de travail de plus en plus difficiles et dénuées de sens. Un mal-être au travail également palpable chez les soignants, les policiers – ils étaient 27 000 à manifester le 2 octobre dernier – ou encore les pompiers qui ont entamé une grève il y a six mois.

En ce seul mois de septembre, au moins deux autres enseignants se sont donnés la mort. Un autre a été violemment agressé par un étudiant et a été arrêté pendant cinq semaines. Dans la police, on compte 52 suicides depuis le début de l'année. Au total, en neuf mois, 287 personnes auraient trouvé la mort au travail, selon le décompte très précis de Matthieu Lépine, un professeur d’histoire-géo au collège qui entend dénoncer ainsi l’opacité des chiffres et interpeller les pouvoirs publics (voir son compte twitter @DuAccident).

Violences, réformes, horaires 

Aujourd’hui, il n’existe en effet aucune donnée statistique accessible rendant compte du nombre global d’accidents et de décès du travail en France, notamment dans la fonction publique. C’est pourquoi Charlotte Lecocq, députée du Nord (LRM), a été missionnée par le gouvernement pour travailler sur la santé et la qualité de vie au travail dans la fonction publique. Son rapport doit être remis au gouvernement d’ici la fin du mois. 

"Cette mission est née de l’une des recommandations de mon précédent rapport qui portait sur la qualité de vie au travail dans la fonction privée. Je me suis aperçue que pour une partie du monde du travail, et notamment la fonction publique, il n’y avait aucune donnée", explique l’élue du Nord. "Or il y a énormément de signaux d’alerte négatifs."

Elle cite pêle-mêle l’organisation du travail avec des horaires intenables, les moyens insuffisants ou inadaptés, le management défaillant, les situations de violence avec le public, la culture descendante et les réformes incessantes qui viennent tout chambouler. "Le secteur est très en retard par rapport au privé car toutes ces données de diagnostic sont éparses et ne permettent pas d’établir un plan d’action efficace", analyse Charlotte Lecocq.

Manque de reconnaissance

Son rapport, présenté au gouvernement dans la seconde quinzaine d’octobre, compte 45 recommandations. Parmi elles, il y a surtout la nécessité d’impliquer les agents afin de trouver les bonnes solutions. "Ils nous ont fait remonter un manque de reconnaissance de leurs expertises et de leurs compétences", ajoute la députée. "Cela entraîne une perte de sens et d’engagement et peut déboucher sur des situations dramatiques". 

Mais pour que le panorama des morts au travail ne compte plus d’invisibles, il ne suffira pas d’y intégrer la sphère publique. Il faudra aussi prendre en compte les nombreux livreurs et travailleurs des plateformes, les agriculteurs indépendants, les autoentrepreneurs, les travailleurs sans papiers ou non déclarés… Rien que la semaine dernière, un chauffeur routier, deux agriculteurs, un ouvrier intérimaire, un enseignant, quatre marins et quatre fonctionnaires de police (attentat à la Préfecture de Paris) sont morts au travail, selon @DuAccident.  

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Les mots de l'éco] Les maux du travail

L’économie est en pleine mutation. Une transformation qui se voit aussi dans les mots employés pour la décrire et l’analyser. Toute cette semaine, nous vous proposons un décryptage lexical des nouvelles tendances qui se font jour dans l’économie, la finance et le monde du travail....

[LE CHIFFRE] 12 600 euros, le coût du mal-être au travail par salarié et par an

C’est un chiffre qui va peut-être pousser les dirigeants à agir. Selon les calculs du cabinet Mozart Consulting, le coût du mal-être au travail atteint les 12 600 euros par salarié et par an en France. Une meilleure organisation du travail offrirait aux entreprises une importante marge de...

Suicides à France Télécom : le procès d’une organisation managériale mortelle

Ce lundi 6 mai s'ouvre le procès des suicides de France Télécom, survenus entre 2006 et 2009 alors que l'opérateur téléphonique mettait en place un vaste plan de restructuration. Une centaine de parties civiles et 39 victimes et familles feront face à sept anciens dirigeants, dont l'ex-PDG...

Non, le burn out n’est toujours pas reconnu comme maladie professionnelle par l’OMS

Malgré ce qui a été dit, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas reconnu le burn out comme maladie professionnelle mais elle le considère désormais comme un "phénomène lié au travail". Sa reconnaissance pourrait pourtant alléger le parcours des victimes. Surtout, sa prise en...

Le burn-out ne doit pas forcément être reconnu en maladie professionnelle

En cette journée du 1er Mai, les dossiers s'empilent sur le volet social. Un mal-être professionnel croissant fait jour à la SNCF, chez Air France, dans les hôpitaux, les Ehpad… Malgré cela, les maladies psychiques liées à l’épuisement du travail sont aujourd’hui très difficiles à faire...

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Walker evans houses and bilboards in Atlanta 1936

[À l’origine] Du new deal culturel de la grande dépression à celui du Covid-19

Annoncé par Emmanuel Macron, un grand programme de commandes publiques devrait permettre à la culture, très touchée par le confinement et les mesures de prévention liées au Covid-19, de reprendre un second souffle. Une telle initiative avait été prise lors de la Grande dépression, après la crise de...

Charge mentale coronavirus confinement istock

Confinement : quand les femmes présentent la facture du travail domestique

Pas d'école, pas de nourrice, pas de cantine... Face au confinement, les parents, et essentiellement les mères de famille, ont dû remplacer au pied lever les enseignants et cantiniers. Or ce travail, habituellement pris en charge par l'État et les collectivités à un coût. Plusieurs mères de famille...

Nicole Notat EricPiermont AFP

Nicole Notat tiendra la présidence du "Ségur de la santé" avec la fermeté qui la caractérise

Ce lundi 25 mai s’ouvre le "Ségur de la santé", un événement inédit voulu par l'Executif pour refonder le système de santé français en crise. Il est présidé par Nicole Notat, figure de la CFDT, qui a fondé l’agence de notation Vigeo. Elle devra concilier l'inconciliable en réformant en profondeur le...

Generalisation teletravail coronavirus

Le télétravail : nouvelle norme pour les entreprises ?

Avec le Covid-19, le télétravail s'est imposé durablement. En France, PSA souhaite désormais que ses salariés ne viennent au bureau qu'une fois par semaine. Aux États-Unis, Twitter autorise même ses employés à télétravailler à vie. Mais cet aménagement, qui exclut d'office les ouvriers, a montré par...