Publié le 16 mars 2023

SOCIAL

Santé mentale : un salarié sur deux en situation de détresse psychologique

Détresse psychologique, burn-out… la santé mentale reste "l’angle mort" des entreprises. Un salarié sur deux est aujourd’hui en situation de détresse psychologique. Un sur quatre en risque de burn-out. Ces chiffres, issus du dernier baromètre d’Empreinte Humaine, indiquent une dégradation de la santé mentale des salariés, en grande partie liée à leurs conditions de travail. En plein débat sur la réforme des retraites, le rapport au travail des Français a changé... et les entreprises tardent à répondre à leurs attentes.

Sante mentale frnce nik shuliahin unsplash 1
Près d’un salarié sur quatre, soit 2 millions de personnes affirment être en risque de burn-out.
Nik Shuliahin on Unsplash

La santé psychologique des salariés se dégrade. C’est la conclusion du traditionnel baromètre réalisé par OpinionWay pour Empreinte Humaine. Le cabinet note ainsi que 44% des travailleurs sont aujourd’hui en situation de détresse psychologique, soit quasiment un salarié sur deux. Une hausse de trois points par rapport à la dernière édition de ce baromètre publiée en juin 2022. Ce phénomène est d’autant plus inquiétant que 14% des salariés présentent un taux de détresse psychologique élevé soit au moins "36 mois de détresse élevée"

"La situation ne s’améliore pas", indique à Novethic Christophe Nguyen, président d’Empreinte Humaine. À qui la faute ? Au Covid-19 en partie, avec un tiers des salariés interrogés estimant que la crise sanitaire impacte encore aujourd’hui leur niveau de fatigue. Mais surtout au travail, pour 74% des travailleurs. Indice phare de ce mal-être : par rapport à la période pré-Covid, le risque de burn-out explose. Près d’un salarié sur quatre, soit 2 millions de personnes affirment être en risque de burn-out. Une tendance qui touche en particulier les femmes (à 49%), les jeunes (55%) et les managers (44%).

Organisation du travail, un "terreau du burn-out"

La France serait même le pays détenant un des taux de burn-out les plus élevés d’Europe, selon une infographie publiée par Alternatives Économiques. "Il faudra observer l’absentéisme, les arrêts maladie, le turnover dans les prochains mois. Les coûts économiques, sociaux et humains sont importants", prévient Christophe Nguyen. Preuve en est, l’explosion des arrêts de travail long. 

Or, "c’est bien l’organisation du travail qui fait le terreau du burn-out : la valorisation du présentéisme, la surveillance accrue des travailleurs par les technologies du numérique, la perte d’autonomie face à des procédures de plus en plus strictes… Tout concourt à mettre le salarié sous pression, à faire éclater les collectifs, à alimenter les tensions interpersonnelles", précise la psychologue Marie Pezé sur le site de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS). 

Les entreprises ont-elles conscience de ce phénomène qui se répand chez leurs salariés ? Pas vraiment selon Christophe Nguyen, "la santé mentale reste leur angle mort", précise-t-il. "Les entreprises ont une approche légaliste du sujet. Elles font ce que la loi leur impose. Or il faut aller plus loin". Dans un contexte inflationniste, après les confinements imposés par la crise sanitaire du Covid-19, l’enjeu pour les entreprises est surtout de rattraper leur retard sur leurs objectifs. Quitte à passer à côté des attentes de leurs salariés. Or ces derniers sont en quête de sens. 

La réforme des retraites en question

En pleine réforme des retraites, le rapport au travail des Français pose donc question. D’autant que selon Empreinte humaine, 6 salariés sur 10 pensent que leur état de santé psychologique et physique ne leur permettra pas de travailler jusqu’à la retraite. 9 sur 10 estiment que les conditions de travail doivent être améliorées. "À l’heure où on parle de recul de l’âge de départ en retraite, on ne parle pas du travail pour le rendre plus durable", défend Christophe Nguyen. 

Et les efforts attendus sont grands pour les entreprises. La sociologue Dominique Meda rappelait ainsi le mois dernier à Novethic le classement particulièrement bas de la France sur les conditions de travail. "La dernière vague de l’enquête d’Eurofound, réalisée en 2021 auprès de plus de 70 000 Européens de 36 pays, montre que les contraintes physiques sont plus fortes en France qu’ailleurs", pointait-elle. "Pour plus de 43% des Français, leur emploi implique toujours, souvent, ou parfois de déplacer des charges lourdes (contre moins de 30% aux Pays-Bas et 35% en Europe)." D'où la présence, dans les manifestations contre la réforme des retraites des métiers pénibles comme les éboueurs, les caissières ou les infirmières

Marina Fabre Soundron


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Accidents du travail istock

Deux morts par jour en France : les accidents du travail, une "hécatombe invisible"

Alors que trois millions de personnes meurent chaque année dans le monde à cause du travail, la France fait figure de mauvais élève en Europe. Entre un décompte lacunaire, le sous-effectif des inspecteurs du travail, des sous-traitants sous pression et une moindre protection des salariés, les...

Greve ouvriers Bangladesh Dhaka novembre 2023 MUNIR UZ ZAMAN AFP

Zara, Gap, Levi's... Derrière la grève historique des ouvriers au Bangladesh, le prix dérisoire de nos vêtements

Ce sont des grèves historiques qui ont traversé les usines de textiles au Bangladesh. 600 d'entre elles ont ainsi été fermées pendant plusieurs jours à la suite de manifestations de milliers d'ouvriers qui réclament un triplement de leur salaire aujourd'hui plafonné à 70 euros par mois. Les usines...

Accenture greve

Conférence sociale sur les bas salaires : l'entreprise de conseil Accenture touchée par une grève inédite

Syndicats et organisations patronales doivent se rencontrer ce lundi 16 octobre autour de la Première ministre Elisabeth Borne pour une conférence sociale sur les bas salaires. Le sujet cristallise les tensions alors que l'inflation continue de grignoter le pouvoir d'achat des salariés. Une...

Licenciements intelligence artificielle Istock

Onclusive licencie la moitié de ses salariés français pour les remplacer par une intelligence artificielle

L’annonce a fait l’effet d’une bombe. Le spécialiste des relations presse Onclusive a annoncé mi-septembre le licenciement d’une partie des salariés de sa branche française. En cause : l’automatisation de certaines tâches et le déploiement de l’intelligence artificielle qui devraient, à terme,...