Publié le 28 février 2007

SOCIAL

Dans quelles conditions les suicides sont-ils des accidents du travail ?

Trois salariés du Technocentre de Renault à Guyancourt se sont suicidés en cinq mois dont deux sur leur lieu de travail. Dans le premier cas, malgré les circonstances, la caisse primaire d'assurances maladie a refusé de considérer qu'il s'agissait d'un accident du travail. Elle l'a pourtant admis récemment pour un salarié d'IBM qui s'était tué chez lui, pendant un week-end. Au dela de ces questions ces suicides laissent toutes les interrogations sur leurs causes et les préventions possibles.

107168_GF.jpg

Pas d'investigation sur les suicides professionnels

Les caisses primaires d'assurance maladie mènent systématiquement des enquêtes, dès lors que le suicide a lieu au travail, pour déterminer si l'activité professionnelle explique le passage à l'acte. Lorsque le suicide se déroule en dehors de l'entreprise, à moins que la direction déclare le suicide comme un accident du travail, c'est à la demande de la famille ou même du médecin du travail de l'entreprise que la caisse primaire ouvre une enquête. Les ayants droit du défunt perçoivent une rente calculée en fonction du salaire annuel du salarié décédé uniquement si le suicide est déclaré comme résultant d'un accident du travail ou d'une maladie à caractère professionnel. Généralement, les membres du Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles (CRRMP) chargée de statuer sur le caractère professionnel d'un suicide de ce type s'accordent pour ne pas entrer dans les détails, une façon louable de faciliter l'indemnisation des ayants droit mais qui contribue à entretenir le flou sur les causes de ces suicides.

Le 16 février 2007, un technicien du Technocentre de Renault s'est suicidé à son domicile en laissant une lettre expliquant ses difficultés professionnelles. C'est le 3ème cas de suicide d'un salarié travaillant à Guyancourt sur les cinq derniers mois, les deux précédents s'étant suicidés sur le lieu de travail. La caisse primaire d'assurance maladie a estimé que le suicide du premier salarié, en octobre 2006, ne relevait pas d'un accident du travail même si celui-ci avait eu lieu au Technocentre. Cette décision est surprenante dans la mesure où le fait de se suicider sur son lieu de travail présume du caractère professionnel de l'acte aux yeux de la caisse primaire (voir encadré). Sa veuve a attaqué la décision en recours. Des enquêtes de la caisse primaire sont en cours sur les deux autres cas de suicide, de janvier et février 2007.

Limites de l'observatoire du stress de Renault

Face à cette série noire, la direction de Renault a décidé de lancer une campagne d'information pour rappeler l'existence d'un service téléphonique d'assistance psychologique, proposé à tous les salariés par un prestataire externe. Les plages horaires de ce service ont été élargies après le dernier suicide. La direction, au travers de son service communication, assure que des actions de sensibilisation sont lancées pour que tous les salariés soient à l'écoute des signaux de détresse environnants. Mais le triple suicide révèle les limites de l'observatoire du stress mis en place par la direction de Renault en 1998. Cet observatoire dont la gestion est sous-traitée à l'IFAS (Institut Français d'Action sur le Stress) doit traiter et analyser lesquestionnaires que les médecins du travail de Renault proposent aux salariés lors des visites périodiques. Le niveau de stress de chaque salarié est alors mesuré sur une échelle de 10 à 50. Reste que le questionnaire, dans sa version actuelle, ne permet pas d'établir un diagnostic sur les causes responsables de chaque niveau de stress.

Expertise indépendante nécéssaire pour la CGT

Les organisations syndicales de Renault ne sont pas sur la même longueur d'onde en matière de stress au travail. « Nous demandons qu'un cabinet d'expert agréé intervienne dans le cadre du CHSCT pour réaliser une étude sur les sources du stress qui peuvent conduire jusqu'au suicide. Nous refusons, contrairement aux autres organisations syndicales, que cette étude soit conduite par l'IFAS qui travaille avec la direction depuis près de 10 ans », explique Vincent Neveu, délégué central adjoint CGT de Renault. Il souligne que le dernier suicide concernait un technicien qui suivait la filière permettant de devenir cadre. Ce cursus de formation de plusieurs mois s'accompagne d'une surcharge de travail. Vincent Neveu y voit un élément aggravant et précise : « Il y a encore 3 ans, les techniciens qui suivaient les filières pour passer cadres voyaient leur charge de travail opérationnel réduite pour mener les deux missions de front. Ce n'est plus le cas. Le salarié qui s'est suicidé travaillait sur le projet stratégique de remplacement de la Laguna. »

Absence d'éléments épidémiologiques

La reconnaissance du lien potentiel entre le travail et le suicide d'un salarié est un axe fort de la revendication des syndicats. Chez IBM, en appel, la caisse primaire a finalement reconnu en octobre 2006 que le suicide d'un salarié, survenu un week-end de janvier, en dehors du lieu de travail, était consécutif d'une maladie à caractère professionnelle. « Sous la pression, la direction a mis un mois pour déclarer ce suicide comme accident de travail. La caisse primaire a alors rejeté cette qualification. La compagne du défunt a été tout le temps soutenue par le médecin du travail de l'entreprise», tient à souligner Bertrand Tyl, élu, sur la liste CFDT, au Comite d'entreprise de l'établissement de Paris et membre du CHSCT (Comité d'Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail). Mais, là encore, quid d'un diagnostic des causes alors qu'une enquête, conduite en avril 2003, par les médecins du travail avait révélé que 44% des salariés d'IBM étaient stressés ? « Il y a un grand flou sur les causes du suicide. Nous ne disposons pas d'éléments épidémiologiques dans la mesure où les déclarations d'accidents du travail ne révèlent pas les causes du suicide. A partir de là, la prévention est quasiment impossible » regrette Christian Verger, responsable de la chaire en médecine du travail de l'université de Rennes et médecin inspecteur régional du travail en région Bretagne. Effectivement, la Sécurité sociale se trouve bien incapable de fournir des données sur le nombre de suicide liés au travail et à fortiori sur leurs causes.

Rodolphe Helderlé
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Emma collegue du futur fellowes

Dos courbé, yeux rouges, chevilles et poignets gonflés, teint blafard, voilà à quoi pourrait ressembler le salarié de demain

Pour alerter sur nos habitudes de travail au bureau, des chercheurs ont conçu un mannequin censé représenter le salarié en 2040 si rien ne change. Le résultat fait froid dans le dos : varices, eczéma, dos courbé, teint pâle, yeux rouges, absence de cils… De quoi nous pousser à bouger !

Affiche sorry we missed you

Ubérisation du travail : Ken Loach filme la descente en enfer d’un chauffeur-livreur

L’ubérisation du travail est plus que jamais au cœur de l’actualité, allant même jusqu’à intéresser le cinéma et l’un de ses plus prolifiques réalisateurs. Le dernier film de Ken Loach, "Sorry we missed you", sorti le 23 octobre, vient relancer le débat sur les conditions de travail de ces milliers...

Brexit Londres CCO

[Brexit] Avec ou sans accord, le Brexit risque de peser durement sur les plus pauvres

Le revenu par tête des britanniques devrait chuter après le Brexit, prévient le think tank universitaire "The UK in a changing Europe". Alors que la pauvreté concerne un cinquième de la population, dont quatre millions de travailleurs, le Brexit devrait être ressenti encore plus durement par ces...

Christine renon manifestation enseignants mal etre education nationale Thomas SAMSON AFP

Directeurs d’école, policiers, médecins, pompiers... Un mal-être au travail hors des radars

Après les personnels hospitaliers et les policiers, ce sont les enseignants qui sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et dénoncer leurs conditions de travail. Les pompiers préparent eux aussi une action pour le 15 octobre. Le mal-être au travail se généralise dans la fonction...