Publié le 18 août 2020

SOCIAL

Covid-19 : les nouvelles règles sanitaires au travail crispent le patronat qui craint de freiner la reprise

Face à la reprise de l’épidémie, le ministère du travail impose de nouvelles règles sanitaires en entreprise. Parmi celles-ci : le port du masque obligatoire dans les salles de réunion et les couloirs mais aussi le retour du télétravail. Les partenaires sociaux sont globalement favorables au renforcement de la protection sanitaire, mais le patronat se montre plus réticent face à des protocoles jugés trop rigides.

Entreprises covid tera vectors
Les nouvelles mesures sanitaires prises en entreprise pour endiguer le regain de l'épidémie inquiètent le patronat qui craint un freinage de la reprise économique
@tera vector

Après la trêve estivale, la reprise du travail va se placer sous le signe de nouvelles obligations sanitaires liées au regain de l’épidémie de Covid-19. Malgré les vacances, les entreprises sont devenues des lieux privilégiés de contamination. Selon Santé Publique France, elles représentent près d’un quart des clusters depuis le déconfinement et 30 % de ceux en cours d’investigation. Et la tendance semble s’accélérer : elles comptaient pour la moitié des 30 nouveaux foyers de contamination identifiés le 12 août dernier.

Des mesures trop rigides

Pour endiguer la propagation du virus, le gouvernement va donc renforcer les règles sanitaires à partir du 1er septembre. Un exercice d’équilibriste en un temps serré où il s’agit de jongler entre la maîtrise de l’épidémie et la reprise économique. Parmi les mesures présentées aux partenaires sociaux, le port obligatoire du masque partout dans l'entreprise, en dehors des bureaux individuels, que ce soit dans les salles de réunion où il n’y a pas d’aération naturelle, les espaces de circulation comme les couloirs mais aussi les open spaces. Quant au télétravail, qui devait commencer à refluer avec la rentrée, il devrait faire son retour en force dans les zones de circulation active du virus comme la région parisienne et Provence-Alpes-Côtes d’Azur et reste recommandé partout ailleurs. Et le gouvernement a mis les partenaires sociaux sous pression pour négocier un accord en la matière. 

Ceux-ci restent cependant divisés sur la généralisation de ces nouvelles mesures contraignantes. Les syndicats se montrent plutôt favorables même s’ils s’annoncent vigilants sur le recours au télétravail. Le patronat se montre lui plus réticent sur des mesures qu'il considère rigides, "par peur de freiner le retour au travail et la reprise" en "inquiétant les salariés", souligne le journal Les Echos. Il tique également sur le surcoût de cette protection, qui sera imputé à l'employeur, et la responsabilité qui découlerait de ces nouvelles obligations. 

Le Medef comme la Confédération des petites et moyennes entreprises (CGPME) militaient donc pour des "mesures pragmatiques" négociées par les partenaires sociaux, au cas par cas, en fonction des régions, des activités et de la taille des organisations, jugeant qu’une généralisation du port du masque est excessive et inadaptée à la diversité des entreprises et des activités. Les protocoles sanitaires sont de fait le plus souvent négociés branche par branche. Les guides de bonnes pratiques déjà en vigueur dans chacune d’elles sont d’ailleurs en cours de réactualisation.

Des mesures qui prennent en compte la contamination par aérosols

Avec ces nouvelles règles, le gouvernement valide cependant les derniers avis du corps médical. Le 14 août, un collectif d’une vingtaine de docteurs plaidait pour rendre le port du masque obligatoire dans tous les lieux clos, bureaux compris. "Une question de cohérence" par rapport aux nouvelles données acquises sur la diffusion du virus expliquait le collectif dans Libération : "Les protocoles actuels de sécurité qui concernent les lieux de travail, lesquels constituent les premiers foyers de contamination en France (…) ne prennent pas sérieusement en compte un facteur très important de propagation du Covid-19, à savoir la transmission via aérosol." Un constat partagé par le Haut conseil français de la santé publique qui recommande dans un avis publié le même jour le port "systématique" du masque dans "tous les lieux clos publics et privés collectifs".

Reste désormais à mettre en musique ces différentes mesures censées établir un protocole sanitaire pérenne pour les entreprises. "Nous allons maintenant travailler avec les partenaires sociaux sur les modalités pratiques de mises en œuvre et de possibles adaptations de cette nouvelle norme", a déclaré Laurent Pietraszewski, secrétaire d’État auprès de la ministre du Travail.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud

 

 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Les tensions répétées chez Google poussent des salariés à créer un syndicat

Depuis trois ans, les relations sociales chez Google ne sont pas au beau fixe. Régulièrement des polémiques éclatent entre directions et salariés au sujet de contrats ou de choix stratégiques. Alors que les premiers appellent à préserver l’image de l’entreprise dans les médias, une partie des...

Teletravail pixabay

Le gouvernement assouplit la règle du 100 % télétravail face à la dégradation de la santé mentale des salariés

Alors que la santé mentale des salariés n'a jamais été aussi mauvaise depuis le début de la crise, le gouvernement lâche du lest sur le télétravail. La ministre Elisabeth Borne, qui obligeait tous les salariés dont les tâches peuvent s'effectuer à distance à télétravailler à 100 %, a autorisé un...

Teletravail Jean Castex LE O PIERRE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le télétravail, un "héritage positif" du Covid-19 qui devrait perdurer après la crise

Les salariés n'ont jamais été aussi nombreux à télétravailler avec la crise sanitaire. Si le Covid-19 a donné un coup d'accélérateur, Jean Castex espère que cette pratique "survivra à la pandémie". Il a ainsi demandé aux organisations patronales et syndicales de négocier un accord sur le sujet....

Livreur velo iStock piksel

[Les raisons d’y croire] Des livreurs se regroupent pour créer des plateformes locales et indépendantes

Face à l’ubérisation de la livraison, les livreurs se prennent en main en créant leur propre plateforme. C’est le cas dans plusieurs villes : Nantes, Lille, Paris, Angers et maintenant Rennes. Des coopératives qui font figure de petits poucets face aux géants Uber ou Deliveroo mais qui permettent de...