Publié le 31 mars 2020

SOCIAL

Coronavirus : et si c’était le bon moment pour lancer un revenu de base et construire une société plus résiliente

Le débat est relancé en France, au Royaume-Uni, en Espagne, en Allemagne et même aux États-Unis. Alors que la crise du coronavirus a entraîné le confinement d’un tiers de l’humanité, un revenu de base versé à tous sans conditions se révèle être une solution idéale. Mais sa mise en place doit être accompagnée d’un véritable questionnement sur la société que l’on souhaite voir émerger, préviennent ses défenseurs.

Changement revenu de base bon moment pixabay
Plusieurs voix s'élèvent dans le monde et en France pour la mise en place d'un revenu de base.
@CC0

Face à la crise inédite issue du coronavirus, le président américain Donald Trump a dégainé un plan de relance massif qui inclut le versement d’un chèque d'environ 1 000 dollars par adulte et 500 par enfant, pour les ménages les plus vulnérables. En Allemagne, le journal de Francfort, le Frankfurter Rundschau, plaide pour l’instauration d’un revenu de base d’un montant de 1 000 euros par mois sur une période de six mois. Une mesure "sans alternative", écrit le quotidien allemand, qui détourne le slogan de Margaret Thatcher "There is no alternative !" et les mots d’Angela Merkel sur la politique de sauvetage de l’euro "Alternativlos".

Au Royaume-Uni, 170 parlementaires de différents partis ont adressé une lettre au gouvernement britannique lui demandant l’instauration d’un revenu universel d’urgence le temps de la pandémie tandis que le gouvernement espagnol envisage sérieusement une telle option. En France, un collectif de travailleurs précaires (auteurs, pigistes, auto-entrepreneurs, acteurs...), les Sons Fédérés, a également appelé à la mise en place immédiate d’un revenu de base face aux annulations en série dans le secteur événementiel. Des chercheurs suisses ont même imaginé de verser ces sommes sur une carte personnelle permettant seulement certaines dépenses jugées utiles à la transition écologique...

S’inscrire dans un projet de société

"Le revenu de base apporterait en effet une sécurité à tous, mais il ne doit pas servir seulement de pansement pour endiguer la crise actuelle. Sa mise en place doit impérativement s’accompagner d’un débat démocratique sur ses conditions de mise en œuvre au regard de la société que l’on souhaite voir émerger. Le contexte actuel est propice pour réfléchir à des modes de vie plus sobres, alliant transition écologique et justice sociale", estime Elena Ambuhl du Mouvement français pour un revenu de base (MRFB). L'association va publier une tribune collective en ce sens dans les prochains jours.

Il s’agirait de verser à chacun, individuellement, et sans conditions de ressource, de la naissance à la mort,  un revenu dont le montant serait fixé collectivement, en complément des allocations chômage, des indemnités maladies ou des pensions de retraite. Cela pourrait prendre tout son sens en cette période de crise, alors que des millions de salariés sont confinés chez eux, en télétravail, au chômage technique ou en arrêt, et que des millions d’autres se trouvent en première ligne, sans pouvoir exercer leur droit de retrait, malgré des rémunérations qui sont souvent trop faibles au regard de leur utilité sociale

"Un revenu de base permettrait d’identifier les métiers réellement utiles qu’il faudrait alors mieux rémunérer et dont les conditions de travail devraient être améliorées. Au-delà, il permettrait de changer de paradigme : ne plus travailler coûte que coûte mais donner la possibilité aux citoyens de s'impliquer dans des activités réellement utiles et aujourd’hui non rémunérées - œuvrer pour la transition écologique, s’informer et débattre, s'investir dans la vie démocratique et associative locale - car ce sont eux les moteurs de la transition", plaide Elena Ambühl.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Travail semaine quatre jours krakenimages on Unsplash

France, Islande, Royaume-Uni : La semaine de quatre jours, une tendance qui perce partout dans le monde

Après l’Espagne, l’Islande ou la Nouvelle-Zélande, la très libérale Grande-Bretagne expérimente la semaine de quatre jours. En ce mois de juin, 3000 employés, issus de 60 entreprises britanniques vont travailler sur quatre jours, sans perte de salaire. Au Japon aussi, l’idée fait son chemin, tout...

Startup istock

L’affaire Claire Despagne, symbole des dérives des start-up, enflamme les réseaux sociaux

C'est un bad buzz de taille qu'a généré Claire Despagne. Dans une interview, la fondatrice de la marque D+ For Care a déploré que le temps de travail des stagiaires soit limité à 35 heures, fustigeant ceux qui refusent de "travailler 80 heures". Des déclarations, tournées à la dérision sur Twitter,...

Amazon

En France et aux États-Unis, un vent de révolte historique se lève chez Amazon

Alors que Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, s’est lancé dans une course au spatial, ses salariés veulent le faire revenir sur Terre ! En France, tous les entrepôts du géant du commerce en ligne sont bloqués par des mobilisations salariales. Outre-Atlantique, un mouvement historique a permis la...

Amandine Lebreton FNH Pacte du pouvoir de vivre 03

Amandine Lebreton, Pacte du pouvoir de vivre : "Le travailler plus pour gagner plus fait oublier les richesses des autres temps de vie"

À l’occasion de l’élection présidentielle, Novethic se penche sur ces débats oubliés, ceux qui n’occupent pas le terrain médiatique mais qui sont pourtant vitaux. Zoom aujourd'hui sur les temps de vie et la place du travail, avec une proposition originale du Pacte du pouvoir de vivre, dont Amandine...