Publié le 19 novembre 2013

SOCIAL

Bangladesh : les ouvriers du textile obtiennent un salaire minimum

Au Bangladesh, malgré l'obtention il y a quelques jours d'un salaire minium dans le secteur textile, les ouvriers continuent de manifester pour obtenir un salaire décent. Car si cette évolution est une étape importante, le chemin est encore long dans le processus d'amélioration des conditions de travail dans le pays.

141785_GF.jpg

© industriALL

Toujours pas d'indemnisation des victimes

Si les choses semblent bouger dans le bon sens pour améliorer la sécurité et les conditions de travail sur le terrain, il n'en est pas de même pour l'indemnisation des victimes du Rana Plaza. Les multinationales n'ont toujours pas mis la main à la poche, au grand dam des ouvriers locaux. « Sur place, il est clair que la priorité est donnée à l'urgence de l'indemnisation. L'accord sur la sécurité est une bonne chose, mais l'autre enjeu est de compenser financièrement les victimes qui sont absolument démunies », rappelle Nayla Ajaltouni, coordinatrice du collectif Ethique sur l'Etiquette (http://www.ethique-sur-etiquette.org/). Selon IndustriALL, la prochaine réunion sur l'indemnisation devrait avoir lieu le 28 novembre prochain.

La croissance économique a ses côtés pervers. Le cas du Bangladesh en est un très bon exemple, avec un pays très dynamique sur le plan économique mais des travailleurs qui n'en voient pas les bénéfices et même pire, qui risquent leur vie en travaillant dans
des bâtiments où leur sécurité n'est pas assurée. Depuis le drame du Rana Plaza, la situation des ouvriers commence néanmoins à s'éclaircir. Le 3 octobre 2013, l'Accord sur la sécurité au Bangladesh, qui rassemble plus de 1 600 usines (qui emploient plus de 2 millions d'ouvriers), a publié un document d'évaluation des usines. Cette fois, c'est l'Organisation internationale du travail (OIT) qui se penche sur les conditions de travail dans ce pays, en publiant un rapport pour une croissance durable au Bangladesh.

Un salaire minimum de 68 dollars par mois

Dans son rapport, l'OIT souligne que la croissance économique des vingt dernières années s'est faite essentiellement grâce aux exportations textiles. En 2011, le pays représentait 4,8% des exportations mondiales de textile, contre seulement 0,6 % en 1990. Sauf que cette croissance a participé à l'essor de conditions de travail de plus en plus précaires pour les ouvriers locaux, qui ont abouti à de nombreuses catastrophes. Si, dans son rapport, l'OIT met l'accent sur la question des salaires, évalués à 39 dollars par mois en moyenne en août 2013, la donne vient tout juste de changer : le 13 novembre 2013, après avoir battu le pavé pendant plusieurs semaines, les ouvriers bangladais du textile ont obtenu un salaire minimum mensuel de 68 dollars (50 €) pour les quatre millions d'ouvriers du secteur. Cette augmentation est le fruit d'un accord entre les producteurs de vêtements et Sheikh Hasina, la Première ministre du Bangladesh.

« Cette hausse, qui a été obtenue grâce au courage des manifestants, mérite d'être soulignée. Mais les syndicats demandaient un salaire moyen de 100 dollars, soit environ 74 €, car en raison de l'inflation et des prix des matières premières. Un tel revenu ne permet pas à un ouvrier de faire vivre sa famille dignement », regrette Nayla Ajaltouni, coordinatrice du collectif Ethique sur l'Etiquette, qui revient du Bangladesh. Et sur la place des ouvriers continuent de manifester pour augmenter le montant obtenu. Des manifestations réprimées dans le sang. Malgré tout, c'est la première fois qu'un salaire minium est institué dans le pays. Historiquement, la mesure fera date. « Le prochain défi consistera à coordonner le programme sur l'industrie textile financé par l'OIT, le Pacte de durabilité adopté par l'Union européenne et les initiatives du secteur privé comme l'Accord sur la sécurité incendie et bâtiments au Bangladesh et l'Alliance pour la sécurité des travailleurs au Bangladesh », a déclaré Gilbert Houngbo, Directeur général adjoint pour les Opérations extérieures et les partenariats de l'OIT.

Les travailleurs attendent encore plus de sécurité

Mais si l'instauration de ce salaire minium est une avancée notable, le problème de la sécurité au travail reste entier. Malgré la volonté affichée, les moyens mis en œuvres semblent insuffisants, comme l'explique Nayla Ajaltouni : « Les syndicats locaux ne sont pas assez puissants pour contrôler la mise en œuvre de l'Accord de sécurité des usines. Il est essentiel de renforcer leur capacité de surveillance. » Dans cette optique, les ONG en appellent également aux multinationales présentes dans le pays. Elles leur demandent de mettre en place des pratiques sociales intègres dans toute leur chaîne de production. Et d'imposer les standards internationaux à l'ensemble de leurs sous-traitants.

Les manifestations pour l'obtention d'un salaire décent dans les usines de textiles, elles, comment à se diffuser comme on le voit au Cambodge depuis plusieurs semaines.

Céline Oziel
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Masques Covid coronavirus stevanovicigor

Masque obligatoire : Pour les entreprises, ce sera "au cas par cas"

Face au regain de la pandémie de Covid-19 en France, le gouvernement vient d'imposer le port du masque dans tous les lieux clos ouverts au public. Si les marchés couverts, enseignes alimentaires, banques et établissements publics sont concernés et craignent un ralentissement de la reprise...

Walker evans houses and bilboards in Atlanta 1936

[À l’origine] Du new deal culturel de la grande dépression à celui du Covid-19

Annoncé par Emmanuel Macron, un grand programme de commandes publiques devrait permettre à la culture, très touchée par le confinement et les mesures de prévention liées au Covid-19, de reprendre un second souffle. Une telle initiative avait été prise lors de la Grande dépression, après la crise de...

Charge mentale coronavirus confinement istock

Confinement : quand les femmes présentent la facture du travail domestique

Pas d'école, pas de nourrice, pas de cantine... Face au confinement, les parents, et essentiellement les mères de famille, ont dû remplacer au pied lever les enseignants et cantiniers. Or ce travail, habituellement pris en charge par l'État et les collectivités à un coût. Plusieurs mères de famille...

Nicole Notat EricPiermont AFP

Nicole Notat tiendra la présidence du "Ségur de la santé" avec la fermeté qui la caractérise

Ce lundi 25 mai s’ouvre le "Ségur de la santé", un événement inédit voulu par l'Executif pour refonder le système de santé français en crise. Il est présidé par Nicole Notat, figure de la CFDT, qui a fondé l’agence de notation Vigeo. Elle devra concilier l'inconciliable en réformant en profondeur le...