Publié le 01 mars 2011

Cartouche supply chain

SOCIAL

Apple en Chine : une image sérieusement écornée

Alors que la célèbre firme américaine s'apprête à dévoiler en grande pompe son nouveau gadget électronique, l'iPad 2, Apple est à nouveau sous le feu des critiques en Chine. Après les suicides, ce sont des cas d'empoisonnement de plusieurs ouvriers qui jettent le trouble sur les conditions de travail chez plusieurs de ses sous-traitants chinois.

Manifestation contre Apple et Foxconn – Hong Kong 2011 ANTONY DICKSON AFP
Un manifestant porte un masque de Steve Jobs au cours d’une protestation contre le géant taïwanais Foxconn, sous-traitant d’Apple vivement critiqué, en mai 2011 à Hong Kong.
Antony Dickson / AFP

Aux conditions - très critiquées - de travail chez ses sous-traitants, Apple a répondu par un audit social complet. Il porte sur 288 sous-traitants audités depuis 2007. Pollution, temps de travail, conditions de travail, âge légal ou management des équipes...

En 2010, la firme à la pomme a ainsi audité 127 nouveaux sites, tous en Asie (Chine, Malaisie, Singapour, Taiwan), et son rapport est édifiant. La firme californienne annonce avoir désormais imposé un nouveau code de conduite à ses sous-traitants.

 

Des faits connus de longue date



On apprend ainsi que dix usines chinoises faisaient travailler 91 enfants, dont 42 sur un seul site. Des cas de discrimination à l'embauche, le recrutement d'ouvriers sans papier, des heures supplémentaires imposées et non payées, sont également pointés du doigt. Des conditions scandaleuses dans ce que la presse appelle désormais "les ateliers de la sueur d'Apple".

L' effort de transparence est inédit et louable, même si le rapport ressemble à un coup de communication alors que sort l'iPad 2 et que la société publie des résultats records, les meilleurs de son histoire. "C'est un peu tard, confirme une ONG hongkongaise spécialisée dans la défense des ouvriers chinois. Apple a attendu que les scandales se multiplient pour annoncer des mesures. Mais ce n'est que l'application stricte de la loi. Depuis trois ans, nous dénonçons les conditions de travail chez la plupart des sous-traitants d'Apple. Des enfants mineurs ont travaillé sur des lignes de production, il y a des clandestins aussi, les cadences imposées par Apple sont infernales ce qui a conduit à des suicides d'ouvriers et puis il y a ceux qui ont été exposés à des produits chimiques. Sur tous ces points, les réponses d'Apple ont trop tardé".

Pour la première fois, en effet, Apple a reconnu l'empoisonnement de 137 de ses ouvriers qui travaillaient pour le sous-traitant Wintek à Suzhou, en Chine. Ils ont été exposés au n-hexane, un produit chimique dangereux et fortement cancérigène, et demandent aujourd'hui réparation. Signe que la marque à la pomme n'est plus en cour à Pékin, l'affaire a été largement médiatisée dans la presse officielle chinoise et Apple a du dépêcher en hâte un médiateur pour offrir des compensations. Entre 1 000 et 14 000 euros leur ont été alloués en échange de la signature d'un accord qui met un terme à la procédure qu'ils avaient engagée contre Apple.

 

Apple, l'entreprise "la plus fermée"



Mais l'image de la pomme est sérieusement écornée. D'autant que l'Institut pour l'Environnement et les Affaires Publiques, une ONG chinoise, vient de classer bon dernier Apple sur une liste de 29 multinationales pour ce qui est de la transparence et des actions prises pour la protection de la santé et de l'environnement. "C'est vraiment la face sombre d'Apple, commente Ma Jun, le directeur de cette ONG pékinoise. Nous avions l'image d'une entreprise citoyenne, plutôt branchée, et qui devrait jouer un rôle de leader dans le monde de l'informatique et des nouvelles technologies. Au lieu de cela, Apple se révèle être l'entreprise la plus fermée et la plus obstructive qui existe".

Contactée à son siège régional de Hong Kong, Apple répond en renvoyant sur son audit social et rappelle qu'elle inspecte les conditions de travail chez ses sous-traitants depuis 2006. On apprend ainsi que le n-hexane sera désormais interdit et que les enfants employés dans ses usines se verront offrir des études jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge de 16 ans.

 

Concurrence entre sous-traitants

 

Mais au-delà, c'est toute la stratégie de production d'Apple et de nombreuses multinationales du secteur qui est aujourd'hui remise en cause. Une armée de sous-traitants se livrent en effet une concurrence acharnée pour produire à moindre coût les derniers gadgets technologiques.

Le cas de Foxconn, qui travaille notamment pour Apple et dont 13 ouvriers se sont suicidés l'an dernier, est révélateur. Sur le site le plus exposé, celui de de Shenzhen, les salaires ont bien été augmentés et des filets anti-suicide installés (voir article lié). Mais, en coulisse, le géant taiwanais de la sous-traitance va délocaliser la plus grande partie de sa production dans l'Ouest de la Chine.

Dans des provinces pauvres et enclavées où les salaires et les conditions de travail restent à des niveaux particulièrement bas. Des centaines de milliers d'ouvriers sont concernés.

Stéphane Pambrun, Pékin
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Christine renon manifestation enseignants mal etre education nationale Thomas SAMSON AFP

Directeurs d’école, policiers, médecins, pompiers... Un mal-être au travail hors des radars

Après les personnels hospitaliers et les policiers, ce sont les enseignants qui sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et dénoncer leurs conditions de travail. Les pompiers préparent eux aussi une action pour le 15 octobre. Le mal-être au travail se généralise dans la fonction...

Greve deliveroo livreurs clap

Livreurs, coursiers, chauffeurs : les "travailleurs libres" se révoltent contre les plateformes

La Californie qui ratifie une loi pour requalifier les chauffeurs Uber et Lyft en salariés, et des dizaines de livreurs Deliveroo qui bloquent des restaurants partout en France depuis presque deux mois.... La "Gig economy", l'économie des petits boulots et ses promesses de travail libéré, est plus...

Trottinette lime libre service fin des juicers auto entrepreneurs

Lime dit adieu à ses "juicers" auto-entrepreneurs pour recharger ses trottinettes en libre-service

À quelques mois du lancement de l'appel d'offres par la Ville de Paris pour limiter le nombre d'opérateurs de trottinettes en libre-service, ces-derniers multiplient les annonces pour espérer rester dans la capitale. Le leader Lime vient ainsi de décider de se séparer de ses "juicers"...

Caisse automatique sans caissiere bogdankosanovic istock

Hypermarché sans caissière : ce sont les clients qui décideront

Les caisses automatiques sont-elles l'avenir de la grande distribution ? À Angers, des manifestants ont protesté contre l'ouverture d'un hypermarché Géant Casino tous les dimanches après-midi sans aucune caissière. Si ce métier est effectivement menacé par l'automatisation, les spécialistes misent...