Publié le 15 février 2018

SOCIAL

Amazon réfléchit à équiper ses salariés de bracelets électroniques

La nouvelle fait polémique. Le site GeekWire a mis la main sur un dépôt de brevet d'Amazon concernant des bracelets électroniques qui vibrent lorsque l'employé ne fait pas le bon geste. Le géant de l'e-commerce se défend toutefois de vouloir surveiller sa main d'oeuvre. 


© Álvaro Ibáñez/Wikimedia Commons

Amazon va-t-il vraiment équiper ses salariés de bracelets électroniques qui vibrent lorsqu’ils exécutent un mauvais geste ? Ce scénario, digne de 1984, pourrait bien voir le jour après les révélations de GeekWire. Le site a repéré un dépôt de brevet, signé en 2016 par Amazon et validé par le bureau des brevets américains en janvier 2018, concernant un bracelet électronique qui permet de "surveiller la réalisation des tâches assignées". Périodiquement, le bracelet peut envoyer des vibrations sur le poignet des salariés afin de réorienter leurs gestes.

Amazon dénonce "la spéculation autour de ce brevet"

Pour bien comprendre, il faut savoir que les salariés d’Amazon dans les entrepôts sont soumis à une forte pression. Ils reçoivent via leurs ordinateurs de poche des commandes pour lesquelles ils doivent aller chercher le plus rapidement possible les produits. Leur temps est précieux. C’est pour améliorer ces performances qu’Amazon pourrait avoir recours à ce bracelet, qui permettrait aux salariés de faire les bons gestes au bon moment.

Mais selon certains experts, il s’agit surtout pour Amazon de surveiller davantage ses salariés et d’en faire des "robots humains". Une analyse que le géant d’e-commerce n’a pas appréciée. À la suite des articles publiés sur le sujet, il a publié un communiqué dénonçant "la spéculation sur ce brevet". "Chaque jour, dans n’importe quelle entreprise dans le monde, les employés se servent de scanners à main pour faire l’inventaire et préparer des commandes. Placer ces équipements sur le poignet des employés leur permettrait d’avoir les mains libres et ne pas avoir les yeux rivés sur des écrans". Et de conclure : "Respirez tranquillement : Amazon n’utilisera pas de bracelets de sitôt pour suivre les pauses toilettes de ses employés".

Des conditions de travail misérables 

Un argument qui ne devrait pas faire taire la polémique. Amazon est pointé du doigt depuis longtemps concernant les conditions de travail de ses employés. Une enquête publiée par le journal The Courrier révélait ainsi en décembre 2016 que les salariés écossais d’Amazon devaient dormir dans des tentes à proximité de l’entrepôt. En cause : leur salaire, trop bas pour assurer une location d’appartement, et leur rythme de travail trop soutenu. En Allemagne, plusieurs employés avaient même témoigné, pour Novethic, de conditions de travail misérables.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Mattel droits des ouvriers violences sexuelles chine actionaid

Mattel, le créateur de la poupée Barbie, accusé de violences sexistes et sexuelles en Chine

Certains jouets pourraient bien être rayés des longues listes envoyées au Père Noël. Deux ONG, Action Aid Peuples Solidaires et China Labor Watch, dénoncent dans un nouveau rapport les conditions de travail du géant du jouet Mattel, créateur de la poupée Barbie, dans ses usines chinoises. Pour la...

Edouard philippe re forme des retraites

Édouard Philippe promet un système de retraite "solidaire" et "responsable" : cinq points à retenir de ses annonces

Un âge d'équilibre à 64 ans, des femmes mieux protégées, une pension minimale de 1000 euros pour une carrière au SMIC... En pleine crise sociale, Édouard Philippe a défendu un système de retraite universel "solidaire", "durable" et "responsable". Sans vouloir entrer dans un "rapport de force", le...

Emma collegue du futur fellowes

Dos courbé, yeux rouges, chevilles et poignets gonflés, teint blafard, voilà à quoi pourrait ressembler le salarié de demain

Pour alerter sur nos habitudes de travail au bureau, des chercheurs ont conçu un mannequin censé représenter le salarié en 2040 si rien ne change. Le résultat fait froid dans le dos : varices, eczéma, dos courbé, teint pâle, yeux rouges, absence de cils… De quoi nous pousser à bouger !

Affiche sorry we missed you

Ubérisation du travail : Ken Loach filme la descente en enfer d’un chauffeur-livreur

L’ubérisation du travail est plus que jamais au cœur de l’actualité, allant même jusqu’à intéresser le cinéma et l’un de ses plus prolifiques réalisateurs. Le dernier film de Ken Loach, "Sorry we missed you", sorti le 23 octobre, vient relancer le débat sur les conditions de travail de ces milliers...