Publié le 01 novembre 2018

SOCIAL

Amazon a breveté une cage pour ses salariés...afin d'assurer leur sécurité

Quand la cohabitation entre humains et robots devient difficile, le géant de l'e-commerce, Amazon, imagine de mettre ses manutentionnaires en cage afin d'assurer leur sécurité. Bien que le groupe ait tout de suite assuré qu'il n'utiliserait jamais cette solution, le fait que des ingénieurs aient planché dessus et aient été jusqu'à déposer un brevet interroge sur le futur du travail.

Cette cage visait à protéger les manutentionnaires dans les entrepôts d’Amazon lorsqu’ils doivent s’aventurer dans des zones hautement automatisés.
Crédits : United States Patent and Trademark Office (USPTO)

Amazon a breveté un concept de cage pour y enfermer ... ses salariés. Déposé le 8 mars 2016, il vient d'être rendu public par deux chercheurs spécialistes de l'Intelligence artificielle. "Dissimulé parmi les milliers de brevets détenus par Amazon accessibles au public, ce brevet américain illustre de façon extraordinaire l’aliénation des travailleurs, et marque un tournant décisif dans la relation entre les humains et les machines", écrivent les chercheurs Kate Crawford et Vlandan Joler, tous deux membres du laboratoire de recherche Share Lab. "Le travailleur devient une pièce d’un ballet mécanique, tenu droit dans une cage qui dicte et contraint son mouvement."

Cette cage a été conçue par les ingénieurs robotiques d’Amazon. Elle visait à protéger les manutentionnaires dans les entrepôts d’Amazon lorsqu’ils doivent s’aventurer dans des zones hautement automatisés.

"Mauvaise idée"

Face à la polémique déclenchée par cette information, Dave Clark, responsable des opérations d’Amazon, a tout de suite expliqué que le groupe ne comptait pas l'utiliser. "Parfois, même les mauvaises idées font l’objet d’un brevet", a-t-il précisé, évoquant une bien meilleure solution, à savoir "un petit gilet que les associés peuvent porter et qui empêche les unités robotisées à proximité d’eux de bouger". 

Amazon n'en est pas à son premier bad buzz. Un autre brevet avait également été largement critiqué. Il s'agissait d'un bracelet connecté pour surveiller les employés et vérifier qu'ils sont bien actifs grâce au mouvement de leurs mains.

En 2013, le journaliste français Jean-Baptiste Malet décrivait ainsi les conditions de travail du géant de l'e-commerce comme "dignes du XIXe siècle". Début octobre, Libération publiait une enquête sur les coulisses des conditions de travail des chauffeurs-livreurs sous-traitants d'Amazon.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Mattel droits des ouvriers violences sexuelles chine actionaid

Mattel, le créateur de la poupée Barbie, accusé de violences sexistes et sexuelles en Chine

Certains jouets pourraient bien être rayés des longues listes envoyées au Père Noël. Deux ONG, Action Aid Peuples Solidaires et China Labor Watch, dénoncent dans un nouveau rapport les conditions de travail du géant du jouet Mattel, créateur de la poupée Barbie, dans ses usines chinoises. Pour la...

Edouard philippe re forme des retraites

Édouard Philippe promet un système de retraite "solidaire" et "responsable" : cinq points à retenir de ses annonces

Un âge d'équilibre à 64 ans, des femmes mieux protégées, une pension minimale de 1000 euros pour une carrière au SMIC... En pleine crise sociale, Édouard Philippe a défendu un système de retraite universel "solidaire", "durable" et "responsable". Sans vouloir entrer dans un "rapport de force", le...

Emma collegue du futur fellowes

Dos courbé, yeux rouges, chevilles et poignets gonflés, teint blafard, voilà à quoi pourrait ressembler le salarié de demain

Pour alerter sur nos habitudes de travail au bureau, des chercheurs ont conçu un mannequin censé représenter le salarié en 2040 si rien ne change. Le résultat fait froid dans le dos : varices, eczéma, dos courbé, teint pâle, yeux rouges, absence de cils… De quoi nous pousser à bouger !

Affiche sorry we missed you

Ubérisation du travail : Ken Loach filme la descente en enfer d’un chauffeur-livreur

L’ubérisation du travail est plus que jamais au cœur de l’actualité, allant même jusqu’à intéresser le cinéma et l’un de ses plus prolifiques réalisateurs. Le dernier film de Ken Loach, "Sorry we missed you", sorti le 23 octobre, vient relancer le débat sur les conditions de travail de ces milliers...