Publié le 28 septembre 2020

POLITIQUE

Si le Sénat reste à droite, des élus ruraux y portent de nouveaux élus écologistes

La majorité de droite et du centre au Sénat sort renforcée des élections de dimanche, marquées globalement par une grande stabilité dans la répartition toutefois des sièges. Toutefois parmi les 348 sénateurs, 12 vont former un groupe écologiste, une première depuis 2007 qui confirme la dynamique des Européennes et des Municipales.

La moitié des élus du Sénat a été renouvelée dimanche 27 septembre.
@Sénat

Dimanche 28 septembre, la moitié des sénateurs ont été renouvelés. Les grands électeurs issus de tous les départements ont élu 172 élus pour siéger dans la haute chambre. Globalement l’équilibre des forces reste le même. "Cette élection, dans un contexte sanitaire, économique et social inédit, vient conforter la majorité sénatoriale de la droite et du centre", s'est félicité Gérard Larcher (LR), actuel Président, qui devrait être réélu à son poste jeudi prochain.

Selon lui, "les grands électeurs ont signifié aujourd'hui qu'ils veulent que le Sénat soit à la fois ouvert et un contre-pouvoir exigeant, participant à un rééquilibrage des pouvoirs au profit des collectivités". Ce que les grands électeurs ont montré aussi est que le milieu rural a continué à pousser en partie la dynamique écologique apparue lors des deux derniers scrutins en France, les Européennes et les Municipales.

Des bobos, élus des centres-villes

EN effet, alors que le vote vert semblait réservé aux grandes villes, nombre d’élus ruraux ont voté en faveur de candidats verts. Ainsi, les écologistes ont annoncé la formation d'un groupe au Sénat. Celui-ci avait disparu en 2017. "Il y aura un groupe vert au Sénat", soit au moins 10 élus, a assuré la sénatrice EELV Esther Benbassa.

Au Total 12 sénateurs rejoindront le groupe EELV. "Qu’il n’y ait pas d’expression des écologistes au Sénat, c’était une aberration", assure Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique. "Nous commençons à être présents dans les territoires ruraux, alors qu’on nous a souvent reproché d’être des bobos, des élus du centre-ville", a ajouté Esther Benbassa qui assure que le groupe soutiendra les propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...

Vote urne elections presidentielles Rama CCO 01

12 candidats pour une campagne présidentielle axée sur les sondages, pas sur les projets

Ni l’entrée officielle en campagne d’Emmanuel Macron, ni le rapport du GIEC, ni la guerre en Ukraine n’ont réussi à donner un nouvel élan à cette étrange campagne présidentielle. Basée sur des variations sondagières à la télévision et des messages à tonalité agressives sur les réseaux sociaux où...